AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Citations de Henry David Thoreau .

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Orion
Admin


Date d'inscription : 17/11/2011
Localisation : Nord

MessageSujet: Citations de Henry David Thoreau .   Lun 18 Nov - 8:36

Henry David Thoreau
1817-1862

Il n'y a qu'un remède à l'amour : aimer davantage.
(Journal, trad. R. Michaud et S. David, p.24, Mercure de France, 2002 )

Ni la contrainte, ni la sévérité, ne vous ouvriront l'accès de la vraie sagesse, mais bien l'abandon et une joie enfantine. Quoi que ce soit que vous vouliez apprendre, abordez-le avec gaieté.


La vie d'un homme devrait être une marche solennelle au son d'une musique exquise, mais secrète. Quand elle semble aux autres désordonnée et discordante, c'est qu'il marche d'un rythme plus rapide ou que son oreille plus délicate l'entraîne en mille symphonies et variations. Pas de halte jamais, sinon à la fin de l'étape, ou bien une de ces pauses qui sont plus riches que tous les sons, quand la mélodie plonge à des profondeurs si étranges qu'elle n'est plus perceptible, plus qu'un simple abandon au seuil de l'être et de la vie. Ne jamais faire un pas à contretemps, même aux moments les plus difficiles, car c'est alors que la musique ne manquera pas d'accroître son volume et sa douceur, mesurant elle-même le mouvement qu'elle a inspiré.


Il semble que nous ne faisons que languir dans l'âge mûr pour dire les rêves de notre enfance, et ils s'évanouissent de notre mémoire avant que nous ayons pu apprendre leur langage.


Il y a deux sortes d'auteurs : les uns écrivent l'histoire de leur temps, les autres leur biographie.


L'art qui ne fait que dorer les surfaces, qui n'exige qu'un poli superficiel sans essayer d'atteindre le cœur de la matière n'est que vernis et filigrane. Mais l’œuvre du génie veut dès le début une taille rude, parce qu'elle anticipe la fuite du temps et qu'elle a un poli intérieur, qualité essentielle de sa substance, qui apparaît même quand elle se brise en morceaux. Sa beauté est sa force. Elle se fend lumineusement et se brise en cubes et en diamants. Comme le diamant, il lui suffit d'être taillée pour avoir du poli, et sa surface laisse voir ses splendeurs intérieures.


La vraie politesse n'est que l'espérance et la confiance dans les hommes. Elle ne s'adresse pas à l'homme tombé ou qui va tomber, mais elle salue la génération qui s'élève. Elle ne flatte pas, elle félicite. Ses rayons de lumière nous parviennent avec une incidence telle, que tout individu dans la rue nous apparaît plus haut placé qu'il n'est réellement. C'est la civilité inhérente à la Nature.


Nous ne saurions nous passer de nos péchés ; ils sont la grand-route de la vertu.


L'homme qui n'est qu'intelligence, l'homme prosaïque, est une fleur stérile qui n'a que des étamines ; le poète est une fleur féconde et complète.


Impossible d'écrire bien et sincèrement si on ne le fait pas dans la joie. Le corps, le sens doivent travailler avec l'esprit ; l'expression est l'acte du corps tout entier.


Unissez-vous avec respect, et aussi profondément que vous le pouvez, à vos pensées les plus élevées. Chaque pensée accueillie et notée est comme l’œuf dans un nid : d'autres seront déposées à côté. Les pensées jetées ensemble au hasard forment un cadre où d'autres choses seront notées et décrites. Peut-être est-ce là l'intérêt principal de l'habitude d'écrire, de tenir un journal ; nous nous souvenons de nos meilleures pensées et nous nous entraînons. Mes pensées forment ma société. Elles ont une individualité, une existence séparée, une personnalité. Si, par hasard, j'ai noté quelques pensées sans lien et que je les réunisse, elles m'ouvrent tout un nouveau champ, où il est possible de labourer et de réfléchir. La pensée engendre la pensée.


Est-ce dans le bouquet que la fleur est plus belle, ou bien dans le pré où elle pousse, quand nous nous sommes mouillé les pieds pour aller la chercher ?


Quand j'entends les hommes et les femmes dire : « Autrefois je croyais en les hommes, je n'y crois plus à présent. », j'ai envie de leur objecter : « Qui êtes-vous, vous que le monde a déçus ? N'avez-vous pas plutôt déçu le monde ? La confiance a toujours les mêmes raisons d'être. Il ne vous faudrait qu'un peu d'amour, à vous qui vous plaignez, pour qu'elle prît racine. »


L'art de la vie, de la vie du poète, c'est d'être occupé sans avoir rien à faire.


Dans l'amour nous donnons, chacun à chacun, sous la forme d'une pensée ou d'une ambiance très subtilement immatérielle, le meilleur de nous-mêmes, ce qui, d'habitude, se dissipe, s'évapore en aspirations, et nous nous enrichissons mutuellement. L'amoureux seul perçoit un certain parfum d'humanité et y demeure. Pour lui, l'humanité n'est pas seulement une fleur, mais un arôme, une saveur.


http://www.gilles-jobin.org/citations/?P=t&au=415

_________________
Tout est Conscience d’Être.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-magie-dorion.monempire.net
 
Citations de Henry David Thoreau .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Henry David Thoreau (1817-1862)
» Citations d'Alexandra David-Néel
» Michel blogue l'avortement,sujet/feu Dr Henry Morgentaler/
» Cardinal John Henry Newman : Pour la première fois en français les Quatre Sermons sur l'Antichrist !
» [Citations] Star wars

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
La Magie d'Orion :: Spiritualité :: Pensées à méditer-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: