AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Causerie de Joël Goldsmith (extrait)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Orion
Admin


Date d'inscription : 17/11/2011
Localisation : Nord

MessageSujet: Causerie de Joël Goldsmith (extrait)   Ven 23 Oct - 14:23


Causerie de Joël Goldsmith (extrait)

Cela fait maintenant plusieurs semaines que nous avons mis en évidence ce point : nous, qui étudions ensemble -bien que nous soyons heureux et contents de chaque guérison et chaque harmonie qui survient dans notre expérience individuelle - nous avons atteint le stade où cela ne constitue pas notre raison d’être ici. Nous savons à présent que notre raison d’être ici est le développement de la conscience spirituelle ; et cette dernière aura pour résultat l’amour spirituel qui doit entourer la terre. L’une des choses les plus étranges en ce qui concerne cet amour spirituel, c’est qu’il se situe finalement à l’opposé de l’amour humain. Et ceci constitue pour beaucoup une pilule très amère à avaler. Il y a beaucoup de gens qui aiment croire que l’amour humain est sanctifié quand nous sommes touchés par l’esprit.

Voilà ce que vous découvrez dès que vous approfondissez le travail de guérison spirituelle. Même ceux d’entre vous qui n’ont fait qu’une faible quantité de travail de guérison se sont aperçu que le fait de sympathiser ne vous aide pas dans le travail. En fait, n’importe quel sentiment d’émotion humaine que vous éprouvez à l’égard du patient ou à l’égard de la prétention constitue une barrière au travail de guérison. Il y a bien des années, je me souviens que j’entendais énormément de personnes déclarer que les Scientistes Chrétiens (ne pas confondre avec les scientologues) sont froids et antipathiques. Il y en a peu qui se doutaient à quel point ils les complimentaient, car c’est l’indifférence et le manque de réaction qui constituent le principe de guérison.

La conscience de guérison est celle qui est épurée de la croyance en la réalité de toutes les apparences. Cette semaine, cela m’est venu avec force à l’esprit quand j’ai lu cette histoire qui vient de l’Inde :

« Chaque jour trois moines se rendaient au Gange afin de s’y baigner et ils pendaient le peu de vêtements qu’ils avaient à la branche maîtresse d’un arbre. Un jour, ils virent un aigle énorme plonger dans l’eau, en ressortir avec un gros poisson et s’envoler. L’un des moines se tourna vers l’aigle et lui dit : « Vilain oiseau ! » ; et soudain ses vêtements tombèrent dans la poussière et s’envolèrent. Le deuxième moine dit avec sympathie : « Pauvre poissons ! » et ses vêtements tombèrent de la branche et s’envolèrent. Le troisième moine se contenta de sourire - et ses vêtement continuèrent à se balancer dans la brise. »

En d’autres mots, le troisième moine comprenait la nature de l’esprit charnel et de ses images.

Il en va de même pour nous. Quand nous ignorons les apparences, les douleurs, les manques et les limitations de nos patients et que nous demeurons au centre de notre être avec la pleine reconnaissance de l’amour de Dieu et de la grâce de Dieu, cela amène la guérison spirituelle. La sympathie plonge le patient plus profondément dans ses problèmes. Avec ceci vous abordez le sujet de la prière et dans le Reader’s Digest de juin 1963, il y a un bon article qui s’appelle : « Aidez-vous vous-mêmes ». Je vous le cite :

« Quand j’étais jeune, je voulais tout et tout de suite jusqu’à ce qu’un vieux ministre su culte écossais m’ait expliqué les choses de cette manière : Une nuit, il a rêvé qu’il voyait un nouveau magasin dans la Rue Haute. Il y pénétra et vit un ange derrière le comptoir. Nerveusement, il demanda ce que le magasin vendait. « Tout ce que votre cœur désire, » répondit l’ange.
« Alors je veux la pais sur la terre, » s’écria le ministre, « une fin au chagrin, à la famine et à la maladie… »
« Un instant » sourit l’ange. « Vous n’avez pas tout à fait compris. Ici nous ne vendons pas les fruits - uniquement les semences ».

C’est ainsi que d’ordinaire la prière a pour objectif la paix sur la terre, ou bien la santé ou l’approvisionnement ; mais Dieu n’a pas ces choses à donner. La vérité ne peut que planter des semences au-dedans de notre conscience, les semences de la vérité, de l’amour et de la vie ; et ces semences produisent les « choses ajoutées » - la paix sur la terre, les guérisons et les approvisionnements.

C’est la raison pour laquelle, dans nos principes de guérison, nous ne savons pas comment arrêter la douleur ou réduire des fièvres ou des grosseurs. Le traitement spirituel consiste à planter les semences de la vérité dans la conscience et quand la conscience réagit, il y a « des signes qui suivent. » Il y en a tellement qui oublient que le sot doit être fertile. Il ne peut être stérile ni rocheux ; et c’est la raison pour laquelle tout le monde n’est pas guéri immédiatement par les moyens spirituels. C’est un ministère spirituel qui plante les semences de la vérité dans notre conscience. Si votre conscience est fertile, vous pouvez obtenir une guérison rapide magnifique. Si elle n’est pas fertile, continuez à étudier jusqu’à ce que votre conscience se soit spiritualisée et que vous ayez développé l’amour spirituel.

_________________
Tout est Conscience d’Être.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-magie-dorion.monempire.net
 
Causerie de Joël Goldsmith (extrait)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Extrait du Livre de la Loi d'A. Crowley
» Extrait sur les Bodhisattva - Gyétrul Jigmé Norbu Rinpoché
» Extrait de René - Chateaubriand
» Extrait d'enseignement: Ecouter, Contempler et Méditer par SS le 17ème Karmapa
» extrait d'un livre très intéressant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Magie d'Orion :: Spiritualité :: Univers spirituel-
Sauter vers: