AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 PORTEZ TÉMOIGNAGE Joël GOLDSMITH

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Orion
Admin


Date d'inscription : 17/11/2011
Localisation : Nord

MessageSujet: PORTEZ TÉMOIGNAGE Joël GOLDSMITH   Jeu 28 Jan - 16:53

Octobre 1989

PORTEZ TÉMOIGNAGE

"Car tu lui serviras de témoin auprès de tous les hommes." Actes 22 : 15

"Il y eut un homme envoyé de Dieu : son nom était Jean. Il vint pour servir de témoin, pour rendre témoignage à la lumière, afin que tous crussent par lui. Il n'était pas la lumière, mais il parut pour rendre témoignage à la lumière." Jean 1 : 6-8

"En vérité, en vérité, je te le dis, nous disons ce que nous savons, et nous rendons témoignage de ce que nous avons vu." Jean 3:11

"Si c'est moi qui rends témoignage de moi-même, mon témoignage n'est pas vrai."
Jean 5 : 31

"Nous sommes témoins de ces choses."
Actes 5 : 32

"Vous êtes mes témoins, dit l’Éternel, vous et mon
serviteur que j'ai choisi, afin que vous le sachiez, que vous me
croyiez et compreniez que c'est moi : Avant moi, il n'a point été formé de Dieu, et après moi il n'y en aura point."
lsaîe 43 : 10

Dans un tribunal, un témoin monte à la barre des témoins, non pour interpréter ses observations, mais simplement pour dire ce qu'il a vu. Un témoin porte témoignage de ce qu'il a vu se produire. A aucun moment un témoin ne doit dire : "J'ai provoqué ceci ; j'ai fait ceci ; j'ai contribué à ceci"; mais plutôt : "C'est ce que j'ai vu, et je le rapporte comme je l'ai vu." C'est ce que voulait dire le Maître quand il portait témoignage de Dieu. Il portait témoignage du pouvoir de Dieu, et ne prétendait lui-même à aucun pouvoir : "De moi-même, je ne peux rien faire... Le Père qui demeure en moi, c'est lui qui fait les œuvres", c'est-à-dire, "je porte témoignage de ce que je vois faire au Père."

Dans La Voie Infinie, nous n'utilisons pas Dieu. Nous nous asseyons plutôt dans la tranquillité, pour contempler Dieu à l'œuvre. Alors nous pouvons dire : "J'ai été témoin d'une guérison ; j'ai été témoin de l'activité de Dieu dans les affaires humaines ; ce n'est pas moi qui l'ai fait ; je n'y suis pour rien, mais j'ai été témoin de Dieu en train d'accomplir Son œuvre."

Supposons qu'un appel à l'aide nous arrive. Puis-je apporter
l'aide ? Le pouvez-vous ? Ceux d'entre nous qui ont été l'instrument de guérisons connaissent la réponse à cette question : Aucun être humain ne peut apporter cette aide. Si Dieu ne répond pas à l'appel, celui-ci restera sans réponse. Mais vous dites, "Dieu ne répond pas à tous les appels qui lui sont envoyés : Les hôpitaux sont remplis de corps malades, et les cliniques psychiatriques de personnes dont l'esprit est démantelé ; les champs de bataille sont couverts de mutilés et de morts. Dieu ne répond pas à tous ces appels à l'aide." C'est vrai, parce que Dieu ne peut répondre sur terre. Dieu ne peut répondre que dans la mesure où Il trouve une entrée par la conscience, par une conscience complètement dénuée d'égo, une conscience si imbue de la compréhension que Dieu est, que celui qui en est ainsi imbu est prêt à s'asseoir dans un abandon complet : "Père, ceci est ton univers. Prends le relais."

Dieu ne peut Se manifester sur terre si ce n'est par l'intermédiaire de la conscience ; Dieu ne peut Se manifester sur terre si ce n'est en tant que conscience ; non en tant que la conscience humaine pensante et raisonnante, mais en tant qu'une conscience paisible. Cela n'élimine pas l'esprit pensant et raisonnant, mais cet esprit devient alors un instrument utilisé par la petite voix tranquille, qui est conscience, ou Dieu. En d'autres termes, si je suis un état de réceptivité silencieuse, ce que j'écris m'est transmis à travers l'Esprit. L'activité du mental me permet ensuite de l'énoncer et, par l'intermédiaire de votre mental, cela peut pénétrer dans votre
conscience. Le mental humain - ou la conscience humaine - n'est pas détruit ; la pensée et la raison ne s'arrêtent pas, mais celles-ci ne sont pas acceptées comme étant Dieu : On les considère comme des instruments à travers lesquels Dieu œuvre. Dieu agit indépendamment de toute aide humaine. Dieu n'a besoin d'aucune aide humaine. Dieu ne peut être influencé par un être humain, pas même par le désir d'un être humain de sauver la vie.


Être Sur La Longueur D'ondes Spirituelle

En tant qu'êtres humains, nous n'avons pas de contrôle sur le corps des autres individus. Nous ne pouvons supprimer la fièvre ou faire disparaître les oreillons. Nous n'avons pas de contrôle sur les affaires des autres gens ; nous ne pouvons rendre les gens plus intelligents dans la gestion de leurs affaires, ni plus aimants dans leurs transactions commerciales. Nous n'avons pas un tel pouvoir sur leurs affaires. Mais si nous voulons bien admettre qu'il y a un Dieu, qui œuvre à travers la tranquillité de notre esprit pensant et raisonnant, nous pouvons alors laisser ce Dieu Se déverser à travers nous afin d'adapter une intelligence qui ne l'est pas, de rendre aimant celui qui ne l'est pas, de faire d'êtres irréfléchis des êtres pensants et rationnels, de rendre saine une pensée malade, de rendre la santé à un corps, une affaire ou une profession malades. Dieu fait cela, et nous pouvons témoigner de ce fait. Nous pouvons porter témoignage du pouvoir de l'Esprit dans les affaires humaines. Nous ne pouvons Le faire agir ou Lui faire faire notre volonté, ni L'envoyer guérir ceux que nous aimerions voir guéris. Non, nous ne pouvons faire aucune de ces choses. Mais si nous savons être tranquille, l'activité de Dieu trouvera une issue à travers nous pour toucher la pensée réceptive. Même Dieu ne peut œuvrer à travers ceux qui ne sont pas réceptifs. Il faut qu'il y ait une réceptivité à travers laquelle Dieu puisse agir.

Plus notre conscience est spirituelle, plus les réponses venant de Dieu à travers elle seront claires. C'est la raison pour laquelle nous ne pouvons enseigner ces principes aux étudiants en 6, 8 ou io leçons faciles. S'ils n'ont pas, eux-mêmes, abandonné leur peur, leur haine et leur amour du mal et du bien humains, la présence, l'activité et le pouvoir de Dieu ne peuvent se manifester à travers eux. Cependant, si nous avons harmonisé notre pensée avec le dessein de Dieu par des années d'étude de la Bible et d'autres écrits spirituels, notre conscience sera alors si éclairée, que lorsque nous nous assiérons pour avoir la solution à un problème, elle se présentera.

Je ne sais absolument rien de ce qui est sous le capot d'une automobile. Je n'ai jamais eu l'occasion de regarder pour le savoir, et encore moins la curiosité, de sorte que je peux vous dire que je ne saurais vraiment pas distinguer un carburateur d'une dynamo. Par deux fois pourtant, j'ai fait l'expérience de voir le moteur de ma voiture s'arrêter complètement en pleine circulation. Il y a bien sûr un certain nombre de solutions humaines à un tel problème. Par exemple, j'aurais pu être remorqué jusqu'au garage le plus proche, ou m'assurer les services d'un mécanicien pour faire les réparations nécessaires. Mais dans les deux cas, la situation ne se prêtait pas à l'une ou l'autre de ces solutions. Je suis donc sorti de la voiture et j'ai soulevé le capot, ce qui, humainement parlant, était la chose la plus insensée que je pouvais faire, puisque je ne savais pas quoi regarder une fois le capot ouvert. C'est pourtant ce que j'ai fait, j'ai ouvert le capot ; et les deux fois la même chose s'est produite : Après une inspection plutôt désordonnée de tout le bazar qui se trouve sous le capot, j'ai aperçu un fil débranché que j'ai pris dans la main et, en regardant autour, j'ai remarqué un gadget semblable à d'autres, auxquels des fils étaient rattachés ; et puisque ce gadget n'avait pas de fil qui lui était rattaché, j'y ai fixé le fil débranché, suis monté dans ma voiture et suis reparti.

C'est ce que l'on appelle être sur la longueur d'ondes de l'Esprit, parce qu'aucun savoir humain n'est intervenu dans l'opération, absolument aucun. J'ai regardé sous le capot, sachant bien ce faisant que je n'avais aucune idée de ce que je cherchais ; mais quelque chose de plus grand que moi-même m'a dit, "c'est là, juste là." Cela est un exemple du principe de notre travail dans La Voie Infinie : Porter témoignage de l'activité de Dieu.

Portez Témoignage De Dieu A l’Oeuvre

Chaque fois qu'un problème m'est présenté par l'un de nos étudiants, mon attitude consiste à être un témoin, à porter témoignage de l'activité de Dieu, à m'asseoir dans la tranquillité assez longtemps pour que la Présence S'annonce. Puis je ne m'en occupe plus. Que quelque chose indique le prochain pas que devrait faire l'étudiant, ou que ce quelque chose fasse disparaître une fièvre ou les oreillons, je me suis contenté de porter témoignage de l'activité de l'Esprit. Lorsque l'Esprit S'annonce au-dedans, quelque chose se passe, non seulement dans le corps physique, mais bien souvent ceux qui touchent une conscience illuminée voient leur vie entière prendre une direction différente, et des mondes nouveaux s'ouvrir devant eux. Si nous sommes assez tranquilles, l'Esprit
S'écoule et produit ces miracles. Nous pouvons alors dire, "J'ai été témoin de l'activité de l'Esprit ; l'Esprit était à l’œuvre ; l'Esprit était présent."

Soyez témoin de Dieu à l’œuvre. Regardez l'activité de Dieu avec une telle certitude et un tel détachement, que vous pourriez monter à la barre des témoins et dire, "J'ai vu Dieu à l'œuvre." Un succès dans notre travail ne provient pas d'un quelconque individu faiseur de miracles. Il provient de la capacité de nous tenir un peu en retrait de nous-même et de contempler Dieu qui Se révèle. C'est le miracle de ce travail. C'est cela même qu'a voulu dire le Maître quand il a dit :

"Pourquoi m'appelles-tu bon ?... De moi-même, je ne peux rien faire... Le Père qui est en moi, c'est lui qui fait les œuvres... Je porte témoignage... Mon Père agit jusqu'à présent, moi aussi j'agis." (Jean 5 : 17)

La signification de ces affirmations deviendra très claire, si nous nous souvenons simplement que ce n'est pas Jésus qui a multiplié les pains et les poissons. La Bible dit qu'il leva les yeux. Voilà la réponse : Il leva les yeux et laissa le Père accomplir le miracle ; il laissa le Père multiplier les pains et les poissons.

Il y a un Père, que vous l'appeliez Père, Père-Mère, Christ ou Dieu. Ces termes ont peu de sens, voire aucun. Les mots ne sont pas importants en eux-mêmes. Utilisez n'importe quel mot qui ait un sens pour vous. Pour moi, Christ est le mot miracle dans ma conscience. Le Christ a été le thème central de la révélation. Le Christ est ce qui a pour moi une signification réelle, et lorsque je dis "Vivez à travers le Christ et dans le Christ", j'ai la conviction absolue que je parle d'une Présence, d'un Pouvoir, d'un Esprit, d'une Substance et d'une Activité qui est beaucoup plus réelle que l'électricité. En fait, Cela pourrait faire disparaître l'électricité, s'il y avait une raison de le faire. Je L'ai vu bien souvent faire disparaître les effets de l’électricité.

Il y a un Quelque Chose, que vous pouvez appeler le Christ, le Tao, Brahma, Dieu ou l'Infini Invisible. Peu importe comment vous L'appelez, tant qu'il y a dans votre conscience cette conviction inébranlable que vous êtes imprégné et doté de ce Quelque Chose, d'une Infinité, d'une Omniprésence, d'une Omniscience, d'une Omnipotence, qui ne peut être manipulée ou influencée. La meilleure façon d'être un instrument pour ce Quelque Chose est de suivre l'enseignement de La Voie Infinie d'être un contemplateur. Asseyez-vous dans la tranquillité pour réaliser : "Merci, Père, je commence à comprendre que de moi-même, je ne peux rien faire ; et même si je pouvais, je ne saurais pas quoi faire, et comment le faire."

Soyez Un Contemplateur Du Flot Divin

Développez pour vous-même un genre de méditation qui vous permettra finalement de vous détendre, comme si vous vous reposiez sur un nuage, jusqu'à ce que l'Esprit S'écoule hors de vous. Vous serez alors un témoin, un contemplateur de ce flot divin. Vous pourrez très bien ne rien voir, ni même sentir quoi que ce soit, mais vous serez conscient de Cela, qui sera alors pour vous la Présence qui va au-devant pour aplanir les chemins montueux. Elle mettra les récoltes sur le sol avant les semences ; Elle apportera de l'or dans la bouche des poissons ; Elle enverra de la manne du ciel, et l'eau jaillira des rochers. Ce n'est pas vous qui ferez cela ; vous ne serez jamais un faiseur de miracle, mais vous serez un contemplateur de plus de miracles que n'en a vus tout autre groupe d'individus sur la terre. Vous contemplerez le renouvellement de la substance, la guérison des malades, le retour des morts à la vie et la restauration des années ravagées par la sauterelle. Vous serez témoin de tout cela, en étant un contemplateur, en restant simplement à l'écart, pour voir Cela S'écouler.

Soyez témoin de Dieu en activité. N'essayez pas de faire agir Dieu ; n'essayez pas d'amener Dieu sur la scène ; n'essayez pas d'utiliser Dieu ou d'influencer Dieu ; n'essayez pas d'utiliser la vérité d'une manière quelconque, dans un but quelconque. Soyez témoin de Son Omniprésence, de Son Omnipotence, de Son Omniscience. Soyez un contemplateur de ce Quelque Chose en activité. Le monde sera émerveillé de voir cela et dira de vous, comme il a dit de Jésus : "Jamais pareille chose ne s'est vue en Israël" (Mat. 9:33). Il a dit cela bien que Jésus ait nié sa capacité, en tant qu'homme, de faire ces prodiges. Aussi vous dira-t-on : "Vous guérissez les malades, vous ressuscitez les morts, vous êtes un faiseur de miracles." Et vous vous direz à vous-même : "Mais non, insensé, ne voyez-vous pas qu'il y a un Dieu ? Et tout ce que je peux faire est d'être silencieux en Sa présence. Comment puis-je porter témoignage de Dieu si ce n'est en silence ?" Lorsque les sens sont calmes, Dieu est présent. Quand vous n'y pensez pas, l'époux vient - au moment que vous ne pensez pas. Cela a été mal interprété, mais signifie simplement ce qui est dit, "à l'heure où vous n'y penserez pas" (Mat. 24:44). C'est quand vous êtes tranquille et silencieux que le flot s'écoule. Personne ne peut sauver ; personne ne peut guérir ; personne ne peut régénérer : Dieu est, et seul Dieu est.

Notre fonction dans la vie est d'être un témoin de Dieu en action, sans tenir compte des apparences, en regardant à travers elles. Peu importe l'apparence que prend la condition ; nous portons témoignage - à travers cette vision intérieure - de l'omniprésence du Christ, qui est l'activité de Dieu dans la conscience humaine.

Le monde n'a pas encore découvert la nature illusoire de l'erreur ; c'est pourquoi il croit que si vous péchez, vous avez besoin d'être transformé ; que si vous êtes sujet à de faux appétits, c'est vous qu'il faut traiter, corriger ou améliorer ; que si vous êtes malade, c'est vous qui avez besoin de guérison ; que si vous êtes pauvre, c'est sans aucun doute quelque chose dont vous êtes intérieurement responsable, ou dont vous êtes victime. En d'autres termes, le mot "vous" est le diable ; parce que le monde croit que si vous êtes pécheur, c'est de votre faute ; que si vous êtes pauvre, c'est en général de votre faute, même si vous n'avez rien à voir avec le fait d'être pauvre ; que si vous êtes malade, c'est parce que vous avez fait quelque chose : Vous avez contracté la maladie en vous asseyant dans un courant d'air, en attrapant quelque microbe, en vivant sous un climat qui vous incommodait, ou en
mangeant des aliments qui ne vous convenaient pas.

Toutes les religions enseignent que Dieu est tout ; que Dieu est également présent partout ; que Dieu est parfait ; que Dieu est amour ; que Dieu guide, gouverne et dirige. Tout en admettant ces vérités en théorie, peu de disciples des enseignements religieux tentent de pratiquer ces dogmes fondamentaux de leur foi, parce que la majorité d'entre eux croient non seulement dans le pouvoir du bien, mais dans le pouvoir du mal : Ils acceptent deux pouvoirs. En premier lieu, ils vous attribuent une qualité de bien en tant que personne. Or, humainement, vous n'avez aucune qualité de bien. Humainement, vous n'êtes ni bon, ni spirituel, ni parfait, ni harmonieux. Au lieu de porter témoignage d'une qualité de bien en vous, de votre perfection et de votre spiritualité, comme cela se fait dans beaucoup d'enseignements métaphysiques, portez témoignage de Dieu en action, et vous amènerez aussitôt un changement de quelque sorte. Vous amènerez une amélioration dans votre expérience dès que vous nierez posséder une quelconque qualité de bien, et que vous déclarerez : "Ne m'appelez pas bon ; ne m'appelez pas spirituel ; ne m'appelez rien du tout. Dieu est le seul bien ; Dieu est la seule activité de bien ; Dieu est la seule loi de bien ; Dieu est la seule cause et Dieu est le seul effet. Il n'y a pas de je", "moi" ou "mien" ; il n'y a que Dieu. Dieu Lui-même, en Lui-même, S'exprimant Lui-même à Lui-même. Dieu est le tout en tout." Lorsque vous portez témoignage que Dieu est la vie de l'être individuel, l'esprit de l'être individuel, la loi, la cause et l'effet de l'être individuel, votre dépliement spirituel a commencé.

Tant que vous utilisez des mots tels que "il", "elle" et "cela", ou "je", "moi" et "mien", vous essayez de spiritualiser la forme ; vous essayez de spiritualiser l'ombre de la vie. C'est tout aussi erroné que l'est la doctrine religieuse qui enseigne que nous autres, êtres humains, sommes de misérables pécheurs, indignes de toucher le bord de la Robe. Ces deux approches sont fausses, car Dieu seul est bon et, à côté de Dieu, il n'y a rien d'autre. Il n'y a aucun "je", "il", "elle". Ce qui nous apparaît en tant que "je", "il" ou "elle" est Dieu. Et si vous pouvez avoir la vision spirituelle, vous contemplerez Dieu en action. Vous verrez que c'est Dieu en manifestation, Dieu Lui-même. Quand c'est Dieu que vous voyez au lieu de voir un "il" ou une "elle", ce "il" ou cette "elle" commence de revêtir davantage de ressemblance avec l'être-Dieu.

Au lieu de déclarer que vous possédez quelque vertu, ou que d'autres en possèdent, reconnaissez que toute vertu est de Dieu :

"Dieu seul est la lumière du jour. Dieu seul est la lumière de la nuit. Dieu seul est la loi de croissance, de progrès ou de développement. Dieu seul est la source de tout être. Dieu seul est l’Âme, la pureté et la perfection de tout être.

C'est cela, porter témoignage de Dieu en action, de Dieu omniprésent, de Dieu omnipotent, de Dieu omniscient, de Dieu tout en tout. Vous ne réussirez pas dans cette pratique tant que vous aurez affaire à des personnes. Vous ne réussirez que dans la mesure où vous porterez témoignage de Dieu en action et où vous réaliserez Dieu : Dieu seul est être ; Dieu est être éternel ; Dieu est être immortel, parfait et harmonieux ; Dieu est l'essence de toute vie.

Portez Témoignage De La Nature Illusoire De l'Erreur

Si vous portez témoignage de Dieu en action, des changements commenceront à se produire dans votre expérience, mais en elle-même cette démarche n'apportera pas dans votre vie la démonstration finale et complète de l'harmonie et du pouvoir spirituel. Il faut non seulement porter témoignage de . Dieu en action, mais porter témoignage de la nature illusoire de l'erreur, afin d'amener la démonstration finale de l'harmonie dans votre expérience. De même que vous n'êtes pas bon, vous n'êtes pas mauvais. Vous n'êtes pas responsable des maux dont vous faites l'expérience ; vous n'êtes pas un pécheur ; vous n'êtes pas celui qui est pauvre ; vous n'êtes pas celui qui attrape une maladie. Ce n'est pas votre pensée erronée qui a provoqué vos problèmes, et ce n'est pas votre pensée juste qui les résoudra. Il n'y a qu'une chose qui mettra fin aux discordes et au manque d'harmonie de l'expérience individuelle, et c'est la compréhension de la vérité. Le premier point dans cette compréhension est de n'appeler personne bon, car un seul est bon. Il n'y a qu'une seule vie, qu'un seul mental, une seule Âme, une seule loi, une seule cause, un seul être et un seul effet. L'autre point de la compréhension - tout aussi important - est de n'appeler personne mauvais, car un individu n'a pas plus à voir avec la mauvaise apparence qu'avec son opposé, la bonne apparence. Quand nous manifestons une apparence de bien, c'est l'activité de Dieu à l’œuvre à travers nous. Quand nous manifestons une apparence de mal, c'est le sens matériel qui est à l’œuvre et n'est qu'un sentiment d'être séparé de Dieu.

Par exemple, vous verriez un voleur que vous voudriez aider, vous n'accepteriez pas dans votre conscience une personne qui ait besoin d'être guérie de malhonnêteté : Vous sépareriez la malhonnêteté de la personne, et vous reconnaîtriez là une croyance universelle en un état-d'être séparé de Dieu, une croyance universelle dans le manque et la limitation, ou une croyance universelle dans la possibilité pour quelqu'un d'obtenir du bien de quelqu'un d'autre, croyances qui sont toutes sans pouvoir. Autrement dit, quelle que soit la forme que prend l'erreur, cette erreur n'appartient pas à un individu : Ce n'est qu'une croyance universelle.

L'erreur N'est Pas Personnelle A l'Individu

Lorsqu'un individu vient à vous pour de l'aide, la première chose que nous devons faire est de porter témoignage de Dieu en action. Au-dedans de nous, nous portons témoignage de la réalisation qu'ici même, invisible, il y a le Christ. L'activité du Christ - l'Esprit de Dieu - est en cours, même si les apparences en témoignent autrement. Qu'en est-il alors de cette apparence qui nous est présentée ? C'est l'unique illusion, la croyance universelle en un état-d'être séparé de Dieu ; c'est la croyance universelle en une loi séparée de Dieu.

Dès que vous cessez de personnaliser le bien, vous donnez le feu vert au flot de bénédictions. Dès que vous cessez de personnaliser le mal, le tableau est achevé. Vous mettez en route l'annulation du mal à partir du moment où vous pouvez le regarder - exprimé peut-être sous la forme d'un Judas Iscariot - et dire : "Cet homme, Judas, n'est pas un pécheur. Père, pardonne-lui ; il ne sait pas ce qu'il fait. Ce n'est qu'un sens d'état-d'être séparé de Dieu et, en tant que tel, ce n'est ni une présence ni un pouvoir ; ce sens n'a personne en qui ou à travers qui opérer."

Portez d'abord témoignage, malgré les apparences, de Dieu à l'œuvre :

Dieu est la vie, le mental, l'Âme et l'Esprit de cet individu. Dieu est la seule loi à l'œuvre dans, à travers et en tant que cet individu. Dieu est le seul être ; Dieu est la seule cause ; Dieu est le seul effet. Cet univers est un univers spirituel, le produit d'une loi spirituelle et créatrice, et de l'être spirituel.

Vous portez ainsi témoignage de Dieu à l’œuvre. Mais, direz-vous, "Qu'en est-il de ce péché ou de ce mal que je contemple ?" Oui, qu'en est-il ? Nous n'allons pas nier ce que nous voyons, mais nous allons reconnaître que cela n'appartient pas à l'individu. Nous n'allons l'accepter qu'en tant que croyance universelle en un état-d'être séparé de Dieu, qui n'a rien à voir avec cet individu.

On trouve un exemple de la nature universelle des croyances qui s'attachent à nous en observant les schémas de comportement identiques chez les enfants à un âge donné. Tous les enfants se ressemblent au même âge, et la plupart d'entre eux se comportent de manière presque semblable. Ils font les mêmes choses très amusantes et le mêmes choses embêtantes. Un enfant de 2 ans a 2 ans, et vous ne pouvez pas le changer. Il sera parfois pénible et parfois angélique. Pourquoi ? Ce n'est pas du tout l'enfant ; c'est l'âge de 2 ans.

Quand un enfant a 13 ans, il agit comme à 13 ans. Regardez un enfant de 13 ans et vous aurez vu presque tous les enfants de 13 ans. Les bêtises que fait l'un, les autres les font aussi. Bien sûr, il peut y avoir de petites différences, parce que tous n'ont pas les mêmes goûts. L'un fera un certain type de bêtises, et l'autre en fera d'autres ; l'un sera bon d'une façon, et un autre de façon différente. Mais dans l'ensemble, si vous regardez des enfants de Io ans, de 13 ans ou de 16 ans, vous admettrez qu'ils sont tous sortis d'un moule pratiquement identique. Cela est une vérité presqu'aussi universelle qu'il est possible de l'être. Pourquoi ? Parce que les enfants eux-mêmes n'ont rien à voir là-dedans : Ils répondent à la croyance humaine qui leur est attachée à un âge particulier. Une croyance universelle veut que les adolescents soient impertinents et désobéissants et pensent que leurs parents ne savent rien. Cette dernière croyance est si universelle que nous avons le dicton :

"A 20 ans, je savais que je connaissais tout ce que l'on pouvait savoir au monde. A 3o ans, je commençai à soupçonner que, peut-être, je ne savais pas tout, et à 40 ans, je sus que c'était mes parents qui savaient tout."

Tout le monde a ces croyances et répond au même genre de chose de manière très semblable, parce que c'est une réponse à une croyance universelle. Abordez l'erreur en tant que prétention universelle, au lieu de la considérer comme votre erreur ou la mienne. Au lieu d'attacher une forme d'erreur à une personne, en croyant que cette personne est obstinée, celle-là tyrannique, cette autre malhonnête, celle-ci immorale et celle-là ceci ou cela, ignorez l'apparence présentée par la personne. N'ignorez pas la prétention. N'ignorez jamais la prétention. Ignorez la personne et abordez la prétention en réalisant que celle-ci n'est pas personnelle, qu'elle n'a rien à voir avec la personne concernée. C'est un sens universel d'un état-d'être séparé de Dieu, et un sens universel d'une loi séparée de Dieu.

Si vous êtes confronté à la croyance universelle en une loi d'infection ou une loi de contagion, ne blâmez pas votre patient pour cela. Si Dieu est loi, et si Dieu est infini, il ne peut y avoir de loi de maladie, de loi d'infection, de loi de contagion. Ces prétendues lois ne sont que des croyances universelles. Blâmeriez-vous un petit enfant d'avoir attrapé une maladie infectieuse et contagieuse ? L'enfant n'a rien à y voir ; il est la victime innocente d'une croyance universelle, tout comme l'adulte. Cela est vrai, quels que soient le nom, la nature, la profondeur ou le degré de péché ou de maladie.

En réalisant que l'âge n'a rien à voir avec une personne, un travail remarquable a été effectué parmi des individus qui sont soumis à la croyance en la vieillesse. Puisque la seule personne est Dieu apparaissant en tant qu'être individuel, nous avons tous le même âge que Dieu. Aucun individu ne peut par conséquent être plus âgé qu'un autre, parce que Dieu est individu infini. Mais le problème est la croyance universelle en une vie séparée de Dieu, en un état-d'être séparé de Dieu, en une loi de détérioration de la matière, et en une loi de rendement non proportionnel. Reconnaissez qu'il n'y a ni jeunesse, ni vieillesse : Il n'y a que Dieu.

Témoignez Que Dieu Est Être Individuel

Quelles que soient les conditions visibles sur terre, portez témoignage de Dieu à l'œuvre. Quelle que soit la condition qui vous apparaisse chez une personne, témoignez de la vérité que Dieu est être individuel. Dieu constitue tout ce qui concerne cet être. Dieu est le principe créateur ; Dieu est l'influence qui maintient et soutient. En conduisant votre voiture, ou en marchant dans les rues grouillantes de la ville, témoignez de Dieu à l'œuvre. Portez témoignage du fait qu'en réalité, c'est le Christ même qui est là. Le bon sens vous dit que ce que vous regardez ne ressemble pas au Christ ; que ce que vous voyez - les horreurs dont vous êtes témoin - ces choses-là ne sont sûrement pas le Christ à l'œuvre. C'est à ce moment-là qu'il faut faire le pas suivant et porter témoignage de la nature illusoire de l'erreur : "Ces choses que je vois sont les effets du sens universel d'un état-d'être séparé de Dieu. 3e vois là les effets d'une croyance universelle en une loi, une activité ou une cause séparée de Dieu. De telles croyances n'étant que des croyances, ne sont pas un pouvoir. Elles ne sont pas soutenues par l'activité de Dieu ; elles ne sont pas supportées et maintenues par la loi de Dieu. 3e les vois pour ce qu'elles sont : une croyance en un état-d'être séparé de Dieu, ou bien une croyance en une loi médicale ou théologique, ou encore une croyance en une substance ou activité séparée de Dieu."

Il y a dans l'univers une Présence et un Pouvoir invisibles, l'Infini Invisible. Cet Infini Invisible apparaît sous forme visible. Il est la loi de ce qui est visible. L'Infini Invisible est l'essence et l'activité du visible. Nous ne regardons que vers l'Infini Invisible pour notre bien et pour celui de l'univers ; vers personne d'autre, ni vers quoi que ce soit d'autre. Par cette confiance, le "quelqu'un" ou le "quelque chose" dans le visible devient l'instrument à travers lequel l'Invisible opère. L'Infini Invisible peut nous purifier à tel point que plus jamais nous ne blesserons quelqu'un ; plus jamais nous ne serons injuste, méchant ou faux envers quelqu'un ; plus jamais nous ne serons négatif de quelque manière que ce soit envers quelqu'un.

Saisissons la vision : Contemplons Dieu à l’œuvre, mais contemplons aussi toute forme d'erreur comme étant une croyance universelle. Il n'y a que Dieu, mais Dieu apparat sur terre en tant qu'homme ; Dieu S'exprime en tant qu'être individuel. Dieu est la substance, la cause et la loi de tout être. Le mal n'existe pas en tant que cause dans une personne Le mal n'existe pas en tant que personne : Le mal est un état d'illusion. Portons témoignage que Dieu est à l’œuvre, et que la nature universelle du mal est illusion et n'a pas de pouvoir. Il n'y a qu'un seul pouvoir, Dieu. Dieu, seul, est bon.

Le bien ne peut pénétrer dans votre expérience et celle des autres que dans la mesure où il y a un individu si dénué d'égo qu'il est désireux de porter témoignage de Dieu à l’œuvre. Peut-être les Hébreux seraient-ils encore esclaves sous les Pharaons s'il n'y avait pas eu un Moïse, et l'aide précieuse d'Aaron. Moïse se savait lent à parler ; ce qui signifie peut-être qu'il reconnaissait ne pas en savoir assez pour conduire les Hébreux hors d'Égypte, mais était disposé à obéir à Dieu et à laisser Dieu parler à travers lui pendant qu'il resterait silencieux. Jour après jour, Jésus répétait volontiers, "De moi —même, je ne peux rien faire." Il se contentait de rester assis les yeux fermés, et de laisser le Père au-dedans de lui faire les œuvres.

Il n'y a pas de praticiens ou d'instructeurs modernes capables de guérir vos maux ou d'apporter la paix sur la terre, mais il y a beaucoup de mystiques consacrés, d'instructeurs spirituels, d'écrivains et de praticiens qui sont disposés à s'asseoir en silence, et à contempler la présence et le pouvoir de Dieu à l'œuvre dans les affaires humaines.

Souvenez-vous, il faut qu'il y ait un Moïse ou un Jésus, ou bien un vous ou un moi ; il faut qu'il y ait un individu prêt à être silencieux et à porter témoignage de Dieu à l'œuvre à travers sa conscience, pour changer votre vie et les évènements du monde.

A votre tour, en tant qu'étudiant de La Voie Infinie, vous
devez compter parmi ceux qui sont prêts à reconnaître que vous êtes lents à parler, que vous avez une compréhension
insuffisante, et que de vous-mêmes, humainement, vous n'avez aucun pouvoir spirituel. Alors, dans cette négation de l'égo, soyez en paix et laissez la "petite voix tranquille" prononcer la Vérité à travers vous :

"La voix de l’Éternel est puissante ; la voix de l’Éternel est majestueuse.
La voix de l’Éternel brise les cèdres ; l’Éternel brise les cèdres du Liban...

La voix de l’Éternel fait jaillir des flammes de feu. La voix de
L’Éternel fait trembler le désert...
La voix de l’Éternel fait enfanter les biches ; elle dépouille
des forêts. Dans son palais tout s'écrie : Gloire !
L’Éternel donne la force à son peuple ;
L’Éternel bénit son peuple et le rend heureux."
Psaume 29 : 4,5,7,9,11

Nos étudiants écrivent souvent, pour parler de leur découragement et de leur frustration, pensant que leur dépliement spirituel n'est pas assez rapide, ou que leur compréhension spirituelle est insuffisante. Je réprimande ces étudiants de façon parfois sévère. Je ne peux m'empêcher de me demander s'ils s'attendent à être plus grands que Moïse, Jésus ou Jean. En fait, tout mystique véritable a été un jour vivement conscient de sa propre insuffisance, et s'en est réjoui au lieu de la déplorer.

A travers les textes de La Voie Infinie, vous découvrirez combien de fois j'ai écrit que je ne sais pas comment guérir. Peut-être pensez-vous que je fais semblant d'être modeste. Rien n'est plus éloigné de la vérité. Franchement, je ne sais pas comment guérir une simple migraine ou un simple rhume, ni comment apporter la paix, la prospérité ou le bonheur dans la vie de nos étudiants. Mais, ancré dans la conviction que le savoir humain n'est pas un pouvoir spirituel, je suis disposé à m'asseoir en méditation, de 10 à 20 fois chaque jour, pour contempler Dieu et les choses de Dieu, et parfois entrer en communion réelle avec Dieu, puis à attendre dans la tranquillité que la Présence-même et le Pouvoir-même de Dieu S'expriment au-dedans de moi, ou au-dedans de vous, pendant que je suis assis en paix pour contempler, et plus tard porter témoignage du surcroît d'harmonie qui se manifeste dans la vie de nos étudiants. Il y a un Esprit dans l'homme, mais il nous faut être tranquille, et Le laisser S'exprimer, pendant que nous Le contemplons à l'œuvre et que nous sommes témoin de Ses fruits.

J'espère que vous ne pensez pas que c'est Joël qui écrit ce message pour vous. Non, Joël est assis dans son bureau ; ses yeux sont levés vers les collines d'où vient notre aide, et il y a un espèce de vide en lui tandis qu'il est assis et regarde les arbres et les fleurs, et entend chanter les oiseaux. Ce message arrive à travers lui, pendant qu'il s'émerveille que la grâce de Dieu lui permette d'être l'instrument à travers lequel vous le recevrez. Si Joël n'était pas assis ici, dans cette attitude d'écoute, soit le monde ne recevrait jamais ce message, soit quelqu'un d'autre que Joël devrait le transmettre, parce que l'activité de Dieu ne peut atteindre la terre qu'à travers un individu, un individu silencieux et réceptif. Vous devez être cette personne pour votre famille, pour vos patients, pour vos étudiants, et pour ceux qui viennent à vous pour de l'aide spirituelle.

A l'Adresse De Nos Étudiants Sérieux

Nous sommes au cœur d'une expérience qui peut transformer la nature de notre travail, et la démonstration -par le monde - de la guérison spirituelle.

Nous savons que l'on ne peut parvenir à une guérison spirituelle en lisant un livre, ou une douzaine de livres, ni en
suivant des cours. Ce ne sont là que des étapes conduisant au moment où votre conscience lâche sa foi matérielle et devient imprégnée de lumière spirituelle. Ceux qui ont, au fil des ans, été fidèles et diligents dans l'étude et la pratique de la vérité métaphysique et spirituelle, ont développé une conscience de guérison et aidé le monde à parvenir aussi loin dans l'évolution spirituelle. Cependant, nous avons maintenant, dans les Lettres de Juin à Octobre 1957, un cours d'instruction des principes de guérison qui, s'ils sont étudiés et pratiqués de façon fidèle et suivie pendant un certain temps, développeront pour vous une conscience de guérison - vous permettant de mieux guérir et être guéri - mais montreront aussi à tous les métaphysiciens, par vos guérisons plus nombreuses, qu'ils peuvent eux aussi développer leur conscience de guérison, avec les principes donnés dans ces Lettres.

C'est seulement si les étudiants de La Voie Infinie deviennent connus comme bons guérisseurs et instructeurs, que les autres métaphysiciens en viendront à réaliser la valeur de ces principes, et seront amenés à les adopter dans leur vie et dans leur pratique. Souvenez-vous toujours que nous ne cherchons pas de membres ou de disciples : Notre objectif est de rendre les principes de guérison spirituelle disponibles à tous dans les organisations religieuses métaphysiques et traditionnelles. Notre espoir est que le monde entier puisse vivre et guérir par les principes spirituels, et que nous
puissions être un instrument à travers lequel cela se produise.

Déjà, les guérisons qui ont eu lieu par les principes enseignés dans les écrits de La Voie Infinie ont transporté ce message autour du monde. Maintenant que les principes de guérison sont incorporés dans quelques Lettres, il sera possible pour les étudiants sérieux d'aller loin dans cette direction ; ils pourront, par leurs œuvres et leur exemple, apporter ces principes à tous ceux qui recherchent la guérison, ou cherchent à être des guérisseurs.

Mais ne vous laissez pas duper par la simplicité ou la concision des Lettres de Juin à Octobre. Il faut les étudier et les pratiquer pendant que se déploie une conscience de guérison.

Soyez bénis, si, maintenant que vous savez, vous poursuivez jusqu'au bout et réussissez.

A TRAVERS LA RÉDACTION

En regardant la scène humaine, nous voyons des conflits et des bagarres perpétuels : Le bien lutte contre le mal ; la santé s'efforce de venir à bout de la maladie ; la vertu combat le vice ; l'abondance fait la course pour tenter de devancer la pénurie ; la guerre et la paix alternent constamment, et la naissance et la mort occupent les mêmes pages des journaux.

Lorsque l'on inventa les mousquets, les nations qui avaient des arcs et des flèches furent vaincues, pour l'être de nouveau lorsqu'apparurent les fusils. Quand le pouvoir d'une torpille lancée d'un sous-marin devint supérieur au pouvoir des fusils ou des canons sur les bateaux, le sous-marin triompha des plus grands navires du monde. L'avion est venu à bout des armées de terre, et l'arme la plus récente - le pouvoir atomique - a semé la peur sur la terre. La médecine et la chirurgie poursuivent leur guerre contre la maladie. L'éducation livre une vaillante bataille contre l'ignorance, la superstition et la peur. Nous pouvons résumer le tout en une expression : La lutte pour la survie. En remarquant comment un pouvoir surmonte toujours un pouvoir moindre - pour être à son tour dominé par un pouvoir supérieur - nous pouvons nous demander où tout cela finira. Cette lutte peut-elle continuer sans cesse, avec toujours un ogre qui en dévore un autre ? En regardant ce spectacle d'un point de vue matériel, on constate que le problème de survie trouve toujours sa réponse dans la découverte
d'un pouvoir encore plus grand que celui qui est déjà connu.

Partout dans le monde, les gens reconnaissent que cette incessante guerre du mental et de la matière doit se terminer, et qu'il faut trouver une autre solution. Dans La Voie Infinie, nous croyons avoir trouvé la solution aux problèmes de la vie : Une manière de vivre harmonieuse qui n'est pas fondée sur le
pouvoir. La compréhension de cette manière de vivre commence à résoudre nos problèmes personnels, entraîne une vie de famille, des affaires et des relations sociales plus harmonieuses, et englobe dans cette harmonie tous ceux qui sont ou qui deviennent une partie de notre conscience.

Finalement, cette manière de vivre sera celle de toute l’humanité, et le mot "pouvoir" ne sera plus alors utilisé que pour mesurer la force de l'électricité ou de l'énergie atomique.

En août, une centaine d'étudiants se sont réunis ici, à Hawaï, venant de tous les coins du continent, de la Côte Atlantique à la Côte Pacifique, du Canada, d'Angleterre, d’Australie et d'Amérique du Sud. Un hôtel d'Honolulu a réservé toutes ses chambres pour les étudiants de La Voie Infinie, et une demi-douzaine d'autres hôtels en ont hébergé d’autres, tandis que quelques uns étaient invités à loger chez des amis. Ces étudiants sont venus d'aussi loin, à grands frais, pour assister aux Classes Fermées d'Halekou. Pourquoi sont-ils venus ? Si chaque étudiant qui est venu s'était posé à lui-même cette question, peut-être que pas un seul d'entre eux n’aurait pu donner une réponse «raisonnable" ou "sensée". Il n'y a de réponse au niveau matérialiste, parce que celui-ci ne peut évaluer une expérience qu'en termes de gains matériels ; Il n'y avait aucun espoir possible de gain matériel ou tangible. Ces étudiants sont pourtant venus ; ils étaient ici, et été attirés sans la moindre pression : Absolument aucun pouvoir d'aucune sorte n'a été utilisé pour les attirer ici.

Nos étudiants ont appris par mes écrits et leur propre expérience, que Dieu constitue l'être individuel ; chacun d'eux
Est donc en sécurité dans sa propre intégrité spirituelle, un
Avec sa Source. Chacun d'eux représente Dieu, S'accomplissant lui-même. Chacun est nourri par la viande, le vin, le pain et l’eau intérieurs, au-dedans de son propre Être. Chacun tire la vie le soutien et la sagesse de la source d'eau vive au-dedans de son propre être. Chacun tire l'inspiration des collines d'où vient votre aide, cette conscience élevée qui a évolué tout au long d'une vie de don et de partage sans égoïsme. Nos étudiants ont appris qu'on ne peut recevoir ni la santé, ni l'harmonie, ni l'approvisionnement, mais que ceux-ci peuvent être prodigués à partir de ce qui est au-dedans de chacun d'entre eux.

Aucun pouvoir n'a attiré ces étudiants, qui ont parcouru de quatre mille à quinze mille kilomètres pour venir ici ; aucune promesse, aucune suggestion, aucun espoir de gains, pas même l'attente d'apprendre quelque chose au sujet de plus grands pouvoirs. Dans cette grande expérience, peut-être entreverrez-vous - avec le discernement spirituel - les principes de La Voie Infinie. Cela pourra vous aider à comprendre le passage qui apparaît en page de garde de tous nos écrits :

" L'illumination dissout tous les liens matériels et relie les hommes entre eux par les chaînes d'or de l'entendement spirituel. Elle ne reconnaît que l'autorité du Christ. Elle n'a ni rituel ni règle, hormis l'Amour divin, universel et impersonnel. Son seul culte est la flamme intérieure qui toujours brille sur l'autel de l'Esprit. Cette union est la libre condition de la fraternité spirituelle. Seule la restreint la discipline de l'âme. Nous jouissons donc d'une liberté sans licence, dans un univers unifié ne connaissant pas de limites physiques, et nous adorons Dieu sans cérémonial ni crédo. Les illuminés marchent sans peur, par la Grâce."
(Extrait du livre La Voie Infinie)

Si vous pouvez seulement percevoir la nature de ce passage, vous comprendrez le miracle qui a attiré ici ces étudiants... Discerner cela, c'est comprendre la nature de La Voie Infinie et son mode de révélation de l'Omniprésence. Y a-t-il plus que ceci ? Réfléchissez et méditez.

Lorsque vous êtes confronté à certains problèmes de "ce monde", souvenez-vous que la réponse n'est pas d'utiliser quelque pouvoir - pas même un pouvoir de Dieu - pour dominer ou détruire quoi que ce soit. Observez qu'il n'y a que dans "ce monde" qu'un pouvoir en combat un autre, mais que dans "mon royaume", il n'y a pas de pouvoir.

_________________
Tout est Conscience d’Être.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-magie-dorion.monempire.net
 
PORTEZ TÉMOIGNAGE Joël GOLDSMITH
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Témoignage de M. Alcader, auteur du "Vrai visage de l'Islam"
» LA CONFIRMATION (témoignage)
» VIDÉO: Un réel fait vécu; Jésus m'a sauvé ! Témoignage d'une Québécoise :
» Mon petit témoignage
» Témoignage : De Mahomet à JESUS-CHRIST (vidéo)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Magie d'Orion :: Spiritualité :: Univers spirituel-
Sauter vers: