AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Faber Au seuil du jour. 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Orion
Admin


Date d'inscription : 17/11/2011
Localisation : Nord

MessageSujet: Faber Au seuil du jour. 2   Lun 2 Sep - 14:27

Dieu en temps qu’Esprit

Souvent, donc, je commence la journée en pensant à l'intelligence et à sa grande source, l'Entendement divin.

Je médite aussi sur un second aspect vital, qui se résume dans ce que la Bible appelle l'Esprit, qui indique ce qui est purement spirituel et qui se déroule de façon divinement ordonnée.

Chercher le Spirituel

Je commence par réfléchir sur la déclaration de Jésus : « Dieu est Esprit, et ceux qui veulent l'adorer doivent l'adorer en esprit et en vérité ». C'est-à-dire que si je veux honorer Dieu, Esprit, au cours de cette journée, je ne puis le faire effectivement qu'en maintenant ma pensée sur les faits spirituels de l'être ; ceci implique que je dois cesser de considérer le matériel comme étant un facteur déterminant en soi.

Jésus dit : « C'est l'esprit qui vivifie ; la chair ne sert de rien », ou, comme le dit Paul : « L'affection de la chair c'est la mort, tandis que l'affection de l'esprit c'est la vie et la paix ». Je comprends que je dois discerner que le spirituel, le bien pur, est le facteur sous-jacent causal de toute situation.

Je me remets en mémoire que je dois mettre les premières choses à la première place, me souvenant des paroles de Josué : « Choisis aujourd'hui qui tu serviras » et celle de l'Évangile : « Nul homme ne peut servir deux maîtres ». Je prends conscience de ce que, si je ne donne pas sa valeur spirituelle à la journée que je vais vivre, et si je ne prends pas, à cette Lumière, les décisions que j'ai à prendre, je trouverai probablement toutes sortes de choses qui viendront l'embrouiller. Car mon penser ne sera pas équilibré pour juger ce qui est essentiel de ce qui ne l'est pas. A tout moment, ce sont les idées spirituelles, dérivées de Dieu en tant qu'Esprit, qui me permettent d'en décider, de discerner les priorités, de distinguer le bon du mauvais, ou du moins bon, dans tous les aspects de la vie, de rechercher l'ordre et de détecter ce qui est bon et positif dans les affaires du monde.

Mon habileté pour choisir, et pour rejeter aussi, n'est point une habileté personnelle ; elle dérive de la source même du pur bien spirituel qui me donne d'emblée le désir du bien. Je vois donc que la capacité de distinguer le bien dépend d'idées et que ces idées doivent être recherchées dans le plan spirituel. Je me sens uni au Psalmiste lorsqu'il dit : « Crée en moi un cœur pur, O Dieu, et renouvelle en moi un esprit bien disposé ».

Trouver le Spirituel

Ensuite, je me rappelle que la spiritualité que je cherche se déverse dans la conscience individuelle depuis sa divine source, l'Esprit lui-même, qui sans cesse transmet ses idées. L'Esprit « me conduit au bord des eaux tranquilles », et rien ne peut me priver du cours puissant et pur les idées qui me sont ainsi traduites.

Il y a dans la Bible bien des messages au sujet de la venue de l'Esprit aux hommes, par le sens spirituel des choses, qui me rassurent : « Je déverserai mon Esprit en vous », « l'Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu », « Dieu ne donne pas l'Esprit avec mesure ». Dans la mesure où j'accepte mon droit de naissance, me reconnaissant comme étant un de « ceux que Dieu a envoyés », je m'aperçois qu'un « esprit bien disposé » se renouvelle en moi, ainsi qu'un « cœur pur ». C'est ainsi que je me trouve de plus en plus capable de discerner la voie .du déroulement du bien spirituel dans toute situation. Je suis conduit de manière à ordonner mes activités, que ce soit dans mon travail ou dans ma vie familiale.

Partager le Spirituel

Je prends ensuite conscience de ce que ce sentiment du bien spirituel, qui vient à la pensée réceptive, est l'apanage de tous. Il faut que je reconnaisse que « à chacun la manifestation de l'Esprit est donnée pour l'utilité commune », qu' « il y a diversité de dons, mais le même Esprit ».

Je comprends que je dois cesser de mettre sur certaines personnes l'étiquette de brouillon, de fâcheux, d'insensé. Dans le monde ordonné du bien spirituel infini où l'Esprit règne, suprême, il y a place pour tous, et il nous est loisible, à vous, à moi, d'entrer pour y demeurer dans cette conscience-d'être. Ce faisant, nous voyons qu'arrivent dans notre penser et dans notre expérience les bénédictions.

Tant que je pense de quelqu'un qu'il est mauvais, il peut me nuire ; mais si je change mon concept, si je nous place tous deux dans l'univers ordonné, plein de bénédictions de l'Esprit, comprenant bien que le mal qui paraît si réel n'a cependant aucun Principe pour le soutenir, tout s'ordonnera alors de manière qu'une naissance spirituelle, une croissance spirituelle sans mélange suivra A mon sens, c'est ainsi que Jésus traitait ceux qui cherchaient à lui faire du mal ou à le détruire.

Je pense souvent à la parabole de l'ivraie et du bon grain (Matthieu 13 : 24-30). Essayer prématurément et fanatiquement de les séparer, ce serait risquer d'arracher le bon grain. Mais si nous le laissons pousser, le moment vient où l'ivraie se reconnaît facilement et on peut alors l'arracher et la brûler. Permettre à ce qui est bon dans notre propre conscience de parvenir à sa maturité nous met à même de bien comprendre ce qui gène notre développement heureux et naturel, et nous jouissons alors pleinement de ses bénédictions.

Esprit Parfait et Infini

Finalement, je prends conscience de l'être éternel de ce Principe divin de bien pur et ordonné que la Bible appelle Esprit. Je perçois aussi ce que signifiait le prophète Habakkuk, lorsqu'il dit de Dieu : « Tes yeux sont trop purs pour voir le mal et tu ne peux contempler l'iniquité ».

A mesure que j'apprécie de plus en plus clairement la Science de l'Esprit, je m'aperçois que je reflète un peu de cette perception parfaite qui n'accorde aucun pouvoir, aucune réalité, ni à présent ni jamais, à aucun facteur matériel désordonné mauvais. Je vois que l'Esprit est la seule substance véritable, le seul Être parfaitement naturel, créant à jamais le bien. J'en prends conscience comme étant l'ordonnance spirituelle de ma vie, de sorte qu'elle se déroule en un rythme de bénédictions sans fin. C'est ainsi que je sens la présence et l'atmosphère du Consolateur que Jésus nous promit : « L'Esprit de Vérité » qui a toujours été et dont l'homme est inséparable.

_________________
Tout est Conscience d’Être.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-magie-dorion.monempire.net
 
Faber Au seuil du jour. 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» le jour de l'enfant tueur
» Saint Gaétan de Thienne et commentaire du jour "Qui perdra sa vie à cause de moi la gardera"
» Sainte Catherine de Sienne et commentaire du jour "Ce que tu as caché aux sages et aux savants,..."
» Mon Dieu, merci de ce jour qui finit
» Saint Marc et commentaire du jour "Allez dans le monde entier. Proclamez la Bonne Nouvelle à toute la création"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Magie d'Orion :: Spiritualité :: Univers spirituel-
Sauter vers: