AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Chapitre 10

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Orion
Admin
avatar

Date d'inscription : 17/11/2011
Localisation : Nord

MessageSujet: Chapitre 10   Lun 18 Déc - 16:36

Chapitre 10.



                         Ma grâce te suffit. (Corinthien 12.8)


Le jour tant attendu arriva. Hervé apparut dans la cour du haras pendant que Michel en sortait discrètement, voulant compléter un projet qui lui tenait à cœur. Pendant ce temps comme convenu Shanna, vêtue d’un costume traditionnel de la tribu des Lakodas, en peau de bisons, décoré de fourrure d’hermine et de perles, et Pierre partaient à cheval guidés par Lise et Flavien afin de rejoindre la clairière où ils leurs présentèrent leurs petits amis. Alors Shanna descendit de cheval et alla se placer près de l’étang. Vénus et son faon vinrent se positionner près d’elle, suivis par Hermès sautant au travers des arbres pour être au plus près, pendant que Saturne et Horus se posèrent sur une grande branche au-dessus de sa tête, Inari lui se plaça devant elle en la regardant bien dans les yeux, Mehen rampa silencieusement et se mit entre les jambes de Venus et même Uranus le hérisson approcha confiant. Shanna s’agenouilla, écarta largement ses bras vers le ciel et entra en une profonde méditation. Dans cette communion complète ils étaient tous en parfaite harmonie de cœur, se reconnaissant chacun dans l’autre. Soudain il se forma comme un immense nuage éblouissant et au milieu apparu un gigantesque Bison Blanc.  Puis Shanna s’adressa à chacun, comme si elle les avait toujours connus. Alors ils s’approchèrent tous au plus près afin qu’elle puisse leur faire une petite caresse, Vénus vint mettre sa tête, doucement sur son épaule, et ils restèrent ainsi un long moment semblant continuer une conversation silencieuse mais néanmoins très profonde.
Lise, Flavien et même Pierre, émus par une telle manifestation, avaient des larmes de bonheur qui luisaient sur leurs joues empourprées.

A leur retour, Lise et Flavien voulurent raconter à Nina et Julien leur aventure matinale, encore tout bouleversés par ce qu’ils considéraient comme une manifestation unique de l’Univers.
Ils en profitèrent pour aider Julien aux derniers préparatifs de la salle de réception, et quand tout fut en ordre, ils retournèrent chez eux se préparer et pomponner leurs complices à sabots.
Quand Julien rencontra Shanna, il lui dit combien les enfants avaient été impressionnés et heureux d’avoir pu assister à sa merveilleuse méditation.
Shanna : « C’est très rare de réaliser une telle méditation, il faut beaucoup d’éléments pour qu’une telle vision se produise. Mais je crois que ce qui a été déterminant se sont Lise et Flavien parce qu’ils ont un cœur pur et qu’ils sont appelés à un grand rôle pour l’humanité. Ce genre de vision est exceptionnel, et ne vient jamais par hasard. Le symbole du grand Bison Blanc est le signe du renouveau de la Nature, mais aussi de la spiritualité, de l’amour, de la paix et du respect de toute vie dans l’Unité. Une nouvelle ère doit émerger de la conscience collective prochainement. Sans savoir comment, je pressens que ces deux enfants y tiendront une place prépondérante dans ce changement.  »
Julien : « Nous n’en n’avons jamais douté. Que la volonté de notre Grand Esprit commun, soit faite. Et bien que la « cérémonie » de cette après-midi soit différente, nous serions heureux que tu y diriges une méditation. Ce serait un grand honneur pour nous tous. »

Après le repas de midi, au moment où tout le monde commençait à se rassembler, à la grande surprise des invités présents, une grande limousine aux vitres teintées fit son apparition dans la cour du haras. Quand la portière s’ouvrit, un magnifique terre neuve de cinq semaines, petite boule de poils noirs avec un jabot blanc, en jaillit littéralement, s’élançant vers chacun avec sa joie naturelle et communicative, pour une petite caresse bien appréciée. Ensuite, une petite fille en descendit précédant ses parents Katleen et Lowell.
Lise se précipita pour l’embrasser : « Janet, qu’elle bonne surprise, je suis si heureuse ! »
Janet : « Moi aussi, j’ai tellement imaginé cet instant. Aussi, quand daddy m’a dit que vous vous réunissiez tous pour une grande fête, je lui ai demandé de pouvoir y venir aussi. Je voulais tellement vous rencontrer et vous remerciez pour toute l’aide que vous m’avez apportée pendant la maladie. Quand nous communiquions sur Internet, tu m’as raconté que tu aimerais, un jour, avoir un chien comme lui mais qui n’appartiendrait a personne. Qu’il puisse vivre totalement libre de faire et d’aller où il veut. Alors voilà je pense que Rusty est l’idéal pour cela. »
Lise : « Oh ! Merci beaucoup, c’est magnifique, c’est exactement ce que je désirais, comme cela tout le monde pourra profiter de sa présence. »

Il s’avéra par la suite que Rusty était vraiment un chien formidable. Vivant chez les uns et les autres, il lui suffisait d’aboyer devant une porte pour que celle-ci s’ouvre et qu’il lui soit offert un petit repas ou quelques friandises. Il restait aussi longtemps qu’il le voulait pour un petit câlin, dont il était friand et repartait vers d’autres compagnons ou s’installait quelques fois au milieu de la clairière semblant entrer dans des conversations interminables avec tous les habitants de ces lieux ou d’autres mondes. Il était toujours partant pour une grande balade avec Lune, Walt, Lise et Flavien. Et quand un cheval avait le moral en berne, il n’hésitait jamais à lui tenir compagnie, sa joie étant le meilleur stimulant, il adorait passer la nuit dans un box. L’échange télépathique se faisait très facilement tellement il devinait à l’avance ce que l’on voulait de lui.

Ed, était très heureux de retrouver Lowell, avec lequel l’entente à toujours été parfaite. Il le présenta avec joie à tous ainsi que sa charmante épouse Katleen. Ensuite Martin conduisit Lowell jusqu’au box d’Aurus en compagnie des mousquetaires et d’Hervé.
Lowell s’adressant à Aurus : « Je suis content de te revoir. Tu as l’air d’être en parfaite condition, prêt à commencer ta première année de monte, tu vas nous faire de beaux poulains. Ah, my God, ce que tu es magnifique ! » Il lui flatta l’encolure et resta un long moment à savourer la présence du bel étalon, qui semblait lui aussi apprécier cet instant.
Lowell s’adressant aux cinq amis : « Comme je ne viendrais plus aussi souvent, j’ai besoin d’un représentant sur place, ainsi j’ai mandaté Ed pour manager mes chevaux de l’écurie et du haras. Étant à la retraite il ne demandait pas mieux que d’avoir une petite activité en rapport avec ce qui avait été toute sa vie. Je sais combien il vous apprécie. Vous pourrez profiter également de sa grande expérience.
C’est une très bonne idée de nous envoyer des vidéos par Internet, comme cela nous pouvons suivre la vie du haras en permanence, et aussi Aurus, presque de jour en jour. Katleen et Janet apprécient particulièrement de voir comment vous vivez ici, c’est un peu comme leur feuilleton hebdomadaire. Nous avons l’impression d’être plus proche de vous. Nous allons faire de même de notre côté, comme cela vous connaîtrez mieux nos chevaux et aussi notre existence. »
Hervé donna des nouvelles de tous les chevaux de l’écurie, il pensait bien avoir certains espoirs classiques pour la prochaine saison, ce que confirma Ed, qui les connaissait tellement bien.
Nina avait rejoint Katleen avec laquelle elle avait échangé tant de mails sur Internet, et elles discutèrent joyeusement avec tout le cercle des déesses de la spiritualité.
Katleen : « Au début, tout en l’espérant, je n’osais pas trop y croire. Quand Lowell m’a téléphoné depuis l’avion, je me suis dit « c’est trop beau, il y a enfin une solution. » Puis avec le mental, j’ai pensé « ce n’est pas possible puisque les médecins ont dit qu’ils ne pouvaient plus y faire grand chose. » Ensuite quand nous avons pris contact et que nous avons commencé à pratiquer assidûment l‘ontologie, les doutes se sont estompés et l’espoir est revenu. Nous nous sentions de plus en plus soutenus par vous tous, mais aussi par une Présence qui semblait avoir pris toute la situation en charge. L’état de santé de Janet commença à s’améliorer rapidement, au grand étonnement des médecins. Maintenant tout va bien, et nous avons pris conscience combien Janet avait besoin de nous. Nous ne nous éloignerons plus d’elle comme avant. Lowell a pris toutes les dispositions pour ne plus partir. Nous savons, maintenant qu’il y a une Présence qui veille sur nous. Nous vous remercions pour votre soutien et nous espérons toujours communiquer avec vous. C’est merveilleux. »
Katleen en profita pour demander s’il ne serait pas possible d’enregistrer les réunions ou de faire des téléconférences. David se proposa aimablement pour organiser ces réalisations. Janet se montra enchantée de pouvoir régulièrement correspondre avec ses chers amis, ce qui convenait, naturellement, à Lise et Flavien. Toute l’assemblée était intéressée par le projet d’être en permanence reliés les uns aux autres et avoir la possibilité de suivre les réunions et les méditations. Il y a tellement de sujets différents à discuter. De leur côté Nina et Julien trouvèrent que tout cela prenait une bonne tournure, même si ça présentait un travail supplémentaire, mais ce serait intéressant de tenter l’expérience car il y avait tellement de demandes.

A l’intérieur de la maison, Michel avait rejoint Irène et en présence de Carole lui déclara : « Voilà, je pense que nous avons perdu assez de temps comme cela. Je t’aime depuis tellement longtemps, je ne pourrais plus me passer de toi. Ma maison est assez grande pour nous deux et nous pourrions terminer ensembles le livre que je prépare. Cela nous rappellerait le bon vieux temps quand nous travaillions au journal. » A cet instant il sortit un petit écrin de sa poche, mit un genou à terre et le lui tendit en disant : « Ce matin je suis parti acheter ces deux anneaux. Irène si tu le veux nous pourrions faire notre vie à deux. Qu’en dis-tu ? »
Irène : « Mais dans mon état, ce n’est pas possible. »
Michel : « Ecoute, je ne vois pas du tout où est le problème, c’est toi que j’aime et ensemble nous serons plus forts. Tu embellirais toute ma vie par ta présence. Regarde Angéla quand elle a eu son accident, ce n’est pas cela qui a éloigné David, bien au contraire. Et ensuite bien avant sa totale guérison, une fois sa dépression terminée, ils étaient très heureux. »
Irène : « Je t’aime aussi et si tu le veux je serais très heureuse de vivre avec toi. » Un long baiser scella ce bonheur naissant.
Carole en essuyant ses larmes murmura : « Il faudrait prévenir les autres, qu’il y aura un troisième couple qui désire s’unir. »
Michel : « Ne t’inquiète pas, je les ai déjà informés avant de venir. »
Quand ils sortirent de la maison, tous les amis prévenus, vinrent les embrasser et les féliciter chaleureusement.

En entrant dans la grande salle de réception, les trois couples ressentirent l’immense amour que leurs amis avaient déversé pour la réalisation de la décoration. Lise et Flavien avaient confectionné, parmi d’autres compositions, une large banderole de fleurs, en tissus satiné, multicolores, attachées entre-elles avec l’inscription « NOUS VOUS AIMONS. SOYEZ HEUREUX. » Les grandes vasques composées de pierres et de plantes vertes, avec une quantité impressionnante de fleurs plantées dans des jardinières, étaient dispersées à travers toute la pièce, entre les fontaines et les cascades, au milieu de faisceaux lumineux de toutes les couleurs. La grande table était garnie d’un magnifique et immense buffet campagnard où les préparations culinaires d’Angéla firent merveille. Une longue branche creusée, remplie d’eau, et bordée de mousse, formait une rivière du meilleur effet.  L’ensemble constituant un superbe décor verdoyant, lumineux et féerique.

Lise et Flavien arrivèrent, montés sur leurs fidèles compagnons et Janet monta en croupe derrière Lise. Le cortège se mit aussitôt en route vers la clairière, avec en tête Rusty, fier maître de cérémonie, montrant le chemin comme si il avait toujours vécu en cet endroit. Une fois arrivées, Lise avec Janet se mirent d’un côté de l’étang et Flavien de l’autre, au centre Shanna et Pierre vinrent près de Nina et Julien, à la demande de ceux-ci, pendant que les invités se mirent en arc de cercle devant eux. Les trois couples s’approchèrent visiblement émus. Tout autour dans les buissons et feuillages, nous pouvions remarquer les yeux brillants de curiosité et d’étonnement des hôtes habituels de ce lieu. Diane se fit la réflexion qu’aucune cathédrale ne pourrait jamais rivaliser avec ce paysage magnifique, dominé par le grand chêne qui y trônait de toute sa majesté.
Nina : « D’abord un grand merci à vous tous d’être venus, pour certains de si loin, assister à notre réunion. Quand Ingrid et Paul nous ont exprimé leur projet d’un « mariage non officiel » dans la plus grande simplicité afin de donner plus d’importance aux sentiments vrais, nous y avons tout de suite adhéré, sans vraiment réaliser toute l’ampleur que cela pouvait générer. Car dès que nous l’avons révélé sur Internet, un immense élan de sympathie s’est constitué et beaucoup de couples à travers le monde entier nous ont contactés pour connaître les modalités afin de se réunir et faire la même chose au même moment que nous, d’autres pour se mettre simplement en connexion et méditer. Ainsi, dans des endroits où il fait même encore nuit des couples sont en parfaite harmonie de cœurs avec nous, ce qui donne une dimension encore plus chaleureuse à notre réunion. Puisque nous sommes aujourd’hui le 26 octobre, nous pourrions retenir cette date comme étant celle de la première « Fête des Unions Universelles. » L’union de deux êtres, qui ne font qu’un au départ, puisque la Divine Présence est Tout et Indivisible, c’est l’éveil de ces deux consciences à la Divine Présence dans l’Autre qui n’est autre qu’Elle-même. Quand nous aurons compris cela, un grand pas aura été accompli. »
Julien continua : « Car comment pourrions-nous faire du tort à un autre être, sachant que c’est à nous-mêmes que nous nuirions ? Ainsi, quand nous jugeons, faisons un reproche à quiconque, ou nous croyons victime de quelque désagrément que se soit, nous devons d’abord nous demander ce qui est à changer en nous-mêmes, quel est notre regard par rapport à cette situation ? C’est toujours le signe qu’il y a quelque chose à modifier en nous, jamais dans l’autre. Maintenant nous vous invitons à échanger vos anneaux, symboles de votre Unité avec l’Univers, en vous souhaitant tout le bonheur du monde. Nous allons nous mettre en méditation, laissant la Divine Présence S’exprimer en chacun de nous. » Puis il fit signe à Shanna de s’avancer. Celle-ci, comme elle l’avait fait le matin se mit à genoux et écarta largement les bras vers le ciel. Dans un silence intense, chacun ressentit la puissance de l’Univers qui tourbillonnait en une danse frénétique de bonheur, baignant dans des vortex lumineux, et qui vibrait dans toutes leurs cellules. Quand Shanna eut terminé, elle se releva, une immense ovation des oiseaux se fit entendre, saluant à leur manière, l’Harmonie Universelle. Au moment où les trois couples s’embrassèrent émus, un grand cerf puissant à la robe cuivrée, vint derrière l’étang et brama son bonheur de toutes ses forces. Ensuite les invités vidèrent le contenu des sachets, que leur avait remis Julien avant le départ, à divers endroits de la clairière, en signe d’offrandes à la Nature. Les fruits secs, le pain d’épices et autres friandises furent très appréciés par tous les petits amis, épiant aux alentours.
Sur le chemin du retour, vers la salle de réception, Louise dit à Flore et Marcus qu’elle savait maintenant quel serait le sujet de son prochain tableau.
Lise, Flavien et Janet en cœur : « Wahou ! »
                                   
     


                                     
        FIN

_________________
Tout est Conscience d’Être.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://la-magie-dorion.monempire.net
 
Chapitre 10
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Histoire d'un conscrit Chapitre V
» Un petit rappel de l'évangile selon Matthieu chapitre 24
» Loi des societes (chapitre 113) Chypre
» Examen de la lettre de Paul aux Romains chapitre 6
» Chapitre sacrées sorcières....

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
La Magie d'Orion :: Spiritualité :: La Magie d'Orion-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: