AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 "Entre deux Mondes."1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Orion
Admin


Date d'inscription : 17/11/2011
Localisation : Nord

MessageSujet: "Entre deux Mondes."1   Jeu 27 Juin - 16:20


"Entre deux Mondes"1
JOËL GOLDSMITH

La Liberté Est Une Activité Au-dedans De Votre Propre Conscience.

L'être humain vit dans un monde de sens matériel ; et cela signifie que son appréciation de la vie consiste en montants, poids, degrés, abondances, limitations. L'une des premières choses qu'un enfant apprend est que deux choses ne peuvent occuper le même espace en même temps. En d'autres mots, quand il se cogne la tête contre une table, il découvre qu'en cet endroit l'espace appartient à la tête ou à la table, mais pas aux deux. Au fur et à mesure que nous avons grandi, nous avons tout évalué de cette manière : en relation de pouvoir. Nous avons attribué un bon pouvoir à certains germes et un mauvais pouvoir à d'autres germes. Nous avons attribué des pouvoirs de bien à certains individus et des pouvoirs de mal à d'autres individus. Voilà pourquoi, dans le sens matérialiste de la vie nous sommes toujours occupés à attribuer des pouvoirs à l'une ou l'autre chose. L'expérience humaine entière est faite de cette combinaison de bien et de mal, de bien et de mal extériorisés, et nous donnons du pouvoir à tout ce qui est extérieur à nous-mêmes. En fait, il est bien rare que nous réservions à nous-mêmes le moindre pouvoir, la moindre maîtrise. Pratiquement, tout le bien vient de quelqu'un ou de quelque chose et pratiquement, tout le mal vient de quelqu'un ou de quelque chose ; et nous en sommes le bénéficiaire ou la victime. Nous reconnaissons rarement que nous possédons la maîtrise. Il s'agit de la conception matérialiste de la vie.

Quand vous accédez à un enseignement mystique, vous commencez à inverser ceci et de manière générale, vous débutez avec le mot Dieu. Non seulement vous commencez à attribuer plus de pouvoir à Dieu et moins de pouvoir au monde extérieur, mais vous attribuez même à Dieu du pouvoir « sur » le monde extérieur. En d'autres termes, vous considérez Dieu comme un pouvoir sur la maladie ; et toute religion traditionnelle est bâtie sur cette prémisse, parce que la totalité de leurs prières sont pour la guérison ou pour le bien-être. A la différence des métaphysiciens, ils n'ont pas la même foi que cela va arriver, mais l'orthodoxie porte manifestement un intérêt formel à la croyance que Dieu est un pouvoir sur la maladie. C'est ainsi que les familles demandent aux ministres du culte des prières pour leurs parents malades, attribuant de cette manière du pouvoir à Dieu sur les faux appétits et autres péchés. Vous commencez alors à donner à Dieu du pouvoir sur le manque et les limitations, vous adressant à Lui pour vous aider à accéder à votre pain quotidien. Et c'est ainsi que vous avez maintenant commencé à reconnaître qu'en dépit du fait que le mal a du pouvoir, il existe quelque chose qui s'appelle Dieu ou vérité et qui, en certaines circonstances, possède du pouvoir sur ces maux.

Vous vivez à présent entre deux mondes, le monde du sens matériel dans lequel vous attribuez du pouvoir aux personnes, aux choses et aux conditions et le monde de la prise de conscience spirituelle où vous commencez à croire qu'il y a quelque chose de plus grand que ces pouvoirs extérieurs de mal. Et c'est ainsi que vous commencez la recherche de Dieu ou de la vérité, mais vous vivez toujours entre les deux mondes : une partie du temps dans le monde de la reconnaissance du pouvoir du mental et de la matière et une partie du temps à vivre dans le monde de l'acceptation de Dieu comme étant le plus grand pouvoir des deux. C'est comme une balle qui fait l'aller-retour d'un côté à l'autre de l'espace de jeu.

L'histoire connue du monde montre qu'il y a très peu de gens qui sont jamais sortis d'entre ces deux mondes ; la raison est que vous ne pouvez en sortir à moins d'avoir une révélation au-dedans de vous-mêmes. Moïse a pu prouver le non-pouvoir de Pharaon, Elie a pu prouver le non-pouvoir de ses persécuteurs et le non-pouvoir du manque et de la limitation, Jésus a pu prouver le non-pouvoir du péché, de la maladie et de la mort, mais leur réalisation ne vous en dispense pas. Vous lisez quelque chose à ce sujet et vous dites : « Comme c'est merveilleux ! » et vous souhaitez alors pouvoir vous mettre à faire de même. Mais vous ne le pouvez pas parce que vous n'avez pas bien compris que Dieu seul peut vous rendre libres. Vous avez pensé que vous asseoir aux pieds du Maître vous libérerait en dépit du fait que cela n'a pas libéré le peuple hébreux qui s'asseyait devant le Maître. Non, et cela n'a pas libéré les bouddhistes qui s'asseyaient devant le Bouddha ni les chinois qui eurent l'opportunité de connaître Lao-Tseu. Et pourtant, vous pensez qu'écouter la vérité ou lire la vérité va vous donner votre liberté. Mais ce n'est pas le cas.

Cette erreur a été perpétuée par les églises parce qu'elles semblent donner l'impression que si vous fréquentez l'église, si vous la subsidiez, vous faites baptiser ou observez les jours de fêtes, vous atteindrez votre liberté. On n'a jamais prouvé que c'était vrai. Aucune activité religieuse n'a jamais libéré ses fidèles. En fait, ce qu'on a fait, c'est les maintenir plus profondément en esclavage, parce que la vérité ultime est que vous pouvez uniquement être libres grâce aux paroles de Dieu. L'homme doit vivre par la parole de Dieu. La vérité n'est-elle pas la parole de Dieu qui franchit mes lèvres ? Oui, pour moi ce l'est, mais pour vous ce n'est que la voie. Elle vous propose la voie dans laquelle vous pouvez être libres, mais elle ne peut vous promettre votre liberté. Oui ! Temporairement, vous pouvez faire l'expérience de la santé et tout aussi temporairement de libertés, mais cela n'est pas la liberté. La liberté peut uniquement venir de Dieu et cela ne peut se dérouler qu'en tant qu'une activité au sein de votre propre conscience.

Dans certaines de nos classes, nous avons eu des expériences où des étudiants ont atteint leur réalisation et leur liberté tout en ayant le sentiment que je faisais cela pour eux — mais je ne le faisais pas. Il s'agissait de leur réceptivité au sein de leur conscience, parce que si je l'avais fait pour l'un, j'aurais dû le faire pareillement pour chacun. Ma joie la plus grande serait en cet instant de voir libre chaque individu sur la face de la terre, mais je ne possède pas ce pouvoir. La grâce de Dieu opère dans ma conscience et chaque étudiant la reçoit alors en proportion de sa propre préparation. C'est la raison pour laquelle certains étudiants ont d'extraordinaires expériences lors de leur première méditation et d'autres cinq ou dix ans plus tard. Il s'agit souvent d'une expérience graduelle, parce qu'il est très difficile de recevoir la vérité en un instant et de vivre. Le choc serait trop grand et il y aurait alors une transition de la conscience. En ces instants, alors que je pouvais être calme et réceptif à la petite voix tranquille, il m'a été confié que la voie est la méditation. J'ai alors su que pour ceux qui pourraient avoir assez de patience, ceci était la voie par laquelle chacun pouvait finalement être rendu libre — avec la méditation.

J'aimerais que vous voyiez ce qui se passe parfois avec des révélations soudaines. J'avais donné une classe à Victoria (Colombie Britannique) et j'allais en Californie pour une autre classe. J'ai pris l'avion pour Seattle et là, pendant que j'étais à l'aéroport dans l'attente d'un autre avion, une idée totalement inattendue m'est venue. C'était si puissant que j'ai immédiatement pris un papier et un stylo et que j'ai commencé à écrire. J'ai rédigé une page et demie que j'ai intitulée : « Entre Deux Mondes. » C'était il y a douze ans et je n'ai jamais été capable d'aller au-delà de cette page et demie jusqu'à hier matin à Maui, quand le secret entier m'a submergé. Rappelez-vous : c'était après douze ans d'attente ! Chaque année, j'ai repris cette page et demie et l'ai relue, mais rien de plus ne voulait venir.

Je sais que la méditation ouvre la conscience et je sais que cela prépare la voie dans votre conscience pour Le recevoir. Quand Pierre a reconnu Jésus comme le Christ, Jésus a répondu : « La chair et le sang ne t'ont pas révélé ceci, c'est mon Père qui est dans les cieux. » (Matt. 16:17) Et quand il a emmené les trois disciples sur la Montagne de la Transfiguration, pourquoi n'a-t-il pas pris les douze ? Il savait que trois seulement étaient prêts à voir que tous les prophètes hébreux étaient là, au sommet de la montagne, malgré qu'ils étaient considérés comme morts et enterrés. Seuls trois disciples pouvaient reconnaître la vérité qu'il n'y a pas de mort. Peut-être que si nous pouvions vivre l'expérience de la transfiguration, nous l'entendrions dire : « Ces hommes n'ont jamais vécu dans le monde. Ils ont vécu dans votre conscience. C'est pourquoi vous ne pouvez témoigner que de ce que votre conscience peut comprendre. »

En cette période de vie entre deux mondes nous sommes, comme le Maître, confrontés aux tentations. Nous avons entendu parler de ses trois tentations, mais en réalité chaque expérience par laquelle il est passé durant son ministère fut une tentation. S'il voyait un homme dément, s'il voyait des gens affamés ou s'il voyait un arbre desséché, c'étaient toutes des tentations. Quelle sorte de tentation ? Celle de juger selon le sens matériel. Qu'en est-il de la belle-mère de Pierre qui était « suffisamment âgée pour mourir, alors pourquoi ne pas la laisser mourir paisiblement » ? Oui, en jugeant suivant le sens matériel, mais en sa conscience élevée qui avait perçu Dieu comme le Père, Pierre savait qu'il ne pouvait exister une fille matérielle. En d'autres mots, la tentation de voir une vieille femme devait être traduite. Et dès que vous revenez à la vision que Dieu est la substance de toute forme, vous concevez alors Dieu comme étant la substance de la semence, exactement comme pour la « vieille » dame — et vous avez alors la vieille dame aussi dépourvue d'âge que Dieu. Si vous pouviez voir cela, elle serait guérie.

Ceci m'est arrivé en Californie. J'ai été appelé en visite chez une octogénaire qui était en train de mourir, principalement de la croyance au grand âge. Sa famille était composée de métaphysiciens et ils voulaient voir la vie prouvée. Je lui ai rendu visite, je me suis installé auprès d'elle pendant tout un temps et elle s'est levée en forme. Alors on m'a demandé : « Elle n'allait plus rien faire sur la terre, alors pourquoi avez-vous fait cela ? » Et j'ai répondu : « Ce qui m'intéressait, c'est de prouver que Dieu est la vie de l'être individuel. Mon boulot, c'est de le prouver ; mais ce qu'elle fait, c'est son boulot à elle. » Dieu n'a pas besoin d'être prouvé mais je devais le prouver.

Voilà pourquoi, dans cette période de vie entre deux mondes, vous allez être appelés à faire face aux tentations comme nous l'avons été il y a plusieurs nuits afin d'affronter un raz de marée. Dans votre sens matériel, un raz de marée est un pouvoir destructeur ; mais puisque vous êtes entre deux mondes il faudra en voir une image dans l’œil de votre mental — même avant que ne frappe le raz de marée. Faites-y face !

Y a-t-il un univers matériel ou bien ce raz de marée représente-t-il un sens matériel de l'univers ; et n'est-ce pas la vérité que la conscience soit la seule cause, la seule loi et le seul effet ? C'est pourquoi la conscience doit être la substance des vagues, pas

seulement la conscience mais Ma conscience, puisqu'il n'y en a pas d'autre. Est-ce que j'ai un pouvoir destructeur dans ma conscience ? Non ! Ayant réalisé la nature spirituelle de l'univers, il n'y a rien en moi qui veuille détruire quelqu'un ou quelque chose. Et je réalise que ma conscience n'est même pas la mienne mais celle de Dieu. Par conséquent, y a-t-il quelque chose de destructeur dans la conscience de Dieu ?

Dans la religion traditionnelle, vous avez été habitués à croire que Dieu provoque des tempêtes, des feux et la désolation, que ce sont « des actes de Dieu. » Si vous vivez entre deux mondes, vous devez au moins aboutir à ce point où vous comprenez que le principe créateur de la vie ne pourrait avoir créé quelque chose de destructeur pour lui-même. Autrement, vous pourriez mettre de côté l'élément de vérité et d'amour et rendre Dieu inférieur à l'homme ou le mettre au niveau de l'homme. Dès lors, puisque vous êtes entre deux mondes, il y a en vous suffisamment de sens matériel resté en place pour que vous soyez tentés par l'apparence du raz de marée. Mais il y a pourtant suffisamment d'élévation de conscience pour que vous soyez capables de vous asseoir pour réaliser : « Qu'est-ce que je suis en train d'accepter ? Suis-je en train d'accepter des pouvoirs extérieurs ? Suis-je en train d'accepter du pouvoir dans les choses ou bien suis-je en train d'accepter que toute domination a été accordée à Moi — et cela signifie à la conscience individuelle ? Si tout pouvoir se trouve dans la conscience individuelle, alors tout pouvoir est bon et il n'existe aucun pouvoir extérieur à elle. » Alors, vous pouvez vous reposer !

La prochaine fois, il se peut que vous soyez confrontés à une épidémie et la suivante à une élection ; et puisque vous vivez entre deux mondes, vous reconnaîtrez qu'il existe une tentation de croire qu'il y a un pouvoir destructeur ou un pouvoir mauvais dans l'infection, la contagion ou l'élection. Alors, il y a également suffisamment d'élévation de conscience en vous pour que vous puissiez vous asseoir afin de regarder la chose en face, comme Jésus a regardé Pilate quand il lui a dit : « Tu ne pourrais avoir aucun pouvoir sur moi, » (Jean 19:11) sur l'homme, sur le monde, puisque tout le pouvoir, toute la domination se trouve dans la conscience de l'humanité. « Aucune arme qui est formée contre toi ne prospérera, » (Isaïe 54:17) si vous avez appris à ne pas saisir l'épée. Pourquoi avons-nous une épée à double tranchant ? Parce que l'épée que nous pointons vers la gorge de notre prochain a un côté opposé qui est pointé vers la nôtre.

Pendant que vous vivez entre deux mondes, reconnaissez que le sens matériel (le sens matériel de la vie) dit qu'il existe un pouvoir dans le corps — pouvoir d'être en bonne santé, d'être malade ou d'être pécheur. Mais ensuite, ramenez-vous à votre niveau de conscience plus élevé et réalisez que c'est seulement le sens matériel qui vous dit cela, parce que dans le jardin d’Éden il n'y a aucun pouvoir ; il y a juste l'être pur. Le sens matériel vous a hypnotisés pour que vous acceptiez la croyance en une vie de trois fois vingt ans plus dix, un peu plus ou un peu moins. Mais si vous observez ce monde, voyez-vous quelque chose de destructeur pour vous et pour votre corps ? C'est seulement votre acceptation d'un pouvoir de l'âge, d'un pouvoir de détérioration, qui vous y rend sujet ; exactement comme avant, quand vous croyiez que vous attraperiez un rhume en vous asseyant dans un courant d'air ou en ayant les pieds mouillés. Maintenant vous savez que même la profession médicale dit que cela ne peut pas se passer.

Par votre niveau de conscience plus élevé, vous savez qu'il n'existe dans l'air aucune influence extérieure qui vous fait vieillir, mais vous n'en apporterez pas la preuve à moins que vous n'ouvriez votre conscience plusieurs fois par jour à la réalisation que votre conscience est un accès à l'infini et que l'infini s'écoule en vous, à travers vous et en tant que vous — maintenant. Vous n'êtes pas influencés par les pensées, les opinions et les concepts de la croyance humaine qui flottent dans l'air à la ronde, mais vous êtes uniquement soumis à la petite voix tranquille. Ne percevez-vous pas que vous construisez alors une conscience en laquelle vous vous ouvrez de manière spécifique à un flot divin de vérité ? Alors vous découvrez que l'homme vit réellement de chaque parole de vérité qui s'écoule dans votre conscience.

Écouter ce message et le lire ne diffère pas d'une leçon qui vous est donnée à l'école. Vous devez la ramener à la maison et l'étudier, l'assimiler et la mettre en pratique jusqu'à ce qu'elle devienne vôtre. Si je vous dit que votre conscience est une entrée et une sortie pour l'infini, cela ne vous est pas plus utile que lorsque Ralph Waldo Emerson a dit : « Votre mental est une entrée et une sortie pour le mental de Dieu. » C'est vrai. Il a révélé la vérité, mais il fallait la mettre en pratique jusqu'à ce que l'expérience ait lieu et que vous commenciez à la vivre. Alors vous y reviendrez pour en écouter davantage, mais désormais vous la recevrez à partir de la même source que celle dont Emerson la recevait.

Un gourou responsable dira à ses étudiants : « Je suis votre gourou et vous écoutez tout ce que je vous dis. Vous suivez mes préceptes et vous appliquez mes leçons en même temps que vous m'accordez votre loyauté et votre confiance ; mais souvenez-vous que je suis votre gourou uniquement parce que la voix de Dieu parle à travers moi ; et le vrai Dieu est la voix de Dieu quand elle vous parle. » Il ne veut pas garder ses étudiants en esclavage pour qu'ils restent pour toujours des étudiants, ils veut les voir partir afin d'être à leur tour des gourous.

C'est de la même manière que nous voulons voir le monde entier réceptif et sensible à la petite voix tranquille afin de recevoir la parole. Et c'est pourquoi nous disons : « Ce qui m'a été donné m'a été donné par révélation, mais ne soyez pas satisfaits jusqu'à ce que vous aussi receviez par révélation, parce que vous devez vivre comme je vis -- par la parole de Dieu. » Alors la nouvelle génération viendra au monde avec cela : nous n'aurons pas à les faire sortir du sens matériel et ils ne devront pas vivre entre deux mondes. Ils pourront être élevés dans la conscience spirituelle.

Pour faire face à la tentation qu'il existe un pouvoir extérieur, revenez instantanément à la réalisation que la conscience est la substance de base, la cause et la loi de toute création. Par conséquent, toute création manifeste ses qualités, son caractère et sa nature, parce que la création est l'héritière de tout cela. Ceci vous montre pourquoi vous n'avez pas besoin d'un Dieu contre l'erreur.












_________________
Tout est Conscience d’Être.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-magie-dorion.monempire.net
 
"Entre deux Mondes."1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un pont entre deux mondes ?
» relation entre deux variables
» Combien de temps s'est-il écoulé au maximum entre deux de vos inspections
» Le dialogue œcuménique: Le Cardinal Kasper entre deux feux !
» Mélinda entre 2 mondes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Magie d'Orion :: Spiritualité :: Univers spirituel-
Sauter vers: