AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Puisque Dieu est Vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mili
Admin


Date d'inscription : 18/11/2011

MessageSujet: Puisque Dieu est Vie   Mer 2 Mar - 16:15

Puisque Dieu est la vie
Mary STERLING

Puisque la Vie est Dieu omniprésent, insufflant sa propre perfection dans les formes qu'Il crée, il faut que nous apprenions à exprimer cette vie parfaite afin d'atteindre la maîtrise. Il faut que nous suerons cette Vie-Dieu. C'est ce que fait un maître. Il s'unit à cette vie parfaite et se tourne vers le Père en toute chose. C'est ce que nous devons pratiquer; il faut que nous nous mettions à voir, à sentir, à penser et à agir en tant que projection du Dieu vivant que nous sommes déjà en réalité.

Il faut nous entraîner à « magnifier l'Éternel » en nous-même à tous moments, au point où, non seulement nous refuserons de voir le mal, mais nous ne le ferons pas parce que notre attention sera rivée sur notre « dieuité » et notre compassion envers autrui sera grande, du fait de notre réalisation constante de l'omniprésence divine. Demandons-lui de prendre soin de nos affaires. Si nous nous fions à elle en nous-même, sachant qu'elle ne veut pour nous que le meilleur, nul ne menacera notre bien-être, quelle que soit sa tendance envers les autres.

C'est au Père en nous-même que nous devons demander d'abord aide en toute circonstance, c'est en Lui que nous devons réagir, même dans les circonstances qui nous apportent le bonheur, mais, particulièrement, dans celles qui sont discordantes et douloureuses. Au fur et à mesure que nous prendrons cette habitude, nous serons convaincus de ce que notre divine Présence a pour notre vie un plan parfait, joyeux, d'abondance de tout bien, que rien ne peut nous empêcher ni nous priver d'atteindre notre domination en tant qu'incarnation de Dieu.

C'est pourquoi Jésus insista sur la nécessité du pardon; de pardonner et de ne pas juger en condamnant, non seulement ceux qui nous font du mal, mais tous ceux avec lesquels nous entrons en contact, si grands que soient leurs méfaits. Délivrons-les du poids de notre critique et, bien entendu, de notre condamnation. « Mon Père, pardonne-leur, ils ne savent ce qu'ils font ».

II faut que nous apprenions à juger avec le «jugement juste »:

Il n'y a rien que Dieu, omniprésence de tout bien. Souvenons-nous qu'en dépit des apparences (Ne jugez pas selon les apparences) tous les hommes sont des images de Dieu, comme nous.

En vérité, nous sommes tous des maîtres, la seule différence entre nous et les Saint Germain, les Émile, etc. qui ont atteint leur domination sur le monde physique*, est que ces maîtres reconnaissent leur « dieuïté ». Ils agissent donc dans la confiance absolue en leur divine identité. C'est ainsi que Jésus pardonnait à ceux qui vivaient dans l'ignorance. C'est aussi pourquoi il n'écartait pas ceux que les Pharisiens appelaient « les mangeurs et les buveurs, les publicains et les gens de mauvaise vie», (Matthieu 11, 19) parce qu'il savait qu'ils étaient aussi importants que les autres à la Vie-Dieu et qu'ils avaient besoin de son aide. Bien sûr, aucun de nous à présent ne cherche à se venger du mal qui lui est fait, mais cela n'est point suffisant. Il faut que nous nous abstenions de critiquer les autres, ce qui exige une grande discipline de soi, étant donné tout ce que les média déversent sans cesse sur nous !

Celui qui veut être un maître doit d'abord être maître de lui-même, et tant qu'il persiste à parler des fautes de son prochain, de quelque pays que ce soit, il est, en fait occupé à exalter sa propre estime égoïste, en dépit de toutes les bonnes raisons qu'il se donne.

« Soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait» ; notre Père, la Source de notre vie. Peut-on s'imaginer Jésus disant du mal des autres pour affirmer le sentiment de sa propre supériorité? Se sachant divin, et enseignant la divinité de tous les hommes, il n'avait nul besoin d'affirmer sa supériorité; en fait, il dit : « Non pas moi, mais le Père en moi, c'est lui qui fait les oeuvres ».

Entièrement conscient de ce que « Moi et le Père nous sommes un », il acceptait l'omniprésence de Vie dans ceux qui l'entouraient, au point qu'il ne perdit jamais son temps ni son attention à détailler leurs fautes. « Ne jugez pas selon les apparences », dit-il, « mais jugez selon le jugement juste »: l'Omniprésence.

Que savons-nous de ce que contient vraiment le cœur des autres?

Lorsque nous cherchons véritablement à exprimer la Vie-Dieu parfaite, nous ne devons pas nous polluer nous-même en admettant son apparente absence dans notre propre âme, ni dans celle de qui que ce soit; nous servant de nos attributs divins, il nous faut savoir, aimer et agir en conséquence. Lorsque nous voyons mal agir autrui, la compassion nous fera comprendre qu'il se conduit selon ce qu'il croit être le mieux, d'après le peu de lumière qu'il possède.

C'est à nous de le bénir (bénir c'est conférer une force spirituelle) et de demander (Demandez et vous recevrez) à Dieu en nous-même de nous aider à voir la perfection divine au lieu des fautes de quelqu'un; après quoi, ou bien cette personne la manifestera à notre égard, ou elle disparaîtra harmonieusement de notre vie, ne s'accordant pas à notre état spirituel. En apprenant à agir ainsi, nous verrons que les gens se conduiront de leur mieux envers nous. Nous ferons amitié avec ceux qui n'en témoignent pas d'habitude et notre présence même encouragera l'honnêteté, la bonté et l'élévation en tous ceux que nous rencontrerons. A mesure que nous aurons de plus en plus conscience de Dieu qui nous anime, grâce à la communication constante avec le Père, nous la verrons reflétée dans ceux que nous rencontrerons, au lieu de voir leurs imperfections actuelles. Mais, pour cela il faut que nous fassions agir notre Moi véritable, christique, pour pouvoir nous en convaincre.

En fait, la « paille » que nous voulons enlever de l’œil de notre frère est, en réalité, la projection de la « poutre » qui se trouve dans le nôtre. En fait foi l'état du monde, dans lequel l'homme, depuis des siècles, a pensé qu'il fallait se battre pour la paix, ou qu'il pouvait s'approprier le bien, le succès, le bonheur, en blessant et en asservissant les autres.

Ne voyons jamais qui que ce soit selon ses imperfections. Non seulement, cela l'enchaînerait à ses erreurs, (notre penser crée ! ) mais cela nous priverait nous-même de notre lumière. Ne voir ni ne dire le mal, car en l'entendant, nous n'entendons que notre propre concept de nous-même, en voyant le mal, nous ne voyons que l'image extérieure de nous-même, et en le disant nous accroissons toute cette discorde, refusant à Dieu d'exprimer à travers tous sa totale perfection. Assurément, nous ne voulons pas de la réaction (le « karma ») que cette attitude nous attirerait. Prenons donc plutôt conscience de ce que celui qui nous agresse, ou nous blesse, ne fait que mettre en pratique ce qu'il croit être bien.

En méditant sur tout cela, nous nous apercevons à quel point nous formons, sans en prendre bien conscience, jour après jour, des jugements injustes : « Celui-ci, c'est un bigot! Cet autre un avare, et celle-la a de bien mauvaises manières ! » Il faut nous arrêter net quand nous nous prenons en faute, car juger ainsi, c'est se nuire à soi-même. Il faut résister au plaisir que nous en éprouvons et nous rappeler qu'un Christ ne se permet jamais d'être offensif. Reconnaissons l'Omniprésence dans les autres comme en nous-même et refusons de nous appesantir sur leurs faiblesses. Occupons-nous de la présence de Dieu en nous-même, établissons avec elle une communication de plus en plus constante. Toute vie est une puisque l'Éternel est un. En contemplant l'imperfection dans les autres, nous la créons en nous-même.

D'autre part, il faut que nous comprenions bien que nos difficultés, nos problèmes, sont des leçons nécessaires que nous nous imposons parfois à nous-même pour progresser; ils disparaissent à mesure que nous ne reconnaissons plus que l'Omniprésence et que nous la laissons agir en nous, ayant bien compris les paroles du Christ Jésus : « Veillez donc et priez sans cesse ». Libérons-nous donc vite de nos ressentiments, sachant que notre adversaire est une partie de nous-même; continuons de demander que l'Amour soit à la base de toutes nos pensées, de tous nos sentiments, et ne nous permettons jamais de tenir les autres pour responsables de ce qui nous advient, quelles que soient les apparences. Jésus dit que si nous ne devenons pas comme un petit enfant, nous ne pouvons pas entrer dans le Royaume de Dieu. Les enfants pardonnent rapidement, même à ceux qui les blessent le plus, tant que leurs aînés ne leur apprennent pas le ressentiment.

Oublions ce que dit, ce qu'enseigne le monde, entrons dans l'Omniprésence de la Vie parfaite, laissant les autres libres d'agir de même à leur propre niveau. Nous recherchons la « Christisation », un Christ n'a nul besoin de critiquer, de vitupérer pour proclamer Son propre progrès; Il EST simplement le Dieu qu'il doit être; c'est ainsi qu'Il atteint la maîtrise. Vivons notre vie exactement comme, intuitivement, nous savons qu'un maître la vit. Demandons-nous: « Que ferait Jésus? » En suivant fidèlement son exemple, en agissant en tant que maître, nous nous apercevrons que nous sommes un maître. En fait, nous l'avons toujours été, mais jusqu'à présent, nous n'avons pas pris conscience de nos pouvoirs divins. Tandis que nous nous harmoniserons à la Vie parfaite-Dieu, les manifestations de cette perfection s'accroîtront autour de nous; nous serons de plus en plus aimés parce que nous aurons rempli notre champ aurique de l'amour magnétique qui nous rend aimables.

A mesure que nous maîtriserons nos pensées et notre langue, les autres, instinctivement, nous feront confiance; ils se sentiront en sécurité avec nous.
Libérons les autres de notre blâme. Libérons-en nos ennemis, tous ceux qui nous agacent, qui ont été l'objet de notre critique, du sentiment de notre supériorité. Remettons-les à la lumière de la Vie parfaite de leur divine nature. Disons : « Il n'y a pas d'obstruction, d'empêchement à l'épanchement de la lumière de l'Être divin dans leur esprit, dans leur cœur, leur corps et leur univers. »

Vivons notre « dieuïté » en ne permettant qu'à la vie parfaite de Dieu l'accès de notre conscience de tous les jours. Bientôt, nous n'aurons plus à nous y exercer; nous serons un maître incarné.

*Voir « La vie des maîtres » de Baird Spalding

_________________

L'Amour est la Clef

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Puisque Dieu est Vie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Cheminement spirituel...
» Vendredi 29 Juillet 2011 : Textes de la messe de ce jour
» Catéchèse : La bénédiction de Dieu
» Oui Dieu existe puisque ...
» MES DEUX ALLERGIES: L'ALCOOL ET DIEU

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Magie d'Orion :: Spiritualité :: Univers spirituel-
Sauter vers: