AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Extrait de Diagrammes pour vivre heureux Emmet Fox: Apocalypse, Baylone.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Orion
Admin


Date d'inscription : 17/11/2011
Localisation : Nord

MessageSujet: Extrait de Diagrammes pour vivre heureux Emmet Fox: Apocalypse, Baylone.   Dim 29 Sep - 14:42

L'Apocalypse est sous bien des rapports un livre très étrange. Il a été fort mal compris, essentiellement parce que son symbolisme est le plus hermétique qu'on ait jamais utilisé. Vous pouvez vous demander pourquoi Dieu, s’il désirait faire connaître certaines choses à Son peuple ne les lui a pas exposées clairement sans tous ces symboles. Je vous répondrai que le symbole est le langage universel de tous les peuples, en tous les âges. Le symbolisme transcende le langage. Les tribus primitives telles que celles qui ont disparu de l'île de Pâques, dans le Pacifique, ont toutes usé de symboles. Et c'est grâce à ceux-ci que les savants ont été capables de comprendre les peuples des temps les plus reculés et ont pu déchiffrer le secret des langages écrits anciens.

Beaucoup de groupes religieux ont tenté de se servir de l'Apocalypse comme d'un livre prophétique. En se basant sur l'un de ses chapitres, de temps en temps, une secte prédit la fin du monde. Ce livre, cependant, n'est point destiné à prédire ce qui arrivera aux nations et aux peuples, mais prophétise ce qui surviendra à l'âme individuelle. C'est un livre qui renferme beaucoup de schémas concernant votre vie personnelle.

Dans ce chapitre 17 de l'Apocalypse, Jean énumère certaines tentations, certains obstacles apparemment insurmontables, que l'âme doit affronter pendant son voyage à travers la vie. Tous sont dépeints par des symboles et dans quelques très anciennes éditions, la Bible y fait allusion en lettres capitales pour insister sur l'importance du message. « Sur le front de la femme vêtue d'écarlate était écrit un nom.

« MYSTÈRE, BABYLONE LA GRANDE, LA MÈRE DES IMPUDIQUES ET DES ABOMINATIONS DE LA TERRE. »

Pour les gens à qui ce message était destiné à l’origine, Babylone avait un sens spécial. C'était le lieu où les Israélites avaient été en captivité pendant des années. Leur pays natal — la Judée — avait été envahi, leurs villes détruites et ils avaient été emmenés à Babylone. Il s'agit là de la seconde captivité. La première avait en lieu en Égypte, synonyme d'asservissement. L'Égypte représente la matière, le pouvoir que l'on accorde aux choses matérielles. C'est croire que votre corps est susceptible d'être sujet à la maladie, à la décrépitude et qu'il faut s'y résigner. C'est croire que votre sécurité dépend de votre travail, de vos valeurs en banque, de vos assurances, etc., et que vous êtes à la merci d'une conjoncture économique malheureuse. C'est cela l'Égypte d'une manière évidente et précise.

La captivité de Babylone survint beaucoup plus tard et la civilisation babylonienne était, sur tous les points, beaucoup plus avancée que celle de l'Égypte. Babylone, c'était le New York, le Paris de ces jours anciens. C'était le foyer de la culture et de la mode. La ville comportait de larges avenues et de grands immeubles et l'une des sept merveilles de l'antiquité qu'on appelait « Les jardins suspendus de Babylone ».

Pour de nombreux captifs, Babylone représentait la richesse, mais comme c'est souvent le cas, la grande prospérité fit complètement oublier Dieu à beaucoup (l'entre eux. Comme dans toute grande cité, les tentations étaient nombreuses à Babylone. Les Israélites adorèrent plusieurs divinités païennes. Ils consultèrent les astrologues et les devins. Ils s'adonnèrent à toutes sortes de coutumes païennes et oublièrent peu à peu le seul vrai Dieu. Toutes ces choses, subtilement, détruisent l'âme. Babylone a plus de raffinement que l'Égypte. C'est pourquoi le premier mot de la citation de l'Apocalypse est MYSTÈRE.

Babylone représente les attitudes négatives. Ce n'est pas croire simplement en ce qui est matériel, symbolisé par l'Égypte, mais le fait d'admettre certains états d'esprit. C'est, par exemple, accepter la tristesse, le découragement, la peur, au lieu de faire sa paix avec Dieu pour se libérer de Babylone. Accepter un sentiment de
culpabilité au lieu de mettre les choses au point et de se libérer avec l'aide de Dieu ; entretenir en son cœur la critique, le ressentiment, la jalousie, le blâme et ainsi de suite, c'est cela Babylone. Comme vous le voyez, tout cela est fort subtil, or il est toujours bien difficile de faire face aux choses subtiles. Elles s'insinuent en nous, sans que nous nous en doutions. Nous arrivons à les admettre comme manière de vivre.

Ainsi Babylone représente la conviction — reconnue ou non — que nous sommes obligés de subir ces états d'esprit négatifs ; que nous devons traverser des périodes de dépression et de peur ; qu'il faut nous accommoder de nos sentiments d'infériorité et, qu'en l'occurrence, il n'y a absolument rien à faire.

Jean dans l'Apocalypse parle de la femme vêtue de pourpre et d'écarlate de Babylone. La femme est toujours le symbole de l'âme ; l'écarlate représente toujours la nature émotionnelle et, en ce cas, la nature émotionnelle sous tous ses aspects négatifs. La femme écarlate revêt plusieurs déguisements. C'est, par exemple, l'état d'esprit où vous lâchez la bride à vos émotions qui s'emballent, balayant votre bon sens. C'est l'état d'esprit où vous vous dites : « Je vais prendre du bon temps pour le moment, je rattraperai tout cela avec Dieu plus tard ! » C'est l'état d'esprit où vous vous dites : « Voyons, le mal n'a pas de réalité, je vais donc faire telle ou telle chose. Je sais bien tout ce que l'on entend, tout ce qu'on lit, pour édifier là-dessus les pires constructions ; où l'on se laisse que je ne le devrais pas, mais je me débrouillerai. » Ou même si vous croyez que le mal est réel au sens philosophique, vous vous dites : « Je puis être malhonnête et fourbe puisque Dieu est bon et indulgent. Quand je serai arrivé à mes fins, Il me pardonnera. » C'est aussi cet état d'esprit où l'on croit et indulgent. Quand je serai arrivé à mes fins, Il me pardonnera. » C'est aussi cet état d'esprit où l'on croit aller à la peur et où l'on décide que l'on ne peut rien raire parce que l'on est dépassé par la situation. Voici fous les vêtements que revêt la femme écarlate ; or vous le constatez vous-même, vous n'êtes pas un bon berger puisque vous ne surveillez pas vos pensées comme elles devraient l'être.

Puis Jean parle de la bête aux sept têtes et aux dix cornes. Ces sept têtes représentent les Sept Principaux Aspects de Dieu * ou plutôt la négligence qu'on témoigne à leur égard. Dans notre état présent de développement spirituel, nous pouvons connaître Dieu par sept moyens différents, puis à mesure que nous les comprenons mieux, nous nous développons spirituellement. Chacun de nous comprend l'un de ces aspects mieux que les autres. Par exemple, pour certaines personnes, Dieu est vie, et elles le démontrent par leur bonne santé. D'autres comprennent Dieu en tant qu'amour et elles s'entendent avec tout le monde, etc.

La vie spirituelle, naturellement, n'est pas aussi précise et définie que cela. Ce qui importe, c'est qu'à mesure que nous comprenons plus profondément le sens de ces sept aspects, nous en fassions plus facilement la démonstration pour résoudre nos problèmes. Lorsque nous négligeons de les développer, la bête aux sept têtes nous suscite des difficultés.

Les dix cornes représentent notre pouvoir exécutif. Nous avons dix doigts qui symbolisent la même chose ainsi que le système décimal dont nous nous servons. Les dix cornes sont l'antique symbole oriental de la puissance et sont là pour souligner le fait que nous avons le pouvoir d'user de nos ressources spirituelles d'une manière constructive et créatrice ou destructrice et nuisible.

Jean prophétise ensuite que, non seulement chacun connaîtra la Vérité, mais que celle-ci se répandra dans le monde entier. Babylone sera détruite. Le feu, le soufre, l'embrasement symbolisent l'action purificatrice de l'esprit, et toutes les nations et les peuples sont là qui s'écrient : « Voici la grande Babylone ! Qu'elle était puissante ! Avec quelle astuce elle trompait les nations du monde, mais elle est tombée. » Tout cela annonce l'extirpation de la peur et de tous les maux qui l'accompagnent ainsi que le règne de la paix et de la prospérité universelles. De même que le cœur de chacun sera purifié, le cœur de toutes les nations le sera aussi. Ce qu'il y a de pire en l'individu, le doute, la rancune, l'animosité, la jalousie tenaces disparaîtront. Les guerres disparaîtront aussi des nations, les rumeurs de guerre ces¬seront, le loup et l'agneau se coucheront l'un près de l'autre et aucun n'aura peur.

Eh bien, si nous devions triompher de tout cela par nous-mêmes, qui en serait capable ? Mais la Bible dit que, faisant face à toutes ces tentations et ces difficultés subtiles, il y a l'Agneau de Dieu. Au moment où Jésus reçut le Baptême de l'Esprit, Jean Baptiste le regarda et s'écria e Voici l'agneau de Dieu ». Il ne voulait pas dire par là que seul Jésus pouvait accéder à Dieu de cette manière. C'est le désir et l'intention de Dieu que nous puissions tous être éclairés pleinement. Ce fut le cas pour Jésus. Il devint le Bon Berger, le Maître, le Pionnier (celui qui fraie la voie). L'Agneau, c'est l'idée spirituelle, la Vérité spirituelle et ce texte dit que les cho¬ses négatives « combattront contre l'Agneau et l'Agneau les vaincra parce qu'il est le Seigneur des Seigneurs et le Roi des Rois, et les appelés, les élus et les fidèles qui sont avec lui les vaincront aussi ».

Qui sont les appelés ? Chacun de nous. « Dieu ne fait point acception des personnes. » Tous, nous sommes appelés. Il n'a pas de favoris. Il fait pleuvoir sur le juste et l'injuste. Il aime le pécheur autant que le saint, mais Il désire que, dans son intérêt, le pécheur devienne un saint.

Les élus sont ceux qui ont choisi Dieu. Tous les grands personnages de l'Histoire, qui ont suivi la voie spirituelle — ceux de la Bible et les autres — ont été les élus de Dieu parce qu'ils ont choisi Dieu, en se tournant réellement vers Lui, avec foi, jour après jour.

Les fidèles sont ceux qui ont foi en la Vérité. Il ne s'agit pas seulement d'être fidèle au jour du triomphe. Sommes-nous fidèles au jour de l'épreuve ? Sommes-nous fidèles quand nous sommes découragés et effrayés, quand les circonstances extérieures ainsi que ce qu'il y a de bas en nous semblent conspirer pour nous tirer en arrière ? Si nous demeurons attachés à la Vérité dans ces conditions, alors nous sommes fidèles, réellement.

Pendant un certain temps, il peut sembler que les choses négatives combattent l'Agneau de Dieu. Pendant un peu de temps, ces choses peuvent nous effrayer et nous troubler ; elles peuvent essayer de nous décourager, mais à mesure que nous devenons, d'abord, le berger qui maintient ses pensées en bon ordre, puis le bon berger qui laisse rayonner son amour pour bénir son prochain, nous découvrons que l'idée spirituelle triomphe de Babylone.

L'Agneau de Dieu sera vainqueur des croyances et des états d'esprit négatifs, car il est le Seigneur des Seigneurs, le Roi des Rois. Le bon berger s'est trans-formé en l'Agneau de Dieu dont la domination est absolue.
¬

_________________
Tout est Conscience d’Être.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-magie-dorion.monempire.net
 
Extrait de Diagrammes pour vivre heureux Emmet Fox: Apocalypse, Baylone.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Conditions pour vivre ou voyager vers les pays mécréants
» citation en images
» Demande de prières pour un mariage heureux et uni en Christ.
» vivre heureux dans un monde de fou
» Pour être heureux ! Réflexion personnelle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Magie d'Orion :: Spiritualité :: Univers spirituel-
Sauter vers: