AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

  Le TOTEM d'IRLANDE 8

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Orion
Admin


Date d'inscription : 17/11/2011
Localisation : Nord

MessageSujet: Le TOTEM d'IRLANDE 8   Jeu 3 Jan - 11:35

Le TOTEM d'IRLANDE 8
Ils arrivèrent à l’aéroport dans les temps et après avoir pris leur repas sur place, John se proposa pour accomplir les formalités afin que tout se fasse dans les meilleures conditions possibles. Il se renseigna de l’emplacement pour l’accueil de Wendy et des modalités de retour vers Drumcliff, ce qui s’effectua ainsi le mieux du monde.

Morrigan : « Je vous remercie tous les deux, ce fut un moment bien agréable comme il devrait y en avoir beaucoup dès que vous nous rejoindrez, très prochainement j’espère. Ne vous faites pas de soucis pour les enfants, ils sont dans de bonnes mains, je vous l’assure. Avec Milgrine et Sean ce ne peut être mieux. Nous vous donnerons régulièrement de leurs nouvelles. »

Susan et John remercièrent Morrigan qui se dirigea rapidement pour accueillir Wendy dont l’avion venait d’atterrir. Dès qu’elles se virent elles se précipitèrent, sans hésitation, l’une vers l’autre comme si elles se connaissaient depuis toujours.

Morrigan très émue en la serrant dans ses bras : « Je suis si heureuse de te connaitre enfin, tu es magnifique, As-tu fais un bon voyage ? »

Wendy, jolie petite rousse aux longs cheveux flamboyants et frisés avec de magnifiques yeux verts : « Oh oui ! Comme dans un rêve et j’étais si impatiente de venir, je suis vraiment heureuse de te connaitre, tante Morrigan, et j’ai hâte de rencontrer tous les autres membres de la famille. »

Morrigan se tournant vers Susan et John : « D’autant que la famille vient de s’agrandir par l’arrivée des deux charmants enfants de nos amis Susan et John que je te présente, mais je t’expliquerai tout cela plus tard. »

Wendy en voulant aller les saluer se prit les pieds dans son sac de voyage et s’étala de tout son long devant eux pendant qu’ils se précipitèrent pour l’aider, elle se releva avec un grand sourire aux lèvres en assurant que tout allait bien : « C’est tout moi ça, je n’avais pas prévu de faire une révérence, mais c’est un bon présage parce que si je m’étais fait mal, j’aurai pu dire que je tombe mal mais comme tout va bien je me dis que je tombe bien. »

En entendant ses propos inattendus, les trois amis soulagés se mirent à émettre un rire assez sonore qui amusa beaucoup les autres passagers ayant assistés à la scène. Ils se dirigèrent ensuite rapidement vers l’embarquement pour Standhill, où Milgrine devrait les attendre. Après avoir souhaité un bon voyage à Morrigan et Wendy, Susan et John restèrent jusqu’à l’envol du bel oiseau vert.

Dans l’avion Morrigan commença par demander à Wendy si elle n’était pas fatiguée ou si elle avait faim.

Wendy : « Oh non ! Pas du tout, je suis tellement excitée à l’idée de me retrouver à l’endroit où mes parents ont passés leur enfance et voir ces magnifiques paysages dont on m’a parlé. »

Morrigan : C’est tes parents qui t’en ont parlés ? »

Wendy : Oui un peu, mais surtout un vieil ami que j’aime beaucoup. »

A l’arrivée à Standhill, Milgrine était présente avec les deux enfants.

Milgrine : « Alors tout c’est bien passé ? »

Morrigan : « On ne peut mieux. » Puis se tournant vers sa nièce : « Wendy je te présente Milgrine, Jack et Willy. »

Wendy : « Je suis très heureuse de vous rencontrer et je me réjouis à l’avance de pouvoir faire de nouvelles découvertes. »

Milgrine : « Nous aussi, toute la famille t’attend pour faire ta connaissance nous sommes vraiment contents de ta venue. »

Pendant que Milgrine l’embrassa, les deux garçons se précipitèrent pour prendre ses bagages. Et comme à l’aéroport, mais cette fois ce fut Willy qui chopa et se prit les pieds dans la sangle du sac, il tomba avec souplesse sous les rires de la petite assemblée. En se relevant rapidement avec son grand sourire charmeur et en essuyant la poussière de son pantalon dit : « Heureusement que je ne suis pas grand, comme ça je tombe de moins haut, il faut bien qu’il y ait des avantages. »

Wendy : « Tu l’as dit, Moumousse, je crois que nous allons bien nous entendre. »

Après avoir mis les bagages dans le coffre de la voiture et en se dirigeant vers Drumcliff, Jack demanda intrigué à Wendy : « Tout à l’heure comment as-tu appelé Willy ? »

Wendy : « Moumousse, pourquoi ? »

Jack : « Parce qu’effectivement nous l’appelons comme cela, mais seulement en famille. C’est mon père, nous ne savons pas pourquoi, qui un jour lui a donné ce surnom et personne d’autre n’était au courant, alors comment ce fait-il que tu le connaisses ? »

Wendy : « Je ne sais pas, ça m’est venu naturellement. »

Willy : « Surtout continue à m’appeler Moumousse, je trouve ça amusant. »

Dans la voiture Morrigan demanda à Milgrine comment c’était passé la journée.

Milgrine : « Bien, les garçons ont passés la matinée à l’atelier et apparemment cela leur a beaucoup plu. D’ailleurs ils ont demandé s’il était possible qu’ils y reviennent, de temps en temps, pour apprendre un peu plus le travail qui y est fait. Ensuite après le repas ils ont tenus à m’accompagner à la société des admirateurs de W.B.Yeats.

Wendy : « Qui est W.B.Yeats ?

Milgrine : « C’était un grand poète irlandais qui a obtenu le Prix Nobel de littérature en 1923 il fut aussi sénateur de l’état libre d’Irlande. Son corps repose justement dans le cimetière de Drumcliff. J’ai beaucoup d’admiration pour lui et c’est pourquoi je me suis inscrite à cette société en espérant en apprendre encore plus sur lui car il avait aussi une très profonde connaissance spirituelle. »

Wendy : « Tu voudras bien que je t’y accompagne ? Je suis persuadée que ça m’intéressera. »

Milgrine : « Avec joie. »

Jack : « D’après ce que j’ai vu en passant dans les couloirs et les pièces réservées à ses œuvres, il parlait de fées, d’animaux, d’un monde invisible et de pleins d’autres choses. Il avait aussi un frère peintre de grand talent. J’aimerais mieux les connaitre, moi aussi. »

Willy : « Et moi alors ! S’il parle des fées et des animaux je crois qu’il me plaira. »

En arrivant à Drumcliff tout les membres de la famille les attendaient devant la porte, impatients de connaitre Wendy. C’est Michael qui s’avança le premier : « Bienvenue, je suis tellement heureux de te connaitre enfin, c’est incroyable ce que tu ressembles à ta maman, j’espère que tu te plairas parmi nous. » Ensuite ce fut au tour de chacun de se présenter avec des paroles de bienvenue.

Agate qui avait organisée la réception d’accueil invita tout le monde à venir prendre place autour de la table magnifiquement décorée avec de quoi restaurer un groupe d’irlandais affamés. Les hommes s’étaient joints à Agate pour tout préparer. Wendy salua les efforts de tous : « Je suis très touchée par votre sympathique accueil et j’espère ne pas vous décevoir, mais je ne promets pas de ne pas faire quelques bêtises de temps en temps, que voulez-vous c’est dans ma nature. »

Morrigan : « Ne t’inquiètes pas pour cela car chacun ici pourrait dire la même chose. A l’aéroport tu m’as dit que c’est tes parents qui t’ont parfois parlés de l’Irlande, mais aussi un vieil ami… »

Wendy l’interrompit doucement : « Oui, je vais vous révéler pourquoi je suis ici. Mais avant promettez-moi de ne pas en rire. »

Ce à quoi personne n’aurait songé.

« Mes parents m’ont certaines fois parlé de ce pays qui leur manque beaucoup. Bien que l’Australie soit magnifique, ils sont très attachés à quelque chose d’inexplicable qui fait qu’ils se languissent de l’Irlande, comme si ils avaient laissés une partie d’eux même ici. Ils veulent y revenir mais ils doivent rester là-bas encore un an.

Voila, cela fait plusieurs années maintenant qu’un magnifique chat blanc aux poils longs avec un œil vert et un autre bleu vient dans mes rêves et me donne des conseils, toujours judicieux. Il me parle de l’Irlande et surtout du mont Ben Bulben qui semble être très important pour lui. Depuis quelques temps maintenant, Minnaloushe c’est son nom, m’incitait à venir m’y rendre disant qu’un grand secret m’y attendait. Cela devenait un désir plus fort que moi auquel je ne pouvais plus résister, voila vous savez tout. »

A ces mots, Agate demanda à Wendy de la suivre. Elles montèrent toutes deux dans la chambre au premier étage, et là dans un panier confortable, entre l’armoire et la commode, se trouvait un chat ronronnant, qui vint, tout heureux immédiatement faire la fête à Wendy qui n’en croyait pas ses yeux tellement la ressemblance avec son cher ami Minnaloushe était surprenante. La petite fille se pencha vers lui pour le caresser des larmes de joie coulant sur ses joues de bonheur.

Agate en mettant une main rassurante sur son épaule ajouta : « Et en plus il s’appelle réellement Minnaloushe. »

Quand elles redescendirent rejoindre les autres, Michael s’apercevant de l’émotion de la jeune fille lui raconta l’histoire de Willy, Jack et du héron ce qui la laissa dans un état d’esprit songeur.

Wendy : « C’est inimaginable, je suis vraiment très heureuse d’être venue vivre avec vous cette magnifique et incroyable aventure. »

Willy : « Alors, après un héron et un chat qu’est-ce que ça va être ? »

Manus : « Qui peut savoir ? Nous verrons bien. »

Morrigan : « Je pense que pour aujourd’hui, Wendy et les deux garçons, ont eu assez d’émotions et qu’un peu de repos ne leur ferait pas de mal. »

Morrigan et Michael se saisirent des bagages de Wendy, dont la fatigue commençait visiblement à faire son effet, mais heureuse de connaitre son nouveau logis. Milgrine et Sean restèrent encore un peu pour aider Agate et Manus à remettre la maison en ordre. En attendant Willy et Jack s’étaient déjà endormis dans le canapé. Le moment venu Milgrine et Sean prirent chacun dans leurs bras un enfant et les transportèrent chez eux jusque dans leur chambre.

Sean : « Bien que nous en avons l’habitude maintenant, je trouve tout cela bien curieux et en même temps passionnant. »

Milgrine : « Je le pense aussi, comme l’entente immédiate des enfants, je dirais qu’un fil invisible les relie. Le fait que Wendy appelle Willy spontanément par son surnom, Moumousse, nous a vraiment surpris. Comme si elle l’avait toujours connu et qu’ils se seraient retrouvés après une longue absence. »

Depuis ce jour partout où cela lui était possible Minnaloushe n’était jamais loin de Wendy.




Dernière édition par Orion le Jeu 3 Jan - 14:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-magie-dorion.monempire.net
 
Le TOTEM d'IRLANDE 8
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [IRLANDE] Héraldique irlandaise
» Les Conquêtes de l’Irlande
» l'Archéologie en Irlande
» STOP aux cruelles courses de lièvres en Irlande du Nord !!!
» Découverte d'un psautier en Irlande

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
La Magie d'Orion :: Spiritualité :: Le Totem d'Irlande-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: