AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

  Chevaux Celebres au galop.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Orion
Admin


Date d'inscription : 17/11/2011
Localisation : Nord

MessageSujet: Chevaux Celebres au galop.   Mar 10 Fév - 16:28



Godolphin Arabian

Godolphin Arabian (1724-1753), est un cheval de race Pur-sang arabe ou Barbe1 à l'origine d'une des meilleures lignées de Pur-sang anglais, excellents chevaux de course.

L'histoire

À l'origine, Godolphin Arabian fut reçu en cadeau du Bey de Tunis2, par Louis XV en 1731, avec sept autres étalons. Selon certains témoignages, El Sham (son nom d'alors) n'arriva jamais jusqu'aux écuries royales. Selon d'autres, le cheval, fin et nerveux, ne fut pas apprécié par le roi qui recherchait plutôt des chevaux puissants, à la mode à cette époque. Un valet d'écurie aurait donc vendu l'animal à un porteur d'eau afin qu'il lui tire sa charrette.

Ce qui est certain, c'est qu'un gentilhomme anglais nommé Edouard Cook racheta l'étalon lors d'un passage à Paris, pour le ramener en Angleterre où il l'offrit à l'un de ses amis, Roger Williams, le tenancier d'un pub londonien. Le marquis de Godolphin avait l'habitude de se rendre dans ce bar, il racheta une fois de plus l'étalon et l'emmena dans son haras, afin qu'il serve de boute-en-train (souffleur) à l'un de ses propres étalons, Hobgoblin. Souffleur est un rôle ingrat pour un étalon, il s'agit de "préparer" les juments à la saillie avant la venue du véritable géniteur. Ici, l'histoire rejoint une légende selon laquelle Godolphin aurait échappé à son lad et tué son rival, Hobgoblin, au terme d'un combat épique. Légende ou pas, une chose est sûre : Godolphin a saillit la jument Roxana et ainsi donné naissance à un poulain nommé Lath. Lath aurait été élevé au lait de vache après la mort de sa mère, puis il présenta rapidement de très grandes qualités de cheval de course. Lath fut le père du troisième grand étalon Pur-sang anglais, Matchem (1748), qui donna lui-même naissance à 354 gagnants. El Sham fut renommé Godolphin Arabian (ou Godolphin Barb selon certaines versions) et vit trois de ses fils, Lath, Cade et Regulus, triompher à une même réunion de courses en 1738, dans des épreuves différentes.




Black Caviar

Élevée par Swettenham Stud, acquise yearling par ses propriétaires pour Au$ 210 000, Black Caviar entame sa carrière à deux ans par deux victoires faciles et ne se produit qu'à trois reprises à 3 ans, s'adjugeant ses deux premières courses de groupe. Cette pouliche à la robe baie brune et au modèle imposant est d'emblée cantonnée sur 1000 et 1200 mètres, ses distances de prédilection. A chacune de ses apparitions, elle laisse ses adversaires dans le lointain, et remporte son premier groupe 1 à l'occasion du Patinack Farm Classic en novembre 2010. C'est le premier du série de six groupe 1 gagnés consécutivement à l'âge de 4 ans. En février 2012, elle s'aventure au-delà de sa distance fétiche, sur les 1400 mètres des C F Orr Stakes, où elle s'impose tout aussi facilement. Sa carrière consiste en une litanie ininterrompue de victoires, Black Caviar remportant toutes les grandes épreuves australiennes de sprint, avec à chaque fois une marge conséquente sur ses rivaux, et plusieurs records de vitesse. Elle a été chronométrée en moins de dix secondes sur 200 mètres, avec des pointes à plus de 72 km/h. Véritable superstar en Australie où elle n'a plus rien à prouver après 21 victoires en autant de sorties, et onze groupe 1 à son actif, elle est envoyée en juin 2012 en Europe pour affronter les sprinters du vieux continent. Le 23 juin, devant 5000 supporteurs Australiens, elle dispute les Diamond Jubilee Stakes, retransmis sur écran géant au centre de Melbourne où le public s'était retrouvé pour encourager sa championne à 6 heures du matin. Grandissime favorite, elle s'impose, mais pour la première fois de sa carrière, doit lutter âprement pour la victoire : poussée à la lutte par deux pouliches françaises, Moonlight Cloud (montée par Thierry Jarnet) et Restiadargent, elle ne gagne que d'une tête, son jockey Luke Nolen, qui découvrait à cette occasion les courses européennes, ayant par ailleurs posé les mains à quelques mètres de la ligne d'arrivée, par excès de confiance et après avoir vraisemblablement confondu une caméra avec le poteau. Malgré une combinaison de contention spécialement conçue pour favoriser sa circulation sanguine durant l'interminable voyage (plus de 30 heures) qui l'amène en Angleterre, la jument a sans doute aussi été fatiguée par cet éprouvant déplacement. Cette victoire lui offre tout de même le titre de sprinter de l'année en Europe. En février 2013, Black Caviar, désormais âgée de 6 ans, effectue une rentrée victorieuse dans les Lightning Stakes, puis enchaîne avec les Australia Stakes, promues groupe 1, et à nouveau les T J Smith Stakes, sa 25 victoire en autant de sorties. Alors que l'on spécule sur la prochaine et dernière sortie australienne de la jument avant sa nouvelle expédition à Ascot, prévue depuis longtemps, son entraîneur Peter Moody annonce à la surprise générale, le 17 avril, que sa championne ne serait plus revue en compétition1. Black Caviar prend donc sa retraite plus tôt que prévu, en laissant le souvenir d'un phénomène invincible, probablement le meilleur sprinter de tous les temps.



Frankel

Le fils de Galileo atteint le plus haut rating jamais donné par Timeform, après sa victoire à Ascot dans les Queen Anne Stakes (Groupe 1). Invaincu, s’adjugeant un 6e  Gr. 1, le crack de Sir Henry Cecil rend un vibrant hommage à son homonyme, l’entraîneur américain du Prince disparu en 2009, Bobby Frankel, recordman du nombre de victoires de Gr.1  en une année (25 en 2003). L’entourage étant convaincu de sa tenue, nous verrons pour la première fois le phénomène de la casaque Abdullah sur plus long que 1600 mètres, à l’occasion des Eclipse Stakes, sur 2000 mètres. Frankel courra ensuite comme l’an passé les Sussex Stakes puis en août les bien nommées Juddmonte Stakes, sur 2100 mètres. Chacune de ses sorties est une meilleure raison d'’adorer les courses de chevaux.

Le nombre clé :
11e course
11e succès
11 longueurs devant Excelebration dans les Queen Anne Stakes à Ascot.



Curlin



Le galopeur américain Curlin possède l’un des plus beaux palmarès récolté aux Etats-Unis mais aussi aux Emirats-Arabes-Unis, avec la victoire la plus imposante de l’histoire de la Dubai World Cup, avec précisément 7 longueurs et trois quarts d’avance. Il est aussi le recordman actuel des gains du continent nord-américain.

S’il fallait tracer une histoire de la Dubai World Cup, bien sûr le champion Cigar ressortirait, ainsi que Dubai Millenium (« formaté » pour gagner la course du millénium de l’an 2000), mais aussi Curlin, si dominateur en 2007 qu’il semblait courir tout seul ce jour-là, tout seul dans la course la plus dotée au monde…

Curlin est né le 25 mars 2004 dans le Kentucky. D’un point de vue généalogique, il est issu d’un mix de grands champions canadiens et américains. A 3 ans, sans avoir jamais couru, il est acheté pour 57 000 $ à une vente de yearlings. Dès sa première course, il colle 12 longueurs et demie au deuxième ! Aussitôt, son récent propriétaire fait une plus-value en le revendant 3,5 millions de dollars. Dès sa deuxième course, il se retrouve avec le jockey Robby Albarado sur le dos, qui ne le quittera plus. Curlin remporte avec désinvolture ses 2e et 3e courses et se retrouve favori pour son premier grand rendez-vous, le Kentucky Derby, le premier groupe I à son programme. Mais il y est battu, à la lutte tout de même, et termine 3e.
Breeders’ Cup Classic et Dubai World Cup

Curlin remporte toutefois son groupe I suivant, les Preakness Stakes. Ses deux courses suivantes se soldent par une 2e et une 3e place. Il remporte alors le Jockey Club Gold Cup (encore un groupe I) et se présente à la Breeders’ Cup Classic 2007 dans la position de favori. Là, Curlin ne fait de fioritures et est le 8e cheval de 3 ans de l’histoire de la course à remporter cette célébrissime Breeders’ Cup Classic, avec 4 longueurs et demie d’avance sur le deuxième.

Cette formidable année 2007 lui vaudra d’obtenir le meilleur rating de l’année (à égalité avec Authorized, vainqueur en Europe du derby d’Epsom), et d’être désigné meilleur 3 ans de l’année, ainsi que cheval de l’année.

Se profile alors la grandiose Dubai World Cup 2008. Curlin y est installé favori. Et le fait est qu’il n’y rencontre aucun adversaire à sa mesure : c’est un véritable cavalier seul, il gagne avec précisément 7 longueurs et trois quarts d’avance sur le deuxième : du jamais vu dans cette épreuve, un record qui tient toujours ! Qui plus est, cette avance n’a été obtenue que sur une distance assez courte, juste sur l’accélération fournie dans la dernière ligne droite (je vous ai mis le lien pour la vidéo de la course en fin d’article).

Par la suite, Curlin remporte encore quatre groupes I pour une deuxième place. Il conclut sa carrière sportive par une quatrième place dans la Breeders’ Cup Classic 2008, où il ne réussit donc pas le doublé. Il est toutefois à nouveau désigné cheval de l’année pour 2008.

Son bilan est exceptionnel : 16 courses disputées, 11 victoires, 2 deuxièmes places, 2 troisièmes places, 1 quatrième place. Avec un total de gains de 10 501 800 $, ce qui constitue le record des gains du continent nord-américain, Curlin passant devant le mythique Cigar.

Depuis, Curlin est bien sûr devenu étalon. Rien qu’en 2009, il a été utilisé comme tel à 131 reprises. Pour info, le 22 janvier 2012 est né un poulain aux origines prestigieuses, puisque sa mère est Rachel Alexandra, cheval de l’année 2009… Un futur champion ?

_________________
Tout est Conscience d’Être.  


Dernière édition par Orion le Mer 25 Mar - 14:05, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-magie-dorion.monempire.net
Orion
Admin


Date d'inscription : 17/11/2011
Localisation : Nord

MessageSujet: Re: Chevaux Celebres au galop.   Mar 10 Fév - 16:39



Galileo



Galileo



Galileo est l'étoile la plus brillante dans la constellation des étalons modernes. L'année 2011 est marquée par l'insolente réussite de ses produits. Il a transmis à Frankel, Golden Lilac, Treasure Beach et Nathaniel, lauréat ce samedi 23 juillet des King George, son extraordinaire courant de sang.

Le 3 ans de John Gosden Nathaniel a mis en avant lors de sa victoire dans les King George à Ascot, comme si cela était nécessaire cette année, l'incroyable réussite des produits de Galileo. En 2001, ce dernier avait aussi remporté ce Groupe I britannique (cf. vidéo ci-dessous). L'étalon de Coolmore est désormais en train de s'inscrire dans la lignée du courant de sang dont il est issu, celui de l'exceptionnel Sadler's Wells, chef de race des pur-sang comme l'était son père Northern Dancer. Galileo a également pris le meilleur de sa mère la regrettée Urban Sea. Lauréate du Prix de l'Arc de Triomphe en 1993, elle a transmis à son fils la ténacité et la solidité qui caractérisent la souche allemande. Du sang germanique coule en effet dans ses veines de manière indirecte grâce à la mère d'Urban Sea, Allegreta.

Un savant mélange orchestré par le Irish National Stud et la famille Tsui, propriétaire d'Urban Sea. Cette dernière a donné naissance à neuf produits dont Galileo, pour sa première rencontre avec Sadler's Wells. Quelques années plus tard, le champion Sea The Stars a confirmé les talents de poulinière de la championne entraînée par Jean Lesbordes. Avant de mourir, elle a laissé en héritage un mâle par Invincible Spirit, Born To Sea.

Grâce à Galileo, le sang d'Urban Sea perdure et de quelle manière. Entré au haras du consortium Cooolmore en 2002 après avoir remporté trois Groupe I à 3 ans, le Derby d'Epsom, l'Irish Derby et les King George, il a donné des gagnants dès sa première année de production en 2005. L'année suivante, c'est au niveau classique que ses produits ont brillé (Teofilo, Red Rocks, Sixties Icon, Nightime). Les résultats sont en progression lors des saisons suivantes, quatre gagnants classiques en 2007, neuf en 2008 dont le fameux New Approach qui imite son géniteur en triomphant dans le Derby d'Epsom. En 2009, il est en recul avec seulement quatre lauréats, mais comme pour mieux rebondir en 2010 avec dix gagnants. Cette année est celle de la consécration puisqu'au 26 juillet, ses "enfants" ont déjà remporté treize Groupe I dans les deux hémisphères. En effet, la jument de Mike de Kock, Igugu en compte trois en Afrique du Sud. En Europe, le phénomène Frankel emmène sa fratrie avec deux succès. Golden Lilac, Misty For Me, Roderic O'Connor, Treasure Beach, Cape Blanco et le petit dernier Nathaniel complètent l'hégémonie des fils et filles de Galileo. Un règne parti pour s'imposer dans le temps.

_________________
Tout est Conscience d’Être.  


Dernière édition par Orion le Mer 25 Mar - 13:57, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-magie-dorion.monempire.net
Orion
Admin


Date d'inscription : 17/11/2011
Localisation : Nord

MessageSujet: Re: Chevaux Celebres au galop.   Mar 10 Fév - 16:46



Northern Dancer



Northern Dancer

Cheval canadien ayant presque réussi a effectuer l'exploit de remporter la Triple Couronne Américaine des Galopeurs, Northern Dancer est consideré comme l'Etalon du XXeme siècle et cela à juste titre puisqu'aujourd'hui, on estime que l'on retrouve son profil génétique dans 50 à 70 % de tous les chevaux pur sang.

Grand chef de race, il donna les grands étalons Sadler's Wells, Nureyev, Nijinsky, Storm Bird, Danzig.

18 course pour 14 victoires et notamment les prestigieuses courses américaines telles que le Kentucky Derby, les Preakness Stakes, les Queen's Plate Stakes, le Florida Derby, les Flamingo Stakes, les Carleton Stakes, le Coronation Futurity, les Summer Stakes.

Palmarès:

Kentucky Derby (USA)
Preakness Stakes (USA)
Coronation Futurity (USA)
Queen's Plate Stakes (USA)
Florida Derby (USA)
Flamingo Stakes (USA)
Carleton Stakes (USA)
Summer Stakes (USA)

_________________
Tout est Conscience d’Être.  


Dernière édition par Orion le Ven 13 Fév - 16:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-magie-dorion.monempire.net
Orion
Admin


Date d'inscription : 17/11/2011
Localisation : Nord

MessageSujet: Re: Chevaux Celebres au galop.   Mar 10 Fév - 17:06



Secretariat



Secretariat



Secretariat

Secretariat restera comme l'un des meilleurs galopeurs ayant vu le jour aux Etats-Unis.

Vainqueur dans son pays de la fameuse Triple Couronne américaine (la Triple Crown comprenant le Kentucky Derby, les Preakness Stakes, les Belmont Stakes), élu à deux reprises "Horse Of The Year", il est situé à la deuxième place des meilleurs galopeurs du XXème siècle aux Etats-Unis dans le classement "Horses of the 20th Century".

Détenteur de nombreux records à son époque (record du Kentucky Derby, des Preakness Stakes qui est toujours inégalé de nos jours, record du monde du 2000m, du 2400m), premier cheval au monde à passer sous la barre des deux minutes sur 2000m, il a notamment remporté la dernière épreuve de la Triple Couronne, les Belmont Stakes, avec une avance incroyable de 31 longueurs sur son second ce qui est inimaginable en France.

A l'âge de deux ans, il est notamment élu Cheval de l'Année, ce qui rarissime pour un cheval de cet âge.

A Belmont Park, théâtre de cet exploit, une statue a été érigée en son honneur, pour l'éternité.

Il est notamment l'ancêtre d'un des plus grands étalons américains: Storm Cat.

Palmarès:

Kentucky Derby (USA)
Preakness Stakes (USA)
Belmont Stakes (USA)

_________________
Tout est Conscience d’Être.  


Dernière édition par Orion le Ven 13 Fév - 16:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-magie-dorion.monempire.net
Orion
Admin


Date d'inscription : 17/11/2011
Localisation : Nord

MessageSujet: Re: Chevaux Celebres au galop.   Mar 10 Fév - 17:22



Zenyatta



Zenyatta



Si la France et l’Europe n’ont d’yeux que pour Goldikova, les Américains sont eux sous le charme d’une jument exceptionnelle, Zenyatta.

Elle est née un 1er avril, celui de 2004, mais pourtant ses adversaires ont plutôt jugé la blague amère. Zenyatta a en effet l’incroyable record mondial du nombre de victoires consécutives. Elle a couru à 20 reprises, et a remporté ses 19 premières courses, terminant de fort peu deuxième pour son ultime sortie. Cette arrière-petite fille de Mr. Prospector doit son nom à l’album du groupe Police Zenyatta Mondatta. Il faut dire que son propriétaire s’appelle Jerry Moss, cofondateur de la maison de disques du groupe (A&M Records) et qui fut un temps le producteur du groupe lui-même.

La carrière de Zenyatta, outre sa date de naissance, commence par un gag : elle ne découvre les champs de course qu’à l’âge où la plupart des champions et championnes se retirent, à la fin de ses 3 ans, précisément le 22 novembre 2007. La course compte 12 partants, et déjà le deuxième est à près de 3 longueurs… Elle recourt donc le 15 décembre, et cette fois le dauphin est relégué à 3 longueurs et demie.

C’est donc tout naturellement qu’elle est reconduite à l’entraînement à l’âge de 4 ans. Une troisième victoire en janvier, puis vient le premier groupe 1, le Apple Blossom Handicap, qu’elle remporte également sans coup férir. Elle poursuit cette année 2008 par plusieurs succès, dont le Lady’s Secret Stakes, à Santa Anita, un autre groupe I. Une course qu’elle remportera d’ailleurs à nouveau en 2009 puis en 2010, à tel point qu’elle s’appelle désormais, depuis la retraite de la championne, Zenyatta Stakes. Au passage, elle bat tous les records de vitesse dans ce Lady’s Secret Stakes 2008. De fait, se profile à l’horizon automnal la Breeders’ Cup… Elle est ainsi au départ de la Breeders Cup’ Ladies Classic, qui se court sur 1800 mètres pour juments de 3 ans et plus, et la gagne somme toute facilement.
Record mondial du nombre de victoires consécutives

Toujours invaincue, Zenyatta poursuit sa carrière en 2009, à l’âge de 5 ans. L’objectif fixé par son entourage est la Breeders’ Cup Classic, directement face aux mâles donc, une course que jamais une femelle n’a remportée depuis sa création en 1984. Entre-temps, Zenyatta réussit des courses moins prestigieuses, mais incroyables, car elle est alignée au départ de handicaps où elle doit porter des montagnes de plomb par rapport à ses adversaires… qu’elle continue de battre !

Sa renommée et sa notoriété deviennent phénoménales, le nombre de ses fans augmente à vue d’œil. Vous savez, chers lecteurs, lorsque j’écris ces articles sur les chevaux de légende, il m’arrive de chercher longtemps pour trouver de bonnes sources d’informations. Pour Zenyatta, ce fut l’inverse, j’ai travaillé sur le sujet tout aussi longtemps, mais pour trier les infos d’une multitude de sites, de blogs perso, de pages perso, de commentaires… J’ai visionné pratiquement toutes ses vidéos de course… Hé bien je vous recommande particulièrement celle de cette Breeders’ Cup Classic 2009 (lien en fin d’article). Zenyatta part dernière, reste avant-dernière à plusieurs longueurs jusqu’à l’avant-dernière ligne droite, et surgit soudainement au large dans les ultimes mètres pour montrer à tous ces mâles qui est vraiment la plus belle. Fantastique !

Elle aurait pu arrêter sa carrière là. Invaincue, superbe, sur un exploit sans précédent. Mais voilà que l’engouement était tel autour de la jument qu’il fallut lui inventer un nouveau challenge, rien que pour la voir courir à nouveau. Alors voilà, les fans se rendent compte que Zenyatta n’a encore jamais couru contre Rachel Alexandra, de deux ans sa cadette, et qui vient de rafler les plus belles courses réservées aux juments de 3 ans. Il faut donc organiser le match, ce sera pour 2010 : Zenyatta continue de courir à l’âge de 6 ans !

Zenyatta remporte une course préparatoire à cette confrontation en mars… Mais sa future adversaire, dans une autre course, montre des signes de faiblesse, et son entourage décidera ensuite d’annuler la confrontation. Dommage pour les puristes, mais les fans de Zenyatta ne sont pas déçus, car la belle poursuit la saison qu’elle a commencée. D’abord, en égalant le record du nombre de victoires consécutives détenu jusqu’alors par Cigar et Citation, deux chevaux dont je vous ai déjà narré la saga (rappel des liens en fin d’article). Record de 16 courses consécutives. Ensuite, elle le bat ce record, et le porte à 19. Son ultime rendez-vous doit être la défense de son titre dans la Breeders’ Cup Classic 2010.

Tous les Etats-Unis attendent ainsi la 20e victoire. Zenyatta a droit à des articles dans tous les magazines, passe sur toutes les chaînes de télévision. L’engouement est monumental. D’autant que la jument à bon caractère. Elle se laisse caresser par les enfants lors de rencontres avec des classes scolaires, elle effectue comme des pas de danse dans les ronds d’échauffement peu avant les courses, tel un cheval de dressage… Une vraie star !
Entraînements, courses et… petite bière

Cette dernière course, elle va donc la perdre, mais de si peu. Et dans quelles circonstances ! Je vous ai mis le lien, regardez-la. Elle part dernière, loin derrière tous les autres. Comme si elle avait refusé de s’élancer au départ, ou en tout cas plusieurs secondes après les autres. Tout le long de la course, elle semble traîner avec plusieurs longueurs de retard sur l’avant-dernier, alors que pendant ce temps, devant, ça ne rigole pas ! Et puis, là encore, il y a cette dernière ligne droite… Zenyatta est décalée par son jockey dans une sorte de diagonale peu orthodoxe, et une fois équilibrée en pleine piste, elle sort le turbo, double tout le peloton à une seule exception, et encore, en n’étant battue que d’un naseau. Même sa seule défaite est belle !

De très nombreux hommages lui sont affectés. Outre son Zenyatta Stakes évoqué plus haut, elle a un site internet officiel, et aussi une page fan sur Facebook… avec presque 90 000 fans en ce jour de fin août 2011 ! J’ai aussi retrouvé un reportage du média new-yorkais CbsNews que je vous conseille fortement (c’est mieux si vous comprenez l’anglais, mais même sans cela, elle vaut le coup d’œil) ; avec un passage hilarant, où l’on voit son entraîneur… proposer une Guinness à la championne, qui la boit en se léchant les babines !

Commence désormais une seconde carrière pour la championne, celle de poulinière. Le premier étalon qui lui est proposé est Bernardini, qui remporta plusieurs groupes I américains en 2006. A suivre…

_________________
Tout est Conscience d’Être.  


Dernière édition par Orion le Ven 13 Fév - 17:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-magie-dorion.monempire.net
Orion
Admin


Date d'inscription : 17/11/2011
Localisation : Nord

MessageSujet: Re: Chevaux Celebres au galop.   Mer 11 Fév - 15:35



Trêve

Christiane Head-Maarek, quelle a été votre première réaction dimanche quand Trêve a remporté le Prix de l’Arc de Triomphe pour la deuxième fois consécutive ?
Pour un entraîneur, c’est fantastique et l’aboutissement de tout un travail. C’est le plus beau cadeau qu’on puisse avoir. Ce succès n’est pas une surprise car la jument a des moyens même si elle a eu des problèmes de santé et n’avait pas encore gagné cette année. Dans le sport de haut niveau, personne n’est jamais sûr de gagner. Il y avait quand même 19 adversaires sur cette course qui étaient les meilleurs chevaux en circulation en Angleterre, au Japon ou en France. Très tôt, je me suis aperçue que Trêve était mieux que les autres et que la course était à sa portée. C’est fantastique. Gagner deux fois l’Arc de Triomphe est quelque chose de très difficile à faire. Depuis que la compétition existe, il n’y a eu que sept chevaux qui ont fait le doublé et une seule jument a réalisé cet exploit. Il s’agit de Corrida en 1937.
Vous évoquez des problèmes de santé les mois qui ont précédé la course. Comment Trêve a-t-elle réussi à être performante le jour J ?
Elle a d’abord gagné grâce à elle-même. Les séances d’entraînement ont été allégées car elle avait des problèmes de dos. Elle s’est sentie mieux. Quand un cheval est bien dans sa tête, il est bien dans son corps. Trêve a un mental fantastique. J’entraîne depuis 37 ans, j’ai eu de très bons chevaux mais Trêve est exceptionnelle.
“J’ai pris mon temps avec elle”

Après cette nouvelle victoire, le triplé sera-t-il possible l’an prochain ?
Non, c’est impossible. Si elle n’avait pas de problèmes physiques, j’aurais pu répondre “oui”. Elle ne devrait plus faire de course et rentrera au haras de Clarbec d’ici la fin du mois pour faire des bébés. Une nouvelle vie va commencer pour Trêve. Elle va vivre dans un paddock.
C’est donc un retour aux sources pour Trêve…
Elle est née à Vauville. Son père est un étalon anglais qui s’appelle Motivator. Trêve était une pouliche sans problème. À six mois, elle a été séparée de sa mère. Elle était toujours parfaite sur le plan physique. Elle a été vendue aux ventes de yearlings à Deauville en août 2011. Au départ, personne n’en a voulu (ndlr : elle a par la suite été achetée par le Qatari Joaan Al Thani). Du coup, nous l’avons gardée et je l’ai dressée. J’ai pris mon temps avec elle. Puis a elle a montré très rapidement toutes ses capacités en gagnant notamment à Longchamps à l’âge de deux ans. L’an dernier, elle a remporté quatre courses dont l’Arc de Triomphe. C’est une grande victoire pour la région car mon père a le haras du Quesnay depuis 1958. Ce n’est pas seulement ma victoire mais celle de mon équipe.
Quels seront vos prochains objectifs ?
Le Prix de l’Arc de Triomphe est terminé donc je reprends le travail. Nous pensons aux autres chevaux qui arrivent. Dimanche, j’ai gagné le prix Jean-Luc Lagardère avec Full Mast, un cheval de deux ans. Ce sera l’avenir.





Sea Bird

Sea Bird est souvent cité comme étant le meilleur cheval de galop du 20ème siècle. Et pour cause, il n'y avait que lui pour écraser ses rivaux comme il le faisait à chaque affrontement.

Vainqueur de l'Arc de Triomphe avec une avance de six longueurs sur son second et de onze sur son troisième, du Prix Lupin de six longueurs, du Derby d'Epsom et du GP de Saint-Cloud de deux longueurs, aucun de ses adversaires ne pouvait l'approcher, il évoluait dans une autre dimension.

Avec sept victoires en huit courses, on peut se demander s'il n'était pas invincible étant donné qu'il a subi sa seule et unique défaite à l'âge de deux ans.

A la fin de sa carrière, Timeform lui attribue le rating de 145 qui est le rating le plus important de l'Histoire des courses.

Palmarès:

Prix de l'Arc de Triomphe
GP de Saint-Cloud
Prix Lupin
Prix Ganay
Prix Greffulhe
Derby d'Epsom (ANG)



Allez France


Reine de Longchamp, jument extrêmement adulé, toujours accompagné d'un fidèle mouton, Allez France reste sans doute la meilleure galopeuse de l'Histoire.

Accompagnée de son fidèle jockey Yves Saint-Martin, véritable star de l'époque, elle remporte toutes les plus belles courses françaises qui lui sont réservées.

Fille du crack Sea Bird, elle fait sien du Critérium des Pouliches, de la Poule d'Essai des Pouliches, du Prix de Diane, du Prix Vermeille, du Prix d'Ispahan, de deux Prix Ganay et du Prix de l'Arc de Triomphe, poussée par tout un peuple et monté par un Yves Saint-Martin pourtant handicapé par une blessure.

Jument très délicate mais pétrie d'une classe folle, elle fait partie des légendes de Longchamp, en ayant remporté 12 des ses 13 victoires sur cette hippodrome.

Palmarès:

Prix de l'Arc de Triomphe
Prix de Diane
Prix Vermeille
Poule d'Essai des Pouliches
2 Prix Ganay
2 Prix d'Ispahan
Critérium des Pouliches
Prix d'Harcourt

_________________
Tout est Conscience d’Être.  


Dernière édition par Orion le Ven 13 Fév - 17:12, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-magie-dorion.monempire.net
Orion
Admin


Date d'inscription : 17/11/2011
Localisation : Nord

MessageSujet: Re: Chevaux Celebres au galop.   Mer 11 Fév - 16:05



Man'O War

Cheval du la première moitié du 20ème siècle, Man'O War est reputé pour avoir été le cheval du siècle selon d'éminents spécialistes américains.

Il est à ce titre classé numéro 1 dans l'officiel "Top 100 U.S. Racehorses of the 20th Century"

Il est notamment sacré "Cheval de 2 ans" de l'année en 1919 avec ses victoires dans les Tremont Stakes, Stanford Stakes, Hopeful Stakes, Youthful Stakes et Futurity Stakes, et sacré "Cheval de l'année" à trois ans en 1920 avec un triomphe dans les Potomac Handicap, Travers Stakes, Lawrence Realization Stakes, Withers Stakes, Dwyer Stakes, Jockey Club Gold Cup, Belmont Stakes et Preakness Stakes.

Titulaire de vingt victoires en vingt et une épreuves, il possède sa statue en grandeur nature sur l'hippodrome de Belmont Park, et de nombreuses courses rendent hommage à sa mémoire sur le territoire américain.

Palmarès:

Tremont Stakes (USA)
Grand Union Hotel Stakes (USA)
Sanford Stakes (USA)
United States Hotel Stakes (USA)
Hopeful Stakes (USA)
Futurity Stakes (USA)
Youthful Stakes (USA)
Preakness Stakes (USA)
Belmont Stakes (USA)
Travers Stakes (USA)
Jockey Club Gold Cup (USA)
Lawrence Realization Stakes (USA)
Withers Stakes (USA)
Potomac Handicap (USA)
Dwyer Stakes (USA)



Cigar

Phénoménal cheval américain de la fin du siècle dernier, Cigar demeure le cheval ayant accumulé le plus de gains en courses au monde, avec envioron 10 millions de dollars. Il aura énormément marqué le monde des courses dans son pays en égalant le record de Citation en remportant seize victoires d'affilée.

Vainqueur de la Breeder's Cup Classic en étant le premier cheval à passer sous la barre des 2 minutes, il a ensuite enchainé avec 16 victoires consécutives en remportant notamment la course la plus dotée au monde, la prestigieuse Dubai World Cup.

Elu cheval de l'année à deux reprises dans son pays, il aura accumulé près de 10 millions de dollars en gain durant toute sa carrière.

Cigar a été élu Cheval des Années 90 et Cheval de l'Année à 5 et 6 ans aux Etats-Unis.

Palmarès:

Dubaï World Cup (EAU)
Breeder's Cup Classic (USA)
NYRA Mile (USA)
Jockey Club Gold Cup (USA)
Hollywood Gold Cup (USA)



Zenyatta

Si la France et l’Europe n’ont d’yeux que pour Goldikova, les Américains sont eux sous le charme d’une jument exceptionnelle, Zenyatta.

Elle est née un 1er avril, celui de 2004, mais pourtant ses adversaires ont plutôt jugé la blague amère. Zenyatta a en effet l’incroyable record mondial du nombre de victoires consécutives. Elle a couru à 20 reprises, et a remporté ses 19 premières courses, terminant de fort peu deuxième pour son ultime sortie. Cette arrière-petite fille de Mr. Prospector doit son nom à l’album du groupe Police Zenyatta Mondatta. Il faut dire que son propriétaire s’appelle Jerry Moss, cofondateur de la maison de disques du groupe (A&M Records) et qui fut un temps le producteur du groupe lui-même.

La carrière de Zenyatta, outre sa date de naissance, commence par un gag : elle ne découvre les champs de course qu’à l’âge où la plupart des champions et championnes se retirent, à la fin de ses 3 ans, précisément le 22 novembre 2007. La course compte 12 partants, et déjà le deuxième est à près de 3 longueurs… Elle recourt donc le 15 décembre, et cette fois le dauphin est relégué à 3 longueurs et demie.

C’est donc tout naturellement qu’elle est reconduite à l’entraînement à l’âge de 4 ans. Une troisième victoire en janvier, puis vient le premier groupe 1, le Apple Blossom Handicap, qu’elle remporte également sans coup férir. Elle poursuit cette année 2008 par plusieurs succès, dont le Lady’s Secret Stakes, à Santa Anita, un autre groupe I. Une course qu’elle remportera d’ailleurs à nouveau en 2009 puis en 2010, à tel point qu’elle s’appelle désormais, depuis la retraite de la championne, Zenyatta Stakes. Au passage, elle bat tous les records de vitesse dans ce Lady’s Secret Stakes 2008. De fait, se profile à l’horizon automnal la Breeders’ Cup… Elle est ainsi au départ de la Breeders Cup’ Ladies Classic, qui se court sur 1800 mètres pour juments de 3 ans et plus, et la gagne somme toute facilement.
Record mondial du nombre de victoires consécutives

Toujours invaincue, Zenyatta poursuit sa carrière en 2009, à l’âge de 5 ans. L’objectif fixé par son entourage est la Breeders’ Cup Classic, directement face aux mâles donc, une course que jamais une femelle n’a remportée depuis sa création en 1984. Entre-temps, Zenyatta réussit des courses moins prestigieuses, mais incroyables, car elle est alignée au départ de handicaps où elle doit porter des montagnes de plomb par rapport à ses adversaires… qu’elle continue de battre !

Sa renommée et sa notoriété deviennent phénoménales, le nombre de ses fans augmente à vue d’œil. Vous savez, chers lecteurs, lorsque j’écris ces articles sur les chevaux de légende, il m’arrive de chercher longtemps pour trouver de bonnes sources d’informations. Pour Zenyatta, ce fut l’inverse, j’ai travaillé sur le sujet tout aussi longtemps, mais pour trier les infos d’une multitude de sites, de blogs perso, de pages perso, de commentaires… J’ai visionné pratiquement toutes ses vidéos de course… Hé bien je vous recommande particulièrement celle de cette Breeders’ Cup Classic 2009 (lien en fin d’article). Zenyatta part dernière, reste avant-dernière à plusieurs longueurs jusqu’à l’avant-dernière ligne droite, et surgit soudainement au large dans les ultimes mètres pour montrer à tous ces mâles qui est vraiment la plus belle. Fantastique !

Elle aurait pu arrêter sa carrière là. Invaincue, superbe, sur un exploit sans précédent. Mais voilà que l’engouement était tel autour de la jument qu’il fallut lui inventer un nouveau challenge, rien que pour la voir courir à nouveau. Alors voilà, les fans se rendent compte que Zenyatta n’a encore jamais couru contre Rachel Alexandra, de deux ans sa cadette, et qui vient de rafler les plus belles courses réservées aux juments de 3 ans. Il faut donc organiser le match, ce sera pour 2010 : Zenyatta continue de courir à l’âge de 6 ans !

Zenyatta remporte une course préparatoire à cette confrontation en mars… Mais sa future adversaire, dans une autre course, montre des signes de faiblesse, et son entourage décidera ensuite d’annuler la confrontation. Dommage pour les puristes, mais les fans de Zenyatta ne sont pas déçus, car la belle poursuit la saison qu’elle a commencée. D’abord, en égalant le record du nombre de victoires consécutives détenu jusqu’alors par Cigar et Citation, deux chevaux dont je vous ai déjà narré la saga (rappel des liens en fin d’article). Record de 16 courses consécutives. Ensuite, elle le bat ce record, et le porte à 19. Son ultime rendez-vous doit être la défense de son titre dans la Breeders’ Cup Classic 2010.

Tous les Etats-Unis attendent ainsi la 20e victoire. Zenyatta a droit à des articles dans tous les magazines, passe sur toutes les chaînes de télévision. L’engouement est monumental. D’autant que la jument à bon caractère. Elle se laisse caresser par les enfants lors de rencontres avec des classes scolaires, elle effectue comme des pas de danse dans les ronds d’échauffement peu avant les courses, tel un cheval de dressage… Une vraie star !
Entraînements, courses et… petite bière

Cette dernière course, elle va donc la perdre, mais de si peu. Et dans quelles circonstances ! Je vous ai mis le lien, regardez-la. Elle part dernière, loin derrière tous les autres. Comme si elle avait refusé de s’élancer au départ, ou en tout cas plusieurs secondes après les autres. Tout le long de la course, elle semble traîner avec plusieurs longueurs de retard sur l’avant-dernier, alors que pendant ce temps, devant, ça ne rigole pas ! Et puis, là encore, il y a cette dernière ligne droite… Zenyatta est décalée par son jockey dans une sorte de diagonale peu orthodoxe, et une fois équilibrée en pleine piste, elle sort le turbo, double tout le peloton à une seule exception, et encore, en n’étant battue que d’un naseau. Même sa seule défaite est belle !

De très nombreux hommages lui sont affectés. Outre son Zenyatta Stakes évoqué plus haut, elle a un site internet officiel, et aussi une page fan sur Facebook… avec presque 90 000 fans en ce jour de fin août 2011 ! J’ai aussi retrouvé un reportage du média new-yorkais CbsNews que je vous conseille fortement (c’est mieux si vous comprenez l’anglais, mais même sans cela, elle vaut le coup d’œil) ; avec un passage hilarant, où l’on voit son entraîneur… proposer une Guinness à la championne, qui la boit en se léchant les babines !

Commence désormais une seconde carrière pour la championne, celle de poulinière. Le premier étalon qui lui est proposé est Bernardini, qui remporta plusieurs groupes I américains en 2006. A suivre…

_________________
Tout est Conscience d’Être.  


Dernière édition par Orion le Ven 13 Fév - 17:01, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-magie-dorion.monempire.net
Orion
Admin


Date d'inscription : 17/11/2011
Localisation : Nord

MessageSujet: Re: Chevaux Celebres au galop.   Mer 11 Fév - 17:02



Zarkava


Jeune pouliche, Zarkava est certainement la plus précoce de sa génération.
Dès 2007, à l'âge de deux ans, ce cheval remporte le Prix Marcel Boussac après avoir participé à une seule course qu'il a remporté facilement.

Mais c'est en 2008 que Zarkava va connaître le succès. En l'espace d'un an, la pouliche du prince Aga Khan va remporter le Prix de l'Arc de Triomphe, le Prix de Diane, le Prix Vermeille et la Poule d'essai des Pouliches.
Après cette année riche en succès, Zarkava met un terme à sa carrière en étant invaincue lors des 7 courses qu'elle a disputées. En deux ans seulement, cette pouliche a ramené plus de 3 millions de gains à son propriétaire. D'ailleurs ce cheval a été élu cheval de l'année 2008 en Europe.

Depuis, Zarkava croule des jours paisibles dans un haras de l'Aga Khan où elle a déjà donné trois saillies avec Sea The Stars, Dalakhani et Galileo.

Sa carrière aussi courte que fulgurante lui a valu le surnom de l'invincible.

Palmares : Prix de l'Arc de Triomphe, Prix Marcel Boussac, Prix de Diane, Poule d'Essai des Pouliches, Prix Vermeille, Prix de la Grotte

_________________
Tout est Conscience d’Être.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-magie-dorion.monempire.net
Orion
Admin


Date d'inscription : 17/11/2011
Localisation : Nord

MessageSujet: Re: Chevaux Celebres au galop.   Ven 13 Fév - 17:32




Eclipse (1764-1789)

Magnifique alezan de taille moyenne mais d'une densité musculaire extraordinaire, ce cheval avait dès sa naissance quelque chose de mauvais dans l'oeil. Il avait aussi la particularité d'avoir une balzane chaussée haut au postérieur droit.
Cette monture mythique est considérée comme une légende entre tous.

Ainsi, S.-F. Touchstone rappelle que "jamais il ne fut battu, jamais même il n'eut besoin de s'étendre et l'éperon lui a toujours été aussi inconnu que la cravache. (…) la supériorité écrasante qu'il a montrée sur tous les chevaux de son époque dénote une qualité exceptionnelle, que l'excellence de ses produits n'a fait que confirmer. (…)  Son nom qu'on retrouve dans toutes les ascendances de nos pur-sang actuels, est donc, à juste titre, aujourd'hui encore, la personnification la plus complète du turf à son origine."
Si ce cheval est aujourd'hui mythique, c'est aussi et surtout pour son histoire.

Tout jeune, ce prodige n'était pourtant pas destiné à devenir une légende. Avec son caractère difficile, il est à deux ans proposé à la vente après avoir perdu son propriétaire. L'acquéreur, William Wildman, l'achète pour la modique somme de 75 guinées. Un bon investissement quand on connait la fin de l'histoire.

A trois, Eclipse est toujours aussi difficile à monter et à entraîner, si bien qui son propriétaire fait appel au plus réputé des dresseurs de chevaux, James Sullivan. Mais cet homme, alors directeur des écuries du capitaine Denis O'Kelly, impose à Wildman de céder pour moitié ce cheval à son employeur.

C'est alors que tout s'excellera. A cinq ans, Eclipse pouvait enfin être aligné au début d'une course après avoir complètement accepté la main de son cavalier du nom de Wihiting. La première année, et dès sa première course, la légende est en marche avec 12 victoires d'une facilité déconcertante.

Jusqu'en 1971, jamais personne ne put contester les victoires à Eclipse. Et c'est le 4 octobre de cette même année que ce cheval prendra sa retraite après avoir reçu de nombreuses menaces de mort et avoir suscité de vives tensions tant son hégémonie était impressionnante.

Mais pendant sa retraite, ce cheval ne va pas être pour autant au repos. Son propriétaire, le Capitaine O'Kelly, va lui faire faire de nombreuses saillies dans le but de fabriquer d'autres légendes. Un chiffre a circulé faisant état de 344 prix remportés pour 23 millions de livres cumulés (27 millions €) par ses descendants durant 23 ans.

Ce crack tomba malade à l'âge de 25 ans et mourut de coliques néphrétiques dans la résidence du Capitaine O'Kelly à Cannon. Il eut droit à des funérailles splendides à la hauteur de son invincibilité. La légende raconte que Sullivan avait réussi à dompter le cheval en utilisant une méthode venue des Peaux-Rouges. Elle consiste à masquer complètement l'animal avec ses mains tout en lui soufflant dans les naseaux avant d'inspirer l'air inhalé.

_________________
Tout est Conscience d’Être.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-magie-dorion.monempire.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chevaux Celebres au galop.   Aujourd'hui à 18:36

Revenir en haut Aller en bas
 
Chevaux Celebres au galop.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» N'oublie pas les chevaux écumants du passé
» couleurs de chevaux
» nos amis les chevaux
» Chevaux masqués
» Protection des chevaux : clin d’œil à une association de te

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
La Magie d'Orion :: Spiritualité :: L'Univers du Cheval-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: