AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 LE ROLE QUE NOUS JOUONS Joël GOLDSMITH

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Orion
Admin


Date d'inscription : 17/11/2011
Localisation : Nord

MessageSujet: LE ROLE QUE NOUS JOUONS Joël GOLDSMITH   Jeu 31 Mar - 16:38

N° 99
Mars 1988

LE RÔLE QUE NOUS JOUONS

"Après la mort de Morse, son serviteur, le Seigneur parla ainsi à Josué, fils de Noun, l'assistant de Morse : "Mon serviteur Morse est mort. Maintenant donc, passe le Jourdain avec tout ce peuple pour entrer dans la terre que je vous donne. Comme je l'ai déclaré à Morse, je vous accorde tout le pays que foulera votre pied. Vos territoires s'étendront du désert du sud au Liban du nord, du grand fleuve l'Euphrate à l'est, à la mer Méditerranée à l'ouest. Ta vie durant, Josué, nul ne pourra te résister. Je serai avec toi comme j'ai été avec Morse. Je ne t'abandonnerai pas. Sois fort ! Tiens bon ! Car c'est toi qui conduiras ce peuple à la conquête de la terre que j'ai promis à ses ancêtres de lui donner. Observe soigneusement toute la loi que Morse, mon serviteur, vous a présentée. N'en néglige rien, et tu réussiras en toutes tes démarches. Aie toujours sur les lèvres les paroles de ce livre de la loi. Étudie-le jour et nuit pour faire tout ce qui s'y trouve écrit. C'est seulement ainsi que tu seras heureux en toutes tes démarches. Rappelle-toi que je t'al ordonné d'être fort et confiant. N'aie pas peur. Ne te décourage pas, car le Seigneur ton Dieu est avec toi, où que tu ailles."
Josué 1 : 1-9

Ces passages de Josué ne sont pas seulement l'assurance continue et répétée de l'omniprésence de Dieu - la Vérité - mais ils sont aussi une exhortation à "observer soigneusement toute la loi" - à demeurer dans la réalisation de la Vérité - avec la promesse qu'aussi longtemps que nous demeurerons dans la Vérité, en ne nous tournant ni à droite ni à gauche, "Je serai avec toi et ne t'abandonnerai pas."

Pour bénéficier du gouvernement de l'Esprit et vivre à l'ombre de cette protection éternelle, nous avons un double rôle à jouer : on nous demande d'être forts et très courageux, et de demeurer dans la Vérité avec confiance. Par trois fois on nous exhorte "à être forts et à tenir bon", comme si la faiblesse et le doute constituaient une probabilité importante. Et c'est vrai, nous nous sommes parfois montrés faibles et timorés ; nous avons parfois perdu la foi et la confiance en l'omniprésence de Dieu. Outre nos efforts pour être droits, bons et justes sur le plan humain, il nous faut demeurer dans la Loi, demeurer dans la Parole, et avoir notre vie, notre activité et notre être dans la conscience de la Vérité. Deux choses sont nécessaires pour y parvenir : "Soyez forts et courageux" et "observez soigneusement toute la loi."

"Vous tous qui avez soif, venez aux eaux, même celui qui n'a pas d'argent ! Venez, achetez et mangez, venez, achetez du vin et du lait, sans argent, sans rien payer  Pourquoi pesez-vous de l'argent pour ce qui ne nourrit pas ? Pourquoi travaillez-vous pour ce qui ne rassasie pas ? Écoutez-moi donc, et vous mangerez ce qui est bon, et votre âme se délectera de mets succulents. Prêtez l'oreille et venez à moi, écoutez et votre âme vivra : je traiterai avec vous une alliance éternelle, pour rendre durables mes faveurs envers David. Voici, je l'ai établi comme témoin auprès des peuples, comme chef et dominateur des peuples. Voici, tu appelleras des nations que tu ne connais pas, et les nations qui ne te connaissent pas accourront vers toi, à cause de l’Éternel, ton Dieu, du Saint d'Israël qui te glorifie.

Cherchez l’Éternel pendant qu'il se trouve ; invoquez-le, tandis qu'il est près. Que le méchant abandonne sa voie, et l'homme d'iniquité ses pensées ; qu'il retourne à l’Éternel, qui aura pitié de lui, à notre Dieu, qui ne se lasse pas de pardonner.

Car mes pensées ne sont pas vos pensées, et vos voies ne sont pas mes voies, dit l’Éternel. Autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, autant mes voies sont élevées au-dessus de vos voies, et mes pensées au-dessus de vos pensées.

Comme la pluie et la neige descendent des cieux, et n'y retournent pas sans avoir arrosé, fécondé la terre, et fait germer les plantes, sans avoir donné de la semence au semeur et du pain à celui qui mange, ainsi en est-il de ma parole, qui sort de ma bouche : elle ne retourne point à moi sans effet, sans avoir exécuté ma volonté et accompli mes desseins.

Oui, vous sortirez avec joie, et vous serez conduits en paix ; les montagnes et les collines éclateront d'allégresse devant vous, et tous les arbres de la campagne battront des mains. Au lieu de l'épine s'élèvera le cyprès, au lieu de la ronce croitra la myrte ; et ce sera pour l’Éternel une gloire, un monument perpétuel, impérissable."
Isaïe : 55

Il nous est dit, ici, que nous recevrons une alliance éternelle, un signe perpétuel, tout comme on nous assurait ¬dans le texte de Josué - de la constance de la présence de Dieu. Le grand prophète Isaïe nous exhorte à ne pas nous satisfaire uniquement du confort humain et matériel et du bien-être, et nous demande : "Pourquoi dépenser de l'argent et de l'énergie pour ce qui ne vous satisfait pas ? Pourquoi vous consacrer à autre chose qu'à ce qui constitue le vrai Pain, le véritable effort et travail pour l'Esprit ? Pourquoi vous dépenser pour ce qui ne vous apporte rien de spirituel en retour ?

Nous qui sommes rassemblés sur le chemin spirituel, nous sommes venus dans le but même de dépenser notre énergie, notre argent, notre travail et nos efforts pour atteindre la réalisation spirituelle. Tout en nous tournant vers les choses de l'Esprit, nous ne renonçons pas du tout aux avantages matériels de la vie et aux bienfaits des relations humaines. Mais, dans tout ce que nous faisons, nous nous tournons vers Dieu, cherchant toujours à Le connaître, en comprenant que sans le vrai Pain, ces choses du monde n'apportent aucune satisfaction ou paix durable.

Nous savons ce que nous attendons et espérons de Dieu, mais trop souvent nous ne comprenons pas complètement la responsabilité qui est la nôtre pour amener l'activité de Dieu dans notre vie. Nos affirmations et déclarations de vérité ne, sont qu'une préparation à la véritable expérience de communion intérieure. "Écoutez-moi, venez à moi et vous vivrez ; et je scellerai avec vous une alliance éternelle..." Dans tous nos efforts, il faut garder l'oreille intérieure ouverte, alerte, réceptive et attentive. C'est cette écoute, cette réceptivité et cette obéissance constantes à la Parole de Vérité qui font vivre l'Âme. "Recherchez le Seigneur pendant qu'il se laisse trouver ; invoquez-le quand il est proche." Nous tourner vers l'intérieur, être tranquille, écouter et entendre : voilà notre rôle dans la démonstration. Par l'écoute, la méditation et la prière, nous cherchons Dieu ; c'est alors que se fait entendre la petite voix tranquille qui sort de la bouche de Dieu, et "c'est ainsi que tu seras heureux dans toutes tes démarches."

Quelle folie de s'occuper de pensées humaines au moment où nous ne devrions rechercher, écouter et entendre que les pensées de Dieu ! Mais en nous ouvrant à Dieu par une recherche diligente, il s'ensuit que "comme la pluie et la neige descendent des cieux, et n'y retournent pas sans avoir arrosé, fécondé la terre, et fait germer les plantes, sans avoir donné la semence au semeur et du pain à celui qui mange, ainsi en est-il de ma parole, qui sort de ma bouche : elle ne retourne point à moi sans effet, sans avoir exécuté ma volonté et accompli mes desseins."

En nous élevant à ce niveau de la conscience où nous entendons la petite voix tranquille, celle-ci accomplit l'activité de guérison, de réconfort, de régénération et d'approvisionnement.

Une fois la Parole entendue et la présence de Dieu ressentie, vous pouvez être sûr qu'elle ne revient pas vainement sans avoir réalisé l'objet de Son dessein. Tout cela se produit, cependant, après avoir rempli notre rôle, qui est de chercher Dieu en nous tournant au-dedans ; après avoir dépensé notre argent et travaillé pour les choses de l'Esprit ; après avoir écouté et entendu ; après avoir communié avec notre être intérieur.

Il est tout à fait inutile d'attendre que les choses de l'Esprit viennent à vous, si ce n'est dans la mesure où vous écoutez et entendez ; où vous obéissez en gardant votre esprit appuyé sur Dieu et en Le reconnaissant dans toutes vos voies ; où vous priez sans cesse. La présence de Dieu est toujours disponible, mais seulement en proportion de vos efforts à chercher et invoquer le Seigneur, ainsi qu'à écouter et communier avec votre propre être. C'est dans cette proportion que vous parviendrez à cette zone de la conscience où vous entendez la Parole. Et quand la Parole de Dieu se fera entendre "dans la tranquillité et la confiance...vous partirez avec joie et vous serez conduits en paix." C'est alors que les épines disparaîtront de votre chemin, et que les discordes et limitations de la condition humaine seront réduites à néant. Cette Parole ne vous quittera et ne vous abandonnera jamais ; "et ce sera pour l’Éternel une gloire, un monument perpétuel, impérissable» ; elle sera une alliance permanente de paix, d'harmonie et de joie, car "le Seigneur ton Dieu est avec toi partout où tu vas."

CHERCHEZ AU-DEDANS

Comme le savent tous les étudiants de la vérité, Dieu est Amour, mais est-ce que nous comprenons que l'amour vient de Dieu seul, et que tout l'amour s'écoule de Dieu ? Vous et moi ne sommes qu'une avenue qu'emprunte le flot de l'amour de Dieu, mais dans bien des cas nous avons empêché et entravé son écoulement vers nous et à partir de nous, par l'usage du petit mot insignifiant "je". En général, nous pensons en termes de "j'aime", et "mon amour", et c'est là que s'établit la barrière qui restreint l'écoulement.

La réalisation de Dieu en tant qu'amour est la plus grande influence guérisseuse au monde, mais elle n'a absolument rien à voir avec mon amour ou votre amour. Mon amour ne vous guérira pas, et votre amour ne me sera d'aucun bénéfice. Mais l'amour de Dieu, s'écoulant à travers vous et à travers moi va guérir, rétablir et réformer tous ceux qui sont dans le cercle de notre conscience, en les faisant entrer dans la nouvelle dimension de la domination spirituelle.

Contrairement à une idée très répandue, votre amour n'est même pas nécessaire pour le maintien de votre commerce et de vos affaires ; c'est l'amour de Dieu. Et lorsque vous acceptez la croyance que ce sont vos efforts et votre amour, ou votre attention, qui maintiennent et soutiennent votre corps, vos affaires et votre maison, vous établissez un sentiment de manque ou de limitation. De la même manière, ce serait très grave qu'un patient en vienne à croire que c'est la compréhension du praticien qui provoque la guérison, car aucun praticien n'a une telle compréhension. C'est la compréhension de Dieu, pour laquelle le praticien n'est qu'un instrument : c'est la sagesse infinie et l'amour de Dieu - s'écoulant à travers le praticien - qui guérit, sauve, régénère et libère.

Effacez à tout jamais de votre conscience les mots je, moi, mien, vous, il et elle. Réalisez que seul Dieu est Amour, et que l'amour de Dieu est égal, universel, impersonnel et impartial. Mais il est dit dans la Bible que c'est seulement dans la mesure où nous nous ouvrons à l'influence divine que nous sommes à même de recevoir cet Amour. Ce n'est qu'en nous maintenant activement dans la Vérité - en consacrant notre argent, notre énergie, notre temps et nos pensées aux choses de l'Esprit - que nous parviendrons à obtenir ce pain qui nous satisfera vraiment.

Il n'existe rien de tel que votre amour ou le mien dans le royaume de la Sagesse divine : il n'y a que l'amour de Dieu, s'écoulant vers nous à travers autrui - la vie divine et infinie du Vigneron s'écoulant à travers la vigne - le Christ ¬vers chaque branche. Aucune des branches n'est le soutien d'une autre ; mais la vigne soutient chaque branche, et cela uniquement par la grâce, puisque c'est le Vigneron qui envoie Sa parole, Son amour, Sa sagesse aux branches, à travers la vigne.

Quelle que soit l'altitude de conscience atteinte par votre instructeur ou votre praticien, il n'est que la vigne à travers laquelle le Vigneron déverse Son amour aux branches. Il en est ainsi dans votre vie avec chaque individu : il est la branche et vous êtes la vigne, l'avenue à travers laquelle le Père, le Principe créatif, déverse Son amour. Souvenez-vous toujours de cette grande vérité : Dieu est Amour, et l'amour est de Dieu. La vigne véhicule jusqu'aux branches cet amour,cette substance, cette influence guérisseuse. Lorsque se développe en vous cette compréhension que l'amour est à Dieu, à travers Dieu et de Dieu, vous devenez une influence guérisseuse, car pour ce qui est du monde vous êtes la vigne, et tous ceux que vous rencontrez sont les branches. Votre contact et votre union consciente avec le Père, obtenus et maintenus en vous tournant constamment vers l'intérieur, permettent à la substance divine - à l'amour du Père - de
s'écouler à travers vous vers chaque homme, femme et enfant, vers chaque animal, plante, étoile et planète évoluant dans la sphère de votre conscience.

Cela doit être très clair. Dieu est Amour. Dieu est le Père, le Vigneron, se déversant Lui-même sous forme manifestée. Vous êtes la vigne, et tous ceux que vous rencontrez dans ce monde sont les branches, qui sont nourries - pas par vous - mais à travers vous, par le Père. C'est l'amour et "la paix de Dieu, qui dépasse tout entendement."

Ce principe s'applique aussi à la bonté et à la bienveillance, à la justice et à la pitié. Ce serait bien triste, en effet, si vous deviez chercher la justice dans une cour de justice. Mais en vous tournant vers Dieu, dans la réalisation que le juge, le jury, les procureurs et les témoins ne sont que des instruments par l'intermédiaire desquels s'écoule la justice de Dieu, l'équité et la justice se révèleront. Ne croyez surtout pas que la justice et la pitié résident dans le monde de l'homme. Comprenez plutôt que la justice, comme l'amour, est une qualité et une activité de Dieu ; alors, chaque individu devient un instrument à travers lequel la justice et la pitié se manifestent. Les nombreuses qualités associées à l'amour : l'attention, la protection, la sécurité, la sûreté, viennent directement de Dieu, et chacun peut - n'importe quand - être l'instrument à travers lequel s'écoulent ces qualités et activités. Lorsque ce principe devient fermement établi dans votre conscience, vous apprenez à ne pas regarder les gens, mais à travers eux le Vigneron, le Père, la Source divine. Et ce faisant vous découvrirez que la vie se transforme, dans tous ses aspects extérieurs, et que l'amour devient la force de motivation de toutes vos activités.

MÉDITATION

Il nous a été conseillé de regarder vers Dieu pour être sauvés - vers Dieu, pas vers l'homme. Il m'est demandé de répéter cela, car visiblement il y en a ici un grand besoin aujourd'hui ; j'ai la sensation que quelqu'un se tourne vers une personne, une chose ou une circonstance pour le bien qu'il recherche, au lieu de se tourner vers Dieu. Il me vient encore : "Tournez-vous au-dedans ; cherchez-Moi ! Cherchez au-dedans avec empressement. Écoutez la petite voix tranquille ; cherchez la Grâce salvatrice au-dedans !"

Quel que soit le grand besoin qui se fait sentir ici, ces mots continuent de me venir à l'esprit : "Cherchez au-dedans de vous ! Cherchez-Moi, le Seigneur !" Et cela continue... c'est un message direct pour quelqu'un : "Ne cherchez pas de l'aide auprès de l'homme, la Grâce salvatrice doit venir de l'intérieur, et il faut établir le contact. Écoutez! et soyez attentifs à la Parole qui sort de la bouche de Dieu." Il y a quelqu'un qui se tourne à l'extérieur pour de l'aide, mais ce n'est pas la voie. Cherchez au-dedans : l'aide est déjà établie à l'intérieur de votre propre être. Ah ! Je vois maintenant. Il s'agit d'un cas de procès en justice, et la liberté est recherchée à l'extérieur. On ne peut pas trouver la liberté à l'extérieur, elle n'y est pas ! Allez à l'intérieur, et réalisez que les bienfaits que sont la liberté et la libération ne peuvent venir que du royaume de Dieu au-dedans de votre être même. Quand vous .aurez entendu la Parole de Dieu au-dedans, elle deviendra visible dans votre expérience.

CHERCHER AU-DEDANS REVELE
LA NATURE DE LA PRIERE

Ce déploiement reçu en méditation rappelle encore la nécessité de comprendre que la prière n'a rien à voir avec le fait de chercher à obtenir de Dieu une personne, une condition ou une chose. Au cours de cette révélation complète, on nous dit de nous tourner au-dedans, de Me chercher, d'aller vers Moi, d'écouter la Parole. Vous ne pouvez en tirer profit que si cela vous fait voir ce qui n'allait pas dans notre ancienne compréhension de la prière.

Une bonne partie de nos prières était jusque là consacrée à mettre Dieu au courant de nos désirs ; à Lui dire ce dont nous avions besoin et quelles conditions nous aurions aimé Le voir corriger. En outre, c'était trop souvent une tentative d'influencer Dieu pour qu'Il fasse ce que nous Lui demandions. Alors que la prière, comme nous commençons maintenant à le comprendre, est une union consciente - ou action d'être un - avec Dieu, afin que Ses bienfaits puissent s'écouler vers nous.

C'est la nature du soleil d'exprimer la lumière et la chaleur. Il ne nous vient donc pas à l'idée, lorsque nous marchons au soleil, de demander la lumière et la chaleur ; nous nous contentons de les accepter et d'en jouir. La nature de Dieu est amour : par conséquent, il est inutile de prier pour les choses que nous désirons recevoir de Dieu. Le simple fait d'entrer dans la Présence accorde la plénitude de la Vie, de la Vérité, de l'Amour - sans s'en inquiéter, sans les demander, sans prier pour elles. Pensez donc que vous marchez sous le soleil, enveloppé dans sa lumière et sa chaleur. Pensez ensuite à entrer en communion avec Dieu, où vous êtes enveloppé et entouré par le rayonnement de la Présence, en laquelle les qualités et activités divines se révèlent sous la forme des bienfaits de votre existence. Car, tout comme le soleil s'exprime en tant que lumière et chaleur, Dieu S'exprime en tant qu'harmonie, plénitude, perfection, domination, pouvoir, joie et paix.

Étudiants, ne voyez-vous pas comme nous sommes conduits toujours plus haut dans le déploiement de la prière, jusqu'à ce lieu où, en fin de compte, nous nous retrouverons en présence même de Dieu ? Le but est de nous élever à une atmosphère et à une attitude d'union consciente et de communion dans laquelle nous sommes un avec le Père ; ainsi qu'à la réalisation consciente de l'Amour divin, qui toujours nous enveloppe, nous entoure et prend soin de nous. Dans cette compréhension, la prière - et la nécessité de prier sans cesse - devient la partie de notre vie la plus importante et joyeuse, n'est-il pas vrai ?

Efforçons-nous de dépasser la croyance que la prière consiste à faire connaître nos problèmes à Dieu, ou à demander des bienfaits de nature spécifique. Pensons au contraire à la prière comme à une attitude de communion sainte, par laquelle nous nous élevons dans l'atmosphère plus élevée de l'Esprit, où la prière est reconnue comme la Parole de Dieu qui doit se déployer de l'intérieur.

Quelle énorme différence dans notre attitude lorsque nous laissons tous les problèmes derrière la porte et que nous nous tournons vers Dieu pour le seul privilège de s'asseoir au pied du Trône, en laissant ainsi s'écouler et se révéler les splendeurs de la Grâce de Dieu !

LA VOIE INFINIE ENSEIGNÉE AUX ENFANTS

On nous a posé les questions suivantes : comment faire pour enseigner cette vérité à nos enfants ? Et le catéchisme ?

Je répondrai d'abord à la dernière question. En ce qui concerne le catéchisme, c'est une question individuelle. Les cours de catéchisme ne résoudront pas le problème de l'enseignement, car il est peu probable que quelqu'un puisse enseigner à un enfant un principe de vie en une heure et s'attendre à ce qu'il le retienne. On ne peut enseigner la Vérité en un temps déterminé : c'est un déploiement et un développement permanents, et plus l'on vit dans cette conscience, plus ces principes s'incarnent en tant que conscience et finalement se manifestent en tant que démonstration. Si vous avez accepté le fait que La Voie Infinie est un principe de vie, qui mieux que vous pourrait enseigner vos enfants ? Qui, au catéchisme, est qualifié pour enseigner le principe que vous avez vous-même adopté ? On ne peut enseigner la vérité en une ou deux heures par semaine et, à vrai dire, on ne peut pas l'enseigner du tout, au sens véritable d'enseigner. Il faut enseigner aux enfants de la même manière que nous sommes nous-mêmes enseignés. C'est-à-dire, chaque fois qu'un problème ou un besoin surgit, nous devons appliquer la vérité de l'être, plutôt dans l'idée de rappel que dans celle d'enseignement.

Bien sûr, nous sommes tous désireux que vos enfants et petits enfants grandissent avec la vérité, plutôt que d'avoir tout à apprendre dans quarante ou cinquante ans. Il est clair que c'est notre travail, si nous désirons que nos enfants deviennent des hommes et des femmes pourvus d'un sens spirituel supérieur à celui des quelques générations précédentes, mais cela ne peut se produire avec nos enseignements, doctrines et codes humains actuels. La seule manière d’accomplir cela est de faire débuter votre enfant là où il se trouve en ce moment - qu'il soit bébé ou qu'il ait douze ans - et d'édifier une conscience de vérité jusqu'à ce qu'elle devienne une manière de vivre naturelle. C'est à vous d'élever cette conscience, ou bien de laisser l'enfant grandir en dehors, tel un enfant prodigue, qui est quelque chose de lui-même et qui prie une sorte de Providence divine pour le sortir de ses problèmes. Vous savez, par votre propre expérience, qu'il n'existe pas une telle Providence divine ; et la seule Providence divine est votre réalisation et conscience individuelle de la Présence. C'est votre refuge, votre Christ.

Le secret du principe Christique avec lequel nous travaillons est l'omniprésence, l'omnipotence et l'omniscience de Dieu. En fait, le message entier de La Voie Infinie peut se résumer brièvement à la compréhension de la nature infinie de Dieu, de Son omnipotence, omniprésence et disponibilité éternelle. Et c'est ce principe que vous désirez donner à vos enfants : le sentiment de la présence et du pouvoir de Dieu. Il n'y a absolument aucun moyen d'établir cela en une heure ou deux. Il faut l'édifier du matin au soir dans la conscience de l'enfant, jusqu'à ce que cela devienne la substance même de son être.

Si vous pouvez amener un enfant à se souvenir consciemment de Dieu plusieurs fois par jour, soit par un sentiment de gratitude ou un sens d'omniprésence, de grands et merveilleux résultats s'ensuivront. Une telle entreprise demandera beaucoup de patience et de persévérance. Il sera parfois difficile de résister à l'impulsion de dire : "Maman va te faire ci", ou "Papa peut te donner çà." Au lieu de cela, orientez la pensée de l'enfant vers Dieu comme étant la source infinie de tout bien, en lui enseignant que Dieu remplit tous ses besoins, que Dieu ne retire jamais le bien, et que Dieu est toujours avec lui. Chaque heure de la journée un parent et son enfant doivent faire face à quelque nouvelle expérience, et la manière d'aborder une situation détermine l'éventuelle assimilation du principe par l'enfant. Par exemple, supposez qu'il tombe et se blesse. Vous ne lui apporterez rien, si ce n'est un réconfort, en lui disant : "Viens voir Maman, elle va arranger çà." Quelle excellente occasion de lui dire : "Qu'est-ce que c'est ? Tu pleures ? Essaie de fermer les yeux et de sentir la présence de Dieu avec toi." C'est là que doit commencer la pratique, pour faire bien comprendre à l'enfant que le Père au-dedans de son propre être est la réponse à ses blessures.

Aucun enfant n'apprendra ce principe si on ne lui enseigne pas à méditer. Vous vous demanderez peut-être comment il est possible d'enseigner la méditation à un jeune enfant, mais vous pouvez le faire petit à petit, en commençant chaque jour, avant de vous lancer dans une activité quelconque, par un doux rappel :

"Arrêtons-nous juste un moment, pour réaliser que Dieu est avec nous aujourd’hui et qu'Il nous tient la main."

C'est suffisant, parce que l'on a rappelé à l'enfant de penser à Dieu comme à une Présence et un Pouvoir actifs. Il se peut qu'il apprenne cela au catéchisme, mais le lendemain cette pensée sera loin de lui et il faudra la lui remémorer.

Il y a d'innombrables occasions pour de telles incitations. En posant sa nourriture devant l'enfant, rappelez-lui de faire une petite pause pour exprimer sa gratitude : "Merci, Père, pour la nourriture quotidienne. Il n'est pas nécessaire de prononcer cela à haute voix. Il vaut peut-être mieux enseigner à l'enfant à dire et penser intérieurement : "Merci, Père." Avant qu'il n'aille jouer, suggérez-lui doucement : "Attends une petite minute ; as-tu pensé à laisser Dieu te prendre la main» ? Avant la sieste ou la nuit, on ne devrait jamais le laisser s'endormir sans le rappel conscient de l'omniprésence de Dieu sous une forme ou une autre ; c'est aussi une bonne occasion de lui insuffler l'idée de s'ouvrir à Dieu quand il se réveille pendant la nuit, et le matin avant toute chose. , S’il est possible d'enseigner à l'enfant que le Père divin est toujours présent pour répondre à tous ses besoins, il aura fait un grand pas en avant.

L'une des choses les plus difficiles à dépasser pour les parents est la tendance à dire - par exemple - "Il faut manger ceci, c'est bon pour toi." Cette attitude a souvent semblé être la meilleure façon de faire avaler à l'enfant des aliments non désirés, mais nous allons maintenant changer d'attitude : nous n'allons même pas accepter que c'est bon pour l'enfant. Si nous en sommes nous-mêmes venu à la conviction que rien n'est bon que Dieu, il nous faut absolument en finir avec l'idée d'obliger un enfant à manger ceci ou à faire cela parce que c'est bon pour lui.

Commencez dès maintenant à lui enseigner à reconnaître Dieu chaque fois qu'il mange ou boit quelque chose. Ne lui laissez jamais quitter la maison sans une courte halte pour dire : "Merci, Père, Tu es avec moi" - en vous assurant toujours cependant de ne pas lui suggérer une idée de danger, mais un simple "Merci, Père, pour Ta Présence." Avant qu'il ne s'endorme, faites-lui encore reconnaître la Présence et exprimer de la gratitude que son Père-Mère Dieu soit toujours avec lui, qu'il soit endormi ou éveillé. Jour après jour, dirigez sa pensée vers Dieu, jusqu'à ce que Dieu au-dedans devienne la principale réalité de sa conscience. Nous qui avons été étudiants pendant de nombreuses années, nous ne serions pas capables d'accomplir grand chose relevant de la conscience Christique si nous ne vivions pas avec elle du matin au soir. C'est pourquoi vous pouvez bien comprendre l'importance et la nécessité d'édifier continuellement cette vérité dans la conscience de l'enfant, jusqu'au moment où elle devient sa façon de vivre normale et naturelle. Au bout d'un an environ, vous vous apercevrez qu'il reconnaît Dieu en tant que son Père-Mère et la source de son bien ; que Dieu est devenu son compagnon permanent et, partout où il ira, Dieu marchera à ses côtés.

N'attendez pas que votre enfant ait vingt ans pour lui enseigner que le royaume de Dieu est au-dedans de son propre être et qu'il est inutile et futile de prier un Dieu dans le ciel. Commencez au tout début de sa vie à lui enseigner l'habitude de la gratitude, de l'amour, de la reconnaissance de la Présence, en implantant dans son esprit et dans son cœur la pensée que sa relation à Dieu est sacrée et secrète - rien qu'entre Dieu et lui-même. Faites-lui bien comprendre que sa gratitude, et sa reconnaissance de la Présence, doivent être silencieuses et secrètes, jamais à haute voix ou en public, où l'on pourrait lui dérober son trésor. Bien des enfants ont perdu leur trésor en rendant leur religion publique, l'exposant ainsi au ridicule et à la honte. Personne n'a le droit d'étaler ses croyances religieuses devant les autres. Au contraire, il faut entrer dans le lieu secret, dans le sanctuaire intérieur du temple de notre être, et prier en secret et en silence. Là, loin des pensées et des choses du monde, nous nous maintenons en communion avec Dieu.

Cela ne veut évidemment pas dire que nous ne devons pas offrir un verre d'eau fraîche quand l'occasion se présente. Offrez le verre, mais offrez-le d'une manière qui n'affiche pas votre religion et ne donne pas l'occasion à quelqu'un de la fouler aux pieds. C'est assez difficile pour les adultes de se voir considérés comme mentalement dérangés par des amis ou des parents parce qu'ils s'appuient vraiment sur Dieu. Imaginez alors combien plus difficile ce serait pour un enfant de voir sa foi la plus profonde en butte aux sarcasmes et aux rires de personnes irréfléchies. Il n'y est pas préparé, parce qu'il n'est pas encore arrivé au point d'avoir une conviction intérieure inébranlable. Il est d'une importance vitale que sa religion soit pratiquée dans le secret ; qu'elle soit quelque chose qu'il détient et garde comme un trésor au-dedans de son propre être. Et vous pouvez être sûr que tout ce qu'il apprend du Père-Mère Dieu au-dedans de lui apparaîtra dans son existence.

Les enfants, même les tout petits, devraient entendre parler de Dieu, et du royaume de Dieu au-dedans de leur propre être individuel. Il n'existe pas de formule imposée ou de règle, ni de par cœur, ni de rituel : il faut répondre à chaque situation de manière individuelle. Votre propre sagesse divine vous guidera et vous indiquera quoi faire et dire en n'importe quelle circonstance. Le point capital à observer est de faire de Dieu une réalité vivante, de sorte qu'après quelques années de cet enseignement et de cette pratique l'enfant aura atteint un certain degré de la conscience que vous aurez cherché à édifier, tout au long de vos propres années d'étude et de pratique. Si les enfants ont la capacité de connaître de bonne heure une réalisation de Dieu, de l'Omniprésence, comme étant le soutien de leur vie, il ne leur sera pas nécessaire de passer par toutes les expériences que nous - leurs parents et amis - avons eues à traverser. Une génération de jeunes gens va surgir qui, depuis l'enfance, auront appris à faire confiance à Dieu - et pas seulement à Lui faire confiance, mais à s'appuyer sur Lui et Le prouver ! La paix mondiale aura alors une chance, car ces jeunes gens qui auront atteint un certain degré de conscience Christique, n'auront dans le cœur aucune pensée d'inimitié, de haine ou d'envie, et leur vie sera consacrée à donner, aider et partager, plutôt qu'à acquérir.

Dans les chapitres suivants, vous découvrirez une série de leçons écrites spécialement pour les enfants. Ces leçons, de même que les suggestions faites ici, vous seront d'un très grand secours pour parler de Dieu à vos enfants. Si vous êtes capables de leur insuffler la conscience de l'omniprésence de Dieu, vous aurez donné à vos enfants le plus grand cadeau que puisse offrir une mère ou un père : le don de la Vie, de la Vérité et de l'Amour.

A Travers La Rédaction

A mesure que se multiplient les occasions de présenter le Message, il est merveilleux d'observer à quel point les gens dans le monde prennent La Voie Infinie sur leur cœur et nous accueillent dans leur vie. Dernièrement, dans de nombreuses villes du monde, un programme a été entrepris, dans lequel chaque étudiant consacrera tous les jours un temps de méditation à la réalisation consciente de l'activité du Christ dans la conscience individuelle et collective. De cette façon, nos étudiants finiront par former un anneau de réalisation consciente du Christ autour du globe.

Comprenez-vous pourquoi ce travail nous a été donné et ce qu'il accomplira ?

Vous avez lu et entendu que le Christ -l'Esprit de Dieu en l'homme - allait sauver, guérir, racheter, pardonner, enrichir et libérer. Et pourtant, le monde demeure esclave du sens matériel ! Pourquoi cela ? Le secret en est le suivant : seul le Christ réalisé brise l'esclavage vis-à-vis des conditions mentales, physiques, morales et économiques. Le Christ, le Tao, Brahma, Emmanuel, est toujours présent, emplissant toute conscience, mais les fruits ne viennent que par la réalisation !

Savez-vous pourquoi tant de traitements métaphysiques produisent peu ou pas de guérison ? Savez-vous pourquoi tant de prières demeurent sans réponse ? C'est parce que ces traitements et prières sont entièrement d'ordre mental - énoncés et pensés par l'intellect - et qu'ils ont un pouvoir faible ou nul, tant que n'a pas eu lieu un déclic intérieur, une réalisation, une prise de conscience ou un soulagement dans la conscience. Ce Christ réalisé, apparaît alors en tant que paix, harmonie et perfection dans votre expérience individuelle et dans l'expérience du monde entier.

Notre travail, dans chaque village, ville, état et pays où il y a un étudiant de La Voie Infinie, est de consacrer une période de méditation quotidienne à la reconnaissance d'Emmanuel, le Christ, comme étant omniprésent, omnipotent, omniscient et actif dans la conscience individuelle et collective ; de méditer pour briser le mesmérisme des croyances du monde et de la conscience de race ; d'attendre dans la tranquillité et la confiance, jusqu'à ce que le "déclic" ou la réalisation ait lieu. Par une consécration fidèle à cette pratique, l'histoire du monde changera.

Peu à peu, notre "chaîne d'or de la compréhension spirituelle" entoure le globe, et je sens que cette fois-ci la paix mondiale ne nous échappera pas, d'une façon ou d'une autre, et que la conscience spirituelle de ceux qui s'uniront dans la méditation quotidienne sera le moyen de l'obtenir.

_________________
Tout est Conscience d’Être.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-magie-dorion.monempire.net
 
LE ROLE QUE NOUS JOUONS Joël GOLDSMITH
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Marechal Petain: desinformation, et demandons-nous pourquoi ??
» Prière pour nous édifier les un les autres.
» le role du diacre dans l'eglise catholique
» je lis, tu lis, nous lisons... l'Argent!!
» Gil Raconis nous a quitté...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Magie d'Orion :: Spiritualité :: Univers spirituel-
Sauter vers: