AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

  Le TOTEM d'IRLANDE 7

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Orion
Admin


Date d'inscription : 17/11/2011
Localisation : Nord

MessageSujet: Le TOTEM d'IRLANDE 7   Jeu 27 Déc - 11:52

Le TOTEM d'IRLANDE 7
Brigit et Nuada les aimables propriétaires du pub, accueillaient et plaçaient les invités pour cette soirée exceptionnelle, composée uniquement des amis proches qui y avaient été conviés pour fêter l’union du jeune couple et leur témoigner leur sincère amitié.

Quand les musiciens prirent place sur scène une immense ovation monta de l’assistance. Ravis en voyant les visages familiers ils comprirent instantanément l’importance de la réception à laquelle leurs nombreux amis avaient tous répondu présents, pendant que les applaudissements redoublaient, Sean vint embrasser tendrement Milgrine alors que les autres membres de la famille se joignaient à la sympathique manifestation des invités. Milgrine et Sean très émus tinrent à remercier l’assistance et spécialement Brigit et Nuada pour l’organisation de cette magnifique soirée.

Ensuite le groupe « TOTEM » débuta son concert, pendant que les convives commencèrent à prendre leur repas en alternance avec leurs exhibitions exaltées sur la piste de danse. Survoltés par la musique et l’ambiance chaleureuse au milieu des rires et des chants traditionnels irlandais, les convives profitaient pleinement des savoureux plats, dont le fameux Irish stew accompagné de l’irremplaçable Guinness, bière légendaire du pays celtique, servis par leurs sympathiques hôtes qui eux-mêmes aidaient à enflammer par leur entrain éclatant cette inoubliable soirée.

Pendant la courte pause que fit le groupe dans le petit parc derrière le pub pour se désaltérer, se restaurer un peu et apprécier l’air rafraichissant empli de senteurs estivales, Milgrine se rapprocha du banc où Morrigan s’était installée pour ce petit moment de récupération.

Milgrine : « C’est vraiment une soirée très sympathique. Mais il y a quelque chose qui m’intrigue un peu, j’ai remarqué une table au fond de la salle avec un couple et deux enfants que je ne connais pas. »

Morrigan : « Oui c’est mon ami John avec qui j’ai fait mes études à l’École Nationale d’Art de Dublin, sa femme Susan et leurs deux enfants. Susan est née ici et elle est énormément nostalgique de notre merveilleuse contrée. Depuis longtemps John, qui est professeur de dessin, lui a promit de revenir y habiter. Il y a quelques jours leur plus jeune fils, Willy, est rentré du jardin en leur racontant une curieuse histoire où un héron qui s’appelait Aïfé vint lui dire qu’ils devaient se rendre à Drumcliff qu’ils y étaient attendus et qu’ils y découvriraient un grand secret. »

Milgrine : « C’est aussi ce que nous a dit le Totem. »

Morrigan : « Oui et le lendemain comme par hasard évidemment John, qui ne lit jamais les petites annonces, se trouva attiré par l’une d’entre d’elles qui proposait à la vente une maison correspondant parfaitement à leurs attentes. Ils prirent contact avec le vendeur le Dr Diancecht et ce matin même ils vinrent visiter le cottage…. « Grey Héron ».

Manus : « Je le connais, c’est un endroit agréable, magnifiquement décoré avec des fleurs partout, surtout des roses. Le Dr Diancecht était un ami de nos parents, un médecin très compétent que tout le monde estimait, nous l’avons tous regretté quand il a pris sa retraite. Il nous contait souvent des histoires qui avaient toujours un sens spirituel et avait la particularité de chanter en soignant ses patients. Avant et après ses consultations il entrait dans le silence et méditait jusqu’à ce qu’il sente cette paix qui surpasse tout entendement, alors il savait que tout est bien. Chaque jour, accompagné de sa femme, il se promenait autour du Ben Bulben. Il disait que cela l’inspirait et lui apportait beaucoup d’énergie. Maintenant ils vont rejoindre leur fils Caem en Inde qui est médecin lui aussi. »

Milgrine : « Il me semble si familier et pourtant je ne l’ai pas rencontré beaucoup et je le regrette car la seule fois où nous nous sommes vus j’aurai souhaité que cela dure plus longtemps tellement il est passionnant, il m’a ouvert certaines portes qui me fascinent et que, inconsciemment, j’avais au fond de moi. »

Morrigan continua : « Dès qu’ils ont vu cette maison ils étaient persuadés que c’était le lieu idéal et ont rapidement conclu la vente dans les meilleures conditions possibles. Le Dr Diancecht a même diminué le prix spontanément. Maintenant ils doivent retourner à Dublin pour organiser leur déménagement et accomplir les formalités. Pour ce soir nous pouvons accueillir John et Susan. » Et s’adressant plus spécialement à Milgrine et Sean. : « Pour les enfants si vous le voulez bien ils pourraient loger chez vous. Se sentant si bien ici ils seraient très déçus de devoir retourner à Dublin.

Demain, comme vous le savez, je vais chercher notre nièce en provenance d’Australie à l’aéroport de Dublin, qui va rester avec nous quelques mois en attendant que ses parents ne reviennent s’installer dans leur maison à Drumcliff. »

Sean avec son sourire de lutin joyeux. « Ils ont une bouille merveilleusement sympathique, ils pourraient occuper la chambre que nous avions Manus et moi quand nous étions enfants. Si tu es d’accord, qu’en penses-tu Milgrine ?»

Milgrine : « Tu parles si je suis d’accord, je t’aime mon Sean, c’est formidable. »

Morrigan radieuse alla immédiatement annoncer la bonne nouvelle à ses amis. Un sourire éclatant illumina instantanément leur visage. Le groupe ayant reprit son concert John et Susan levèrent leur verre en direction du groupe en mettant la main droite sur le cœur signe significatif de leur profonde reconnaissance. Les enfants, qui jusque là, par déception, n’avaient pu avaler la moindre bouchée, se mirent à engloutir toute la nourriture que leur jeune estomac pouvait supporter en riant, dansant et chantant de tout leur cœur au milieu des convives étonnés par tant d’enthousiasme juvénile et de leur parfaite connaissance des paroles de toutes ces chansons traditionnelles, qui sont l’âme de ce beau pays.

Le concert se termina comme généralement sur l’émouvante et magnifique musique de « Amazing Grâce » reprise en chœur par tous, tard dans la nuit, exceptionnellement plus que les 23 heures légales. Agate et Manus proposèrent de recevoir la famille et les nouveaux arrivés, pour prendre le petit déjeuner chez eux. Gentiment les enfants vinrent spontanément embrasser, avec un large sourire, leurs nouveaux amis qui seront leur famille pendant l’absence de leurs parents.

Le lendemain matin alors que les enfants dormaient encore, émerveillés par leur soirée où ils purent exprimer librement toute leur joie. Agate et Manus accueillaient leurs invités pour un petit déjeuner traditionnellement copieux. Pendant que chacun se servait abondamment, Michael s’adressa à Susan et John : « C’est sympathique de vous avoir parmi nous. Quand on pense que tout est arrivé par un petit garçon qui a vu et entendu un héron lui parler. »

Susan : « Je comprends mieux maintenant pourquoi nous avons fait nos valises, surtout pour les enfants, comme si nous allions faire un long voyage, ainsi ils auront toutes leurs affaires. Mais ce n’est pas tout. Quand Willy, qui n’est pas du tout affabulateur, nous a raconté sa conversation avec le héron nous étions assez sceptiques, alors nous nous sommes rendus dans le jardin, croyants à un surplus d’imagination de notre fils. Mais il nous montra l’emplacement où il prétendait avoir eu cette rencontre, et là nous sommes restés interloqués devant les deux empreintes et trois plumes que l’incroyable animal avait laissées dans le sable. Sur ce Jack qui n’avait pas réagit à l’histoire de son jeune frère se précipita à l’intérieur et en revint quelques instants plus tard avec son carton à dessins, il l’ouvrit et en sortit son travail de la veille qui représentait un héron en conversation avec un petit garçon qui ressemblait à s’y méprendre à son frère. Alors vous pensez bien que quand John a lu la petite annonce nous ne pouvions que nous laisser guider par ce qui semble être la volonté de la Divine Présence. »

John : « Maintenant j’ai hâte de venir nous y installer, je suis persuadé que d’autres merveilles nous attendent. Les enfants et Susan paraissent tellement heureux, c’est comme si nous revenions chez nous après un long exil. Nous nous sentons si bien ici, mais comment ne pas l’être dans cet endroit enchanteur où tout parait possible. Je pourrais recommencer à peindre pour le simple plaisir de peindre. Il nous semble aussi que nous retrouvons une famille dont nous ignorions l’existence. »

Manus : « Je crois que c’est pareil pour nous, je ressens la même chose. Tout n’est-il pas UN dans l’Univers ? »

Les enfants arrivèrent la mine réjouie à l’idée de toutes les découvertes et expériences nouvelles qui se dessinent devant eux. Après avoir fait le tour de la table en embrassant chacun chaleureusement, ils vinrent s’assoir et attendirent sagement qu’on leur donne la permission de se servir, ce qu’Agate ne tarda pas à faire. Willy paraissait, vu son très large sourire en sa direction, apprécier de se trouver assis au côté de Milgrine. Pendant que Sean passait son bras amicalement, comme pour le mettre à l’aise, autour des épaules de Jack.

Sean s’adressant aux deux enfants leur demanda : « Alors vous avez bien dormi, après cette soirée mouvementée et un peu bruyante ? »

Jack : « Oh oui, c’était vraiment agréable de pouvoir danser et chanter toutes ces chansons surtout « Amazing Grâce » comme maman nous l’a apprise depuis des années, ce fut une soirée formidable. Ensuite nous avons discutés un moment et nous nous sommes endormis comme jamais auparavant, tellement nous étions heureux. »

Willy : « Oui, mais nous n’avons pas pu dormir tout de suite, nous avions tant de choses à nous raconter, avant de faire de merveilleux rêves, comme nous le souhaite maman chaque soir. J’espère que nous n’avons pas parlé trop fort et que nous ne vous avons pas dérangés. »

Milgrine : « Pas du tout ne t’inquiètes pas, les murs sont épais. Nous sommes très heureux de votre présence et jamais vous ne pourrez nous déranger. »

John à Morrigan : «Si tu veux nous pourrions faire la route ensemble jusqu’à Dublin où nous déjeunerions et ensuite, avec ta nièce qui devrait être fatiguée de son voyage, vous prendriez un avion pour revenir à Sligo. »

Milgrine : « Ce serait parfait, comme je dois me rendre à Sligo cet après-midi, j’ai rendez-vous avec Joe Cox et Margaret Mills Harper pour m’inscrire et obtenir des renseignements à « The Yeats Society Sligo. » Ensuite je pourrais venir vous chercher à l’aéroport de Standhill. »

Morrigan : « C’est une excellente idée, alors il n’y a pas de temps à perdre. »
Les deux enfants vinrent dire au revoir à leurs parents et à Morrigan. Susan leur donna les dernières recommandations d’usages, qu’ils doivent se montrer obéissants, polis, respectueux et si possible ne pas faire trop de bêtises. Ils agitèrent leurs mains, l’esprit joyeux à la pensée de toutes les aventures qu’ils vont entreprendre.
Manus leur demanda : « Alors qu’est-ce que vous voudriez faire ce matin ? »

Jack : « Nous ne savons pas trop mais si c’était possible nous aimerions visiter votre atelier, hier soir, Milgrine nous a dit que c’est un endroit qui devrait nous plaire. »
En route pour Dublin, Morrigan, appréciait le magnifique paysage verdoyant qui défilait devant ses yeux et dont elle ne se lassait jamais, même après l’avoir parcouru de si nombreuses fois pendant ses études : « Je ne vous ai pas encore révélé une chose assez curieuse au sujet de ma nièce Wendy. Elle vient d’Australie, sa mère est la sœur de Michael, cela fait déjà longtemps que nous n’avions plus de nouvelles, chacun étant très occupé et la distance importante faisait que nos relations devenaient de plus en plus rares. Aussi nous avons été étonnés quand il y a quelques jours nous avons reçu un appel de Margaret qui nous dit que sa fille Wendy lui réclamait avec insistance de se rendre en Irlande et nous demanda s’il serait possible que nous la recevions. Bien entendu nous étions ravis mais depuis votre arrivée et le récit de vos enfants, nous sommes très perplexes car en effet, ils habitent… Héron Island où Margaret et Charles dirigent un hôtel, aussi vous comprenez notre surprise. »

Susan et John en chœur : « C’est incroyable ! »

John : « Je sais bien qu’il y a des coïncidences, mais là c’est inimaginable. Des synchronicités si intenses doivent signifier qu’il y a un plan qui veut se mettre en place, que cela est important au delà de nos personnes et que les enfants n’étant pas encore soumis aux suggestions négatives de l’entendement n’y font pas obstacles. Acceptant même ce qui nous parait le plus incroyable avec une grande ouverture d’esprit et de cœur. »

Susan : « Oui nous sommes je crois les témoins de quelque chose qui nous dépasse, et que nous avons encore beaucoup à apprendre, surtout des enfants. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-magie-dorion.monempire.net
 
Le TOTEM d'IRLANDE 7
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [IRLANDE] Héraldique irlandaise
» Les Conquêtes de l’Irlande
» l'Archéologie en Irlande
» STOP aux cruelles courses de lièvres en Irlande du Nord !!!
» Découverte d'un psautier en Irlande

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
La Magie d'Orion :: Spiritualité :: Le Totem d'Irlande-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: